Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 13:41

M. Tahar Mélizi, délégué national aux catastrophes naturelles au ministère de l’Intérieur était hier en visite à Béchar pour expliquer la stratégie des pouvoirs publics en matière de prévention des catastrophes naturelles.

Il est venu en même temps écouter les préoccupations des responsables et ouvrir un large débat sur l’évaluation des risques encourus et susceptibles de se produire dans la région du sud-ouest. Si la zone de Béchar a toujours été jusqu’ici épargnée par les tremblements de terre, elle connaît, par contre, périodiquement des inondations qui entraînent des pertes humaines et provoquent d’importants dégâts matériels, à l’instar des grandes inondations mémorables du mois d’octobre 2008, a-t-on rappelé au délégué national. Mes interventions des responsables de l’exécutif ont mis en relief les nombreuses réalisations des infrastructures érigées (ponts, digues, berges, etc.) dans le but d’atténuer le danger et qui sont destinées à orienter l’écoulement des eaux.

Mais ces réalisations sont insuffisantes et ne doivent pas cacher la réalité fondamentale soulevée par le P/APC de Béchar. D’après celui-ci, le principal souci demeure l’épineuse problématique de l’oued qui n’est pas protégé par des mesures efficaces de prévention en amont. Ainsi, a-t-il indiqué, les digues situées en amont de la rivière (à Ouakda) sont entièrement envasées depuis de nombreuses années et se trouvent dans l’impossibilité d’endiguer la furie des eaux en période de fortes d’intempéries. Et de citer les destructions des ponts, des maisons construites à proximité des berges par des citoyens, suivies par la dévastation d’une école primaire à Haï Nour en 2008.

 

Source: M. Nadjah, El Watan.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane
commenter cet article

commentaires