Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 13:26

Abdenbi Abderrachid qui vit à Béchar, est poète et écrivain originaire de la région du sud-ouest, plus exactement d’Adrar. De prime abord, l’homme se distingue par une grande modestie mêlée à un brin de pudeur caractéristique aux gens du sud.

Cet enfant du désert, comme il se plait à répéter, reste attaché à ses racines, à son authenticité malgré les bouleversements, et à son milieu d’origine où sont enterrés ses aïeuls. «Des hommes qui ont sillonné, dit-il, les immensités désertiques depuis des siècles pour se fixer, finalement, dans cette contrée vers le 10ème siècle».

Mais l’auteur a une plume facile et fragile qui a su se faire une place dans l’espace culturel et littéraire parmi ceux qui écrivent pour sublimer la beauté des mots, la générosité des paysages sans renier ses engagements à l’égard de son pays. Il dit dans un de ses écrits poétiques «J’ai des larmes aux yeux, des larmes de joie, de bonheur, d’amour et d’amitié pour mon pays qui, un jour, avait failli devenir une rizière de larmes et de sang».

Un peu plus loin, Abdenbi Abderrachid ajoutera que le fait même d’écrire dans cette région (sud) de sécheresse intellectuelle est en soi un acte de défi contre l’insensibilité ambiante et la voracité matérielle qui s’emble s’être emparée des gens pour être érigée en valeur nouvelle. Ceux qui ont lu certains de ses recueils n’hésitent pas à livrer leurs sentiments sur la poésie de l’auteur méconnu de nous, mais pourtant assez connu ailleurs que chez lui.

Il écrit avec son cœur sans se lasser, voyageant sans cesse pour faire dire aux autres ses besoins, les aspirations de sa société et l’amour si profond qu’il entretient avec son pays. Il se décrit, d’ailleurs, indépendant culturellement, insoumis dans ses écrits, libre dans ses mouvements, ses pensées mais combien respectueux de tout ce qui touche à autrui. Comme de nombreux auteurs algériens, il est de cette couvée d’écrivains à cheval sur deux cultures, sa culture arabo-musulmane et la culture francophone.

Il a, à son actif, quatre recueils de poésie et un roman qui vient de paraitre en France et qui s’intitule «Dans le besoin, la vérité refait surface». Parmi ses recueils de poésie, le dernier édité en Algérie, et réédité en France, a pour titre: «Lorsque l’obscurité fait obstacle à la lumière». «Un autre ouvrage intitulé «Dans les profondeurs de l’oubli» est en voie de finalisation et paraitra en Algérie, révèle le poète.

 

Source: M.N., El Watan.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane
commenter cet article

commentaires