Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 08:06

L'énigme de la semaine. Depuis 11 heures du matin, ce 28 novembre 1947, la foule grossissait sur l’immense place Lutaud, dite place “des Chameaux”, à Colomb-Béchar.

 

Bien alignées, les troupes s’apprêtent à rendre les honneurs au général Leclerc, en tournée d’inspection dans le Sud algérien. Au faîte de sa popularité, l’ancien chef de la 2e DB, puis du corps expéditionnaire français en Extrême-Orient, est, depuis sept mois, inspecteur des forces terrestres, aériennes et navales en Afrique du Nord. Le 25 novembre, il avait décollé de Villacoublay pour Oran, à bord de son avion personnel, le Tailly 2. Après deux jours passés à Oran et Arzew pour des manoeuvres interarmées, il avait embarqué, le 28, vers 10 heures, pour Colomb-Béchar.

Avec lui, dans l’appareil (selon la liste d’embarquement) : les sept officiers de son état-major et les quatre membres de l’équipage. La météo est mauvaise. L’atterrissage est prévu à 11 h 45. Mais l’avion n’arrivera jamais à destination. Il se crashera à une soixantaine de kilomètres au nord de Colomb-Béchar. Les corps étant calcinés, celui de Leclerc sera identifié par sa chevalière et sa plaque de Légion d’honneur restée fixée sur sa vareuse.

On conclura à un accident. La ou les causes ? Les conditions atmosphériques, une ou plusieurs erreurs « graves » du pilote, le lieutenant Delluc. Pourtant, la météo n’empêcha pas plusieurs autres appareils partis le même jour d’Oran vers le sud d’arriver à bon port. Quant au pilote, il était des plus expérimentés. Très vite, des questions restèrent sans réponse. Notamment le fait qu’un treizième corps fût retrouvé, alors qu’officiellement il n’y avait que douze personnes à bord. Cet “intrus” ne fut jamais identifié. La plupart des historiens devaient cependant écarter l’hypothèse d’un sabotage. Mais, pour nombre de contemporains, la mort de Leclerc n’était pas accidentelle. Parmi eux, le géologue Conrad Kilian, qui finira, lui aussi, tragiquement. La suite la semaine prochaine.

 

Source: http://www.valeursactuelles.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane
commenter cet article

commentaires