Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

10 juin 2015 3 10 /06 /juin /2015 08:02

Tant attendu à Béchar et même dans la région, pour être la seule grande manifestation culturelle officiellement instituée, le festival culturel national de la musique diwan bat son plein, avec un riche programme concocté pour cette 9e édition et placée, cette année, sous le slogan «Le Diwan et les défis de la mondialisation culturelle», en référence à toutes ces mutations culturelles que notre société subit et à laquelle il est impératif de faire face pour sauvegarder notre patrimoine matériel et immatériel, dont justement la musique diwan. Vingt et une troupes, dont 12 sont en compétition pour décrocher les trois premiers prix du jury, présidé par Kamélia Berkani, docteur en anthropologie de la musique, se succèdent sur la scène depuis le coup d’envoi officiel de cette manifestation, donné le 8 juin (et qui durera jusqu’au 13 juin prochain) et à laquelle le public venu très nombreux, aura déjà vu défiler, la troupe El-Amal, de la wilaya de Laayoun de la RASD et invitée d’honneur du festival, avec sa traditionnelle «Medha» et des chansons modernes inspirées du patrimoine local, ainsi que Gnawa El Asr d’Aïn Témouchent et Banga Nass El Wahat de Ouargla, toutes deux en compétition. Les soirées sont animées par des groupes de musique bien connus, à l’exemple de Djmawi Afrika, de renommée nationale et internationale et qui a su aisément obtenir l’adhésion du public, lors de la soirée d’ouverture du festival, autant que cette formation musicale de la wilaya de Béchar, Saharienne Béchar, connue pour sa diversité rythmique, son répertoire puisé dans le creuset du patrimoine de la région de la Saoura. Bien-entendu, des conférences sont animées par des chercheurs en ce genre musical et dont la thématique pivote autour des défis que cette musique a à relever, face au risque de destruction de ses spécificités et dans le cadre de cette mondialisation culturelle. Des thèmes comme «Festivilisation» des identités culturelles territoriales sous une ère globalisée : le cas de la musique Diwan, l’aspect spirituel dans la musique Diwan ou encore comment des inspirations artistiques libres deviendront des aspirations identitaires modélisées.
Le stade En Nasr vibrera encore au rythme des troupes en compétition, mais aussi à l’occasion des soirées animées, à titre d’exemple, par la troupe Diwan Ammi Brahim, dont le Mâalem a côtoyé plusieurs générations et demeure une véritable encyclopédiede la musique diwan dans la région de Béchar, les Jaristes, groupe oranais connu pour sa diversité musicale qui fusionne entre le rock et le pop, et entre les musiques traditionnelles, le célèbre Mâalem M’Jerber qui se bat popur révolutionner la musique Diwan, tout en gardant son aspect sacré et spirituel, Wlad Bambra ou encore Essed, formation musicale de Kénadsa, connue pour son genre musical «El Ghiwane».
En clôture de cette rencontre culturelle, est attendu, Ifrikia Spirit, ce groupe de musique afro-gnawa. Il ne va pas sans dire que le public des localités de Kénadsa, Igli et Taghit pourra assister à des représentations musicales organisées à son intention, dans le cadre de ce festival de la musique diwan, que certains admirateurs, souhaiteraient qu’il soit représenté dans le cadre de prochaines manifestations culturelles maghrébines.

 

Source: R. Bezza, El Watan.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane
commenter cet article

commentaires