Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 08:05

La troupe de musique sahraouie "El Amel" (L’espoir), reproduisant sur scène l’héritage culturel sahraoui, et le groupe Djmawi Africa ont ouvert lundi soir à Bechar le 9ème Festival national de musique diwan.

Le public du stade Ennasr a eu l’occasion de découvrir sur scène un pan de la musique traditionnelle de la République arabe sahraouie démocratique (Rasd), invité d’honneur du festival, chanté dans la langue hassania et porté par la mélodie du tidinit (instrument à cordes de conception récente proche du goumbri et du N’goni) et le rythme tbel féminin.

Cette troupe qui défend dans ses textes la cause de la libération de la Rasd a aussi introduit à sa musique des instruments plus modernes comme la guitare ou les claviers en plus de faire monter sur scène les danses, musiques et costumes des "rguibates" (tribus d’origine berbère) dont "El Haoul" présentés par des femmes comme l’explique le musicien Mohamed Mohamed Essalek.

La première soirée du festival a également vu se produire le groupe Djmawi Africa, devant quelques centaines de spectateurs, et qui a réussit à séduire le public bechari avec les succès de ses deux derniers albums "Mama" et "Avancez l'arrière".

Avec leur jeu de scène dynamique et leur grand sens de la communication avec le public les compagnons d’Ahmed Djamil Ghouli ont su interagir avec des spectateurs, pourtant réputés difficiles et exigeants,avec un style qui s'inspire autant de musique maghrébine que du reggae avec des influances de jazz, pop et de rock.

La compétition du festival a aussi été inaugurée par un premier passage de la troupe "Gnawa El Aasr" de Ain Timouchent qui a interprété, devant le jury présidé par la chercheure Camélia Berkani, un enchaînement d’extraits de plusieurs bradjs du diwan sans pour autant susciter l’intérêt du public.

Plus tôt dans la journée, le festival a organisé de petits spectacles de rue animés par des troupes de diwan, prenant part à la compétition, venues de Ouargla, Bechar, Blida et Ain Timouchent pour annoncer l’événement dans les rues de la ville.

Inauguré lundi, le 9ème Festival national de musique diwan se poursuivra jusqu’au 13 juin à Bechar avec encore au programme 11 troupes en compétition et des invités comme les Jaristes, Essed et Ifrikya Spirit ainsi qu’une série de conférences sur le thème "La musique diwan et défis de la mondialisation culturelle".

 

Source: http://www.radioalgerie.dz/

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane
commenter cet article

commentaires