Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 09:26

Les subsahariens installés depuis quelques mois à Béchar ont remplacé la main d’œuvre spécialisée locale devenue rare ; voire même inexistante.

Une aubaine pour les chefs d’entreprises qui n’ont cessé jusqu’ici d’élever de vives récriminations quant à leurs difficultés face au manque d’ouvriers qualifiés pour leurs chantiers. Ce manque entrainant du retard dans les chantiers est la principale source de conflit entre les chefs d’entreprises titulaires de marchés publics et les maitres d’ouvrages. Une situation qui débouche souvent sur des résiliations de contrats pour non livraison de projets à temps. La main d’œuvre subsaharienne composée essentiellement de ressortissants maliens et nigériens est abondante sur le marché local et est embauchée même par des particuliers à la grande satisfaction des employeurs. A défaut de statistiques fiables, on évalue leur nombre à des centaines d’ouvriers ; voire à quelques milliers.
Un phénomène inédit dans le sens où il y a quelques temps ces migrants, aujourd’hui tolérés, étaient souvent refoulés pour immigration clandestine. Il est à signaler que plusieurs d’entre eux sont titulaires de diplômes dans divers branches telles la plomberie, l’électricité, la maçonnerie, etc.

Source: M. Nadjah, El Watan.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane
commenter cet article

commentaires