Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

22 juillet 2007 7 22 /07 /juillet /2007 19:30

Dans le bilan des activités de la police, présenté jeudi dernier, deux cas concernant l’immigration clandestine méritent d’être relevés.

Le premier concerne un Nigérien qui vit à Béchar, avec un passeport non valide depuis 1975, et le second dévoile la ruse employée par les Nigérians pour prolonger aussi longtemps que possible leurs séjours en Algérie... dans l’attente d’une traversée vers l’Eldorado européen. Pour ce qui est du ressortissant nigérien ayant élu domicile à Bechar avec un passeport périmé depuis 1975, il n’avait, semble-t-il, aucune inquiétude à se faire d’être présenté devant le juge ni de faire l’objet d’une quelconque expulsion, pour la bonne raison qu’il présentait à chaque fois une attestation de prolongation du délai de validité de son passeport, dûment signée par l’autorités consulaire de son pays d’origine.


Il est inutile de chercher à compter le nombre d’attestations présentées en... 32 ans de présence en Algérie. Quant aux ressortissants du Nigeria, qui ne circulent le plus souvent qu’avec une carte consulaire en guise de passeport, l’astuce est d’un autre genre. Une fois interpellé par les services de l’immigration, le mis en cause est présenté devant la justice. Une notification de quitter le territoire national, dans un délai de 15 jours, lui sera alors remise. Ce qui le met dans une «légalité» lui permettant de séjourner en Algérie pour deux semaines au moins. S’il lui arrive de tomber une deuxième fois entre les mains de la police, une deuxième notification du même genre lui sera, cette fois-ci encore, remise. Ce n’est qu’à la troisième notification que la mesure de refoulement deviendra impérative. Pendant ce temps-là, il a le loisir de changer de wilaya où, tout simplement, il circulera sous d’autres patronymes, profitant du fait qu’il n’a aucune pièce prouvant sa véritable identité.


Source : M. Ahmed, La Voix de l'Orannie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article

commentaires