Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

5 septembre 2007 3 05 /09 /septembre /2007 13:34

 

Le passage par Paris est devenu presque obligé pour les artistes bécharis pour s’affirmer en tant que tels. Le passage sous le pont des arts leur confère prestige et notoriété. Feu Bachir et sa sœur Hasna, Si Alla et Aïcha Lebgaâ et la troupe «Gaâda» ont mis à l’épreuve le proverbe «Personne n’est prophète en son pays». Ils ont troqué le titre d’ambassadeurs de la chanson bécharie contre celui de simples migrants.

 

Pour «Gaâda» au départ, il y’avait les rythmes du grand Sud connu pour le nombre important de ses troupes et la diversité de ses courants musicaux. C’est à Adrar et Timimoun que Laoufi Abdelaâti a passé une partie de son enfance, bercé par les fameux cantiques d’Ahl Lil ou de Helil, pour certain, qui font l’objet de recherche par de nombreux centres internationaux. Féru de musique, ce sociologue de formation, l’accent local aidant, peut se targuer d’être le seul à restituer les madihs et complainte d’Ahl lil avec fidélité. Il forma sa troupe et s’installa dans la capitale française. «Gaâda» est née et ses premiers albums surprirent les amoureux de ce genre musical fort en vogue à Béchar. «Darha Ould Laoufi» disent certains, car Abdelaâti est le fils d’un moudjahid originaire d’El-Bayadh et connu sous le nom de guerre d’Ahmed Wahbi. A l’indépendance, le moudjahid échangea sa tenue de combat contre la robe de juge, fonction qu’il exerça à Adrar plus précisément. C’est à Marseille que les six garçons de la troupe «Gaâda» croisèrent une chanteuse connue à Béchar et en Algérie puisque ses chansons étaient diffusées par la télévision nationale. Il s’agit de Aïcha Labgaâ qui a fait un passage remarquable par l’incontournable émission «Alhan wa chabab». L’introduction, cette voix claire comme de l’eau de source jaillie de sous les dunes dans la troupe, apporta un plus en voix féminine à «Gaâda» et ceux qui suivent les itinéraires de «Gaâda» et de Aïcha Lebgaâ se trouvent dans l’embarras de dire qui des deux a provoqué la symbiose. En tous les cas, la surprise fut grande pour les bécharis de découvrir lors du festival du Gnaoui que Aïcha s’est élevée au rang supérieur en puisant dans le terroir mystique, que son timbre sied bien au spirituel qu’au sentimental, quelle passe avec aisance de «Salallah Alik a zine Laâmama» à «Arbane rahala» de Khélifi Ahmed. La troupe a pris habitude de débuter son répertoire, l’espace d’une gaâda dans toute ville où elle s’introduit, par «Besmallah jit enzour» perpétuant ainsi le rite du pèlerinage et du «taslim» au Saint Patron. Loin de tremper dans l’exotisme, la troupe s’est donnée pour mission de donner un souffle de vie aux chants oubliés ou délaissés au profit d’un modernisme à outrance. La sagesse des paroles, véritables perles de l’oralité ancestrale, et la sérénité des rythmes exercent sur l’auditeur un charme qui s’attache à son âme et le force à méditer. Leur gnaoui joué sans artifices ni ambages vous traîne si vous êtes initiés vers l’apothéose qui se termine par une djedba ou transe délivrant de tous les stress. Lors du festival du gnaoui qui s’est déroulé à Béchar, «Gaâda» à subjugué le public en interprétant avec «El ferda», la chanson phare de cette dernière troupe à savoir «Ben Bouziane fi aârek rani...» et a montré une autre facette de ce qu’elle peut promettre pour l’avenir. Humble comme il l’a toujours été avec les enfants de sa ville, Abdelaâti ne se considère pas comme une star mais préfère dire qu’il joue ce qu’il a envie de jouer et de le faire apprécier par son public. Le ton et la manière de le dire révèle en cet homme mûr, l’enfant rebelle qu’il a toujours été. Dans sa jeunesse, il brillait par sa verve quelque peu excentrique mais touchante et il n’est pas rare d’entendre dire à Béchar «comme disait ould Laoufi...» et quand les premiers albums de «Gaâda» sont arrivés chez les disquaires, on a dit «Darha Ould Laoufi».

 

Source : M. Ahmed, La Voix de l'Oranie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article

commentaires