Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

13 octobre 2007 6 13 /10 /octobre /2007 11:21
Sidi Abderrahmane Ben  Bouziane père de Sidi Mhammed fondateur de la Ziania s'était fixé a Taghit pour y gérer des biens lui  appartenant .C'est la que naquit Sidi Mhammed a L'époque de la vie où on est susceptible de commettre des péchés. Des qu'il eut grandi, poussé par un appel mystérieux, et encouragé par l'amis de son père Cheikh  Sidi Abdelmalek Boungab Cheikh de la Zaouia Fouqania  qui s'occupa de l'instruire lui même il quitta son pays, Taghit Beni goumi, pour aller apprendre le Coran et. S'adonner a l'étude. Son origine, et sa haute naissance car il était charif, descendant du Prophète par Idris le fondateur de Fez, fut probablement la cause de ce penchant. 11 était, en effet, fils d'Abderrahman ,fils d'Abi Ziane fils d''Abderrahmane , fils d'Ahmed, fils  d'othman , fils de Messaoud , fils d'Abdallah el Ghezouani, fils de Said, fils de Moussa,fils de d'Abdallah,fils d'Abderrahmane fils d'Ahmed,fils d'Abdesselam fils de  machich, fils d'Aboubekr,fils de Horrma, fils d'Aissa, fils ,de Salam, fils de Mazouar, fils d'Ali Haydara fils de Mohammed, fils d'Idris 11, fils d'ldris I, fils d'Abdellah, fils d'Hassan fils de Hassan fils d'Ali et de Fatima Zohra.

Le jeune Mhammed partie de Taghit presque sans provision de voyage. Un de ses oncles paternels lui avait donnée quarante  mouzouna, petite monnaie du pays. II les échangea contre l'argent rachidien, monnaie de Tafilalet, avec laquelle il put accomplir son voyage et se diriger sur Sidjilinfisa. Arrivé dans cette localité, il se retira auprès du cheikh Sidi Mebarek Abdelaziz, chez qui il étudia le Coran.
Notre personnage ne tarda pas à devenir un vrai savant dans l'éxégèse coranique. Bientôt il obtint l'illumination divine, en même temps qu'il acquérait de solides connaissances dans les sciences religieuses ou mystiques. Il s'établit au  Ksar des Oulad Berdala, ou il vécut. Sa manière de vivre, sa dévotion, son ascétisme ne tardèrent pas à en faire de lui le disciple favori de Sidi Mebarek. Celui-ci recommandé même a sa propre famille et a ses autres disciples de  confier le soin de l'ensevelir à Sidi Mharnmed. On comprit que ce dernier devait être l'héritier spirituel et posséderait le sirr (secret mystique) de son maître. Plus tard, Sidi Mebarek se sentant rappelé vers Dieu fit la même recommandation à notre personnage.

Sidi Mebarek appartenait à la tarîqa  (confrérie) des Châdiliya, comme l'indique la chaîne mystique qui montre la transmission du sirr (secret) de cheikh en cheikh depuis l'ange Gabriel
 L'Ange Gabriel  - Le Prophète  - Ali ben AbouTaleb - El Hasan el Basri- Habib el Adjami - Daoud et-Tai - Maarouf el Karkhi – Sanisaqti - Djoueid - Djariri - Abou Taleb el Mekki- El Djouini –Ghazali -Abou l3ekr ben el Arabi -A bou Ya'aza -Ali ben Harehem -Abou Medien -Abou Ahmed-Abderrahman el Madani -Abdessalm Ben Machich -Abou hassan Châdili -Abou Abbés El Morsi -Ibn Ata Allah -Daoud el Bakhli-Ouafa -Ali ben Ouafa -Yahia el Kadiri-Ahmed ben Okba -Ahmed Zerrouk -Ahmed ben Youcef -Ali ben Abdellah -El Ghazi -Ahmed Ben Ali -Mohammed Ben Brahim-Abdellah ben Houcein -Mhammed ben Nacer -Mebarek ben Azzi -Mhammed ben Bouziane
       
Sidi Mebarek ben Azzi étant. Mort, Sidi Mhammed s'acquitta de sa mission funèbre il lava le corps de son maître et l'ensevelit 1ui même dans le linceul. Cela fait, pour imprégner sa propre chair des vertus (baraka)  de la chair du défunt, comme du sirr  de celui—ci il avait imprégné son âme, il but une partie de l'eau qui avait servi a laver le corps du mort. Les résultats de cette action ne se firent pas attendre : ils se montrèrent éclatants en vertus multiples, en prodiges remarquables 
        
Sidi Mhammed, suivant les recommandations de son cheikh, partit alors pour Fez, afin de parfaire ses études coraniques et religieuses. Il resta huit ans dans cette ville, suivant les cours de la Medersa de Sidi Misbâh. Dieu illumina de plus en plus son âme et lui accorda la plénitude des sciences concrètes et abstraites. Les gens affluèrent auprès de lui pour jouir des bienfaits de ses entretiens spirituels.
        
Dans cette Medersa notre personnage suivit les cours de Sidi Mohammed ben Abde1kâder el Fasi, de Sidi Abdesselam Gjâsous, de Sidi Ahmed ben El Hadj. 11 aimait, honorait, vantait les gens de science. Ceux-ci, a leur tour, l'avaient en grande estime, et l'on cite, parmi ceux qui entretenaient une correspondance avec lui, des savants tels que Sidi Mohammed Masnaoui , Sidi l'Hassan ben Rahal, Sidi Mohammed ben Zekri , Sidi Mohammed Meiyâra , Sidi Ahmed ben  Mebarek es-Sidjilmâsi , les fils de Sidi   Abdelkader  Fâsi, etc.
      
A Fez, Sidi Mhammed cherchait surtout la fréquentation des gens pieux. Parmi ceux qu'il fréquentait régulièrement chaque jour était Sidi Abmed el Habib  et Lemti, son frère en Dieu, et Mohammed el Ayachi, mort plus tard au Caire. Ils lisaient le Coran et récitaient le Dikr  ensemble. Mais notre saint aimait trop l'humilité obscure pour rester plus longtemps à Fez. Il quitta cette dernière ville et se dirigea vers le pays de ses ancêtres, Kenadsa. II y séjourna d'abord quelque temps, puis s'y établit définitivement. Ce  fut en a ce moment que Dieu lui permit d'atteindre l‘état suprême des Soufis. De nouveau, de toutes parts, de l'Orient et de l'Occident, les gens arrivèrent en foule solliciter les bienfaits de sa bénédiction. Dans ces circonstances il eut l'occasion d'accomplir de nombreux prodiges et ne tarda pas à être considéré comme un des personnages les plus considérables de son époque. Sa réputation de pole des Soufis été bien établie chez ses contemporains ; la cécité qui l'atteignit sept ans avant sa mort les confirma encore dans cette opinion. Sidi Abderrahmane  Kerzazi  lui-même engageait les gens à faire des Ziara à Sidi Mhammed, preuve qu'il reconnaissait la supériorité de ce dernier. Cette supériorité se manifestait dans toutes les particularités de la vie du Cheikh. II se retirait, pour prier, sur la crête des montagnes ou au fond des vallées, dans les endroits déserts ou il n'avait d'autre fréquentation que celle de Dieu. De nombreuses localités dans lesquelles il a prié, aux environs de Kenadsa, ont conserve son nom, notamment Hadjerat Sidi Mhammed, l'ermitage de Ras A in Sidi Mhammed, I'ermitage de Oumm Sebaa (lion). Notre saint avait le pouvoir de se rendre invisible pendant huit jours, d'un vendredi à l'autre ; puis on le voyait tout a coup revenir de quelque part avec un fagot de bois sur les épaules.
                  
Sidi Mhammed ne vivait que d'herbages et de feuilles d'arbres; son légume préféré était  l'irmas. A Fez il se nourrissait avec les débris de légumes laissés a terre sur le remplacement des marches. Il ne mangeait que juste ce qu'il fallait pour vivre.
                 
Il ne s'habillait que de laine grossière, ne mettait jamais de vêtements en coton ou en toile. Sur sa tête il portait une kerzia de laine (sorte de turban au tour de la tête). Aux temps froids il mettait une chechia de laine sous cette kerzia. Son corps était protégé par une kechaba  de grosse laine, par-dessus laquelle il mettait un burnous noir du Sous appelé akhnif. Ce costume a été de tout temps, d'ailleurs, le costume des prophètes et des soufis.
                 
Pour lit, Sidi Mhammed n'avait qu'une natte, qui lui servait aussi de tapis de prière. Ce tapis ne le quittait pas, il le faisait suivre partout avec lui. Par sa manière de faire les ablutions, la prière, d'assister aux funérailles, de payer l'impôt zekat, de jeûner, de faire le pèlerinage, de pratiquer la guerre sainte, Sidi Mhammed était un exemple vivant pour tous les Musulmans.
En voyage il montait un âne ; s'il marchait, il allait pieds nus où ne portaient que de simples sandales. Dormait-il ? C'était sur sa natte ou sur le sol. Il ne changeait pas d'effets; il les lavait lui-même lorsqu'ils étaient sales.
                
11 ne quittait jamais son chapelet ; ne cessait de réciter, soit seul, soit avec des frères, le divin Coran, ou de se livrer a l'étude. 11 répétait souvent la sentence suivante, qui était sa devise favorite:
<<Es-Sabha ou el-louh — ila kheroudj er-rouh >>, c'est à ­dire: (il faut dire) le chapelet et (travailler avec) la planchette sur laquelle on écrit le Coran) — jusqu'à l'extinction du souffle de l'âme. Il ajoutait: ~< Ceux qui savent le Coran par coeur et le récitent constamment sont comme s'ils conver­saient  avec Dieu pendant les heures du jour et de la nuit. ~>
               
Lorsque Sidi Mhammed ben Bouziane se fut fixé définitivement a Kenadsa, il trouva le pays manquant d'eau et fort pauvre. Ni fortifications, ni lieu protégé ne défendaient les gens contre les incursions des Arabes nomades et sauvages.
                    
II décida d'y construire une zaouïa. Il la bâtit en pierres et briques jointes au mortier d'argile. Sidi Mhammed recherchait en effet les matériaux qui préservent successivement de la chaleur et du froid. Alors que les khouans (frère de la confrérie) et les visiteurs devenaient de plus en plus nombreux et nécessitaient l‘agrandissement des constructions, il ne se servit jamais de chaux, de carreaux de faïence, de marbre. . Même le minbar de sa mosquée fut fait en maçonnerie ; on y accédait. Par trois marches en briques. Plus tard il en fit, faire un en bois par des ouvriers de Fez.
Sidi Mhammed aimait toutes les œuvres de bien. Il creusa des puits à l'usage des Musulmans dans la zaouïa même, aménagea les sources de Tikoun rabi et de ‘Ain el Baraka. Avant la création de la Zaouia, les gens de Kenadsa étaient presque dénués de ressources. L'établissement de notre saint personnage dans cette localité rendit ces mêmes gens riches et les biens affluèrent vers eux de tous côtés. Les Pillards se trouvèrent impuissants contre la zaouïa et ses protégés, ils furent même obliges de servir Sidi M hammed de gré ou de force. La Horma de ce dernier devint célèbre on s'y rendait de toutes parts et beaucoup de gent s'y établirent a demeure. Le saint traitait, les affaires des visiteurs qui venaient demander ses conseils et ses bénédictions. 11 disait volontiers sous forme de sentence :

                   Quiconque est venu a nous n'a pas été déçu dans ses espérances,
                      Qui est sorti de chez nous a toujours réussi.

Les pieux visiteurs apportaient en retour a La zaouïa les produits que le Sahara ou les environs de la zaouïa ne pouvaient fournir: le blé, l'orge, la graisse de mouton, le mil, etc. L'influence de Sidi Mhammed était aussi grande que son humilité était profonde les zouar (visiteurs) qui venaient le trouver étaient surtout des gents de Beni Snassen (tribut du nord d'Oujda) des Beni Bou Zeggou (tribut a l'ouest d'Oujda)de l'Oued Za (environ de Ain béni Mathar des Oulad Amor (environ de Debdou), des Beni Fachât(tribu entre ouled Amor et Debdou), des Beni Oudjqa!(tribut des plaine de Melouya)), des gents de la région de Debdou et de celle de Tlemcen,Nadroma, Ils arrivaient quelquefois à la zaouïa au nombre de quatre cents hommes. Leur point de concentration pour ce pèlerinage était au sud de Debdou ; la première étape était à El Khourat ; la deuxièrne  a  Aioun el ksar ; La troisième a Oulad Harnou Arzaq ; la quatrième el Hacian (les deux puits) ; la cinquième  a Ain Chair. Là  les zouar déposaient les provisions nécessaires pour le retour. La sixième étape était à Boukais. Le septième jour on campait prés de la colline d'Oumm Sebaa ; la nuit de ce jour on envoyait un exprès au Cheikh pour le prévenir de l'arrivée de la caravane. Telle était la coutume. Le huitième jour les zouars arrivaient à la Zaouïa de Kenadsa.

Grâce à la renommée du Cheikh, le Ksar était devenu un véritable entrepôt. Avant l'installation de Sidi Mhammed, ses contribues se contentaient de faire le commerce du sel, de le porter de pays en pays et de le vendre au détail. Depuis cette installation, et grâce à la baraka du saint, ils ont fait tous les genres de commerce. Le saint était, en effet, un véritable palladium d'origine divine pour ceux qui vivaient autour de lui. Ses frères et ses khouans étaient, par lui, en sûreté partout ou ils allaient. Ils n'ont jamais cessé  jusqu'a nos jours, d'aller et venir a travers le pays, de commercer, de gagner de l'argent, de posséder des biens dans diverses régions, depuis le Sous au Maroc jusqu'au Sahara de l'Est, du Cherg au Maghreb.
        
Mouley lsmail avait envoyé son fils Mouley Ali dans les régions du Guir et de Figuig pour traquer les marabouts faisant du prosélytisme. Lorsque Mouley Ali en prenait un, il le tuait, dépouillait ses héritiers, et s'emparait de leurs propres biens s'ils réclamaient. Le fils du Sultan, étant arrivé a Figuig, envoya dire a Sidi Mhammed de venir se présenter a lui. Sidi Mhammed partit, au grand étonnement du public, malgré les avis contraires de son entourage qui craignait pour sa vie. On laissait  ressortir que, dans tous les territoires traverses par Mouley Ali, celui-ci n'avait pas laissé échapper un seul marabout, et tout le monde craignait pour la vie du Cheikh. Mais il se présenta devant le jeune potentat, lui rendant les devoirs que Dieu lui-même veut qu'on rende l'Emir des Croyants. Après cette rencontre, le fis de l'émir, Mouley Ismail le traita avec bienveillance, lui parla avec des paroles pleines de douceur.Dé lors tous les vizirs et tout l'entourage du prince traitèrent a qui mieux le Cheikh.
        
Lors du départ de ce dernier pour sa zaouïa, des courtisans s'étonnèrent auprès de Mouley Ali d'une telle réception : < Parmi tous ceux qui sont venus me trouver, leur' dit-il, je n'ai point vu d'homme aussi pieux. Il m'a paru comme un lion rugissant a  mes oreilles, j'ai compris que c'était le lion des saints et je l'ai traité de mon mieux .Quant au Cheikh, il avait fait des voeux pour le prince et l'avait mis en garde contre les fautes graves.
        
Tous les compagnons de Sidi Mhammed se réjouirent de son retour auprès d'eux, sain et sauf. C'était le soir en revenant vers Kenadsa, ils passèrent près d'un oued  et campèrent sur la berge. Le Cheikh leur dit : ~< cet oued va grossir et tout inonder. Quelqu'un lui dit : il peut grossir, mais il ne viendra pas jusqu'a nous, il viendra, dit le Cheikh. Une heure ne s'était pas encore écoulée que l'inondation avait lieu et obligeait les gens à lever le campement au plus tôt. Une partie des bagages fut emportée par le courant et il fallut les repêcher. Le Cheikh avait montré par cette prédiction combien Dieux le favorisait.
                                 
La vie pieuse de Sidi Mhammed :
sa conduite privée, sa conduire avec les aspirants-profès, ses épouses, sa mort. Visions de ses disciples.
        
Toute la conduite privée de Sidi Mhammed présentait l'image de l'humilité et de la vertu. Nous avons déjà dit comment il aidait ses gens dans les travaux de la maison, surtout quand il fallait servir les .zouars (khouan en visite de ziara). C'était aussi un homme de beaucoup d'ordre quand il trouvait un ustensile abandonné quelque part, il le rapportait dans la maison d'habitation de la zaouia . Ses qualités morales, ses vertus mystiques reproduisaient les qualités et les vertus du Prophète et des grands soufis, tels que Djoneid, Chadheli, etc., venus après Mohammed.
       
Nous avons déjà mentionné que Sidi Mhammed s'appliquait a servir d'exemple vivant pour les autres Musulmans dans la pratique de la loi islamique de même faisait-il dans sa conduite mystique. Les livres dont il suivait les préceptes étaient ceux d'Ibn ‘Ata Allah, de Chadheli, d'El Marsi, d'Ibn Abbas, de Mohammed ben es—Samak et de leurs imitateurs. C'étaient leurs exemples et les qualités vantées dans leurs ouvrages qu'i s'appliquait à faire suivre par ses disciples.
        
Il n'avait pas de pratique spéciale a sa confrérie en dehors de celles recommandables par les docteurs du Soufisme.sa manière d'endoctriner les aspirants-profès (mourid) consistait a leur faire répéter un nombre considérable de lois la formule ~< La ilaha illa Allah! > ~< Il n'y a d'autre dieu que Dieu! >~ — ou bien encore la prière dite Istigh far ou la prière sur le Prophète. A celui qui lui demandait l'affiliation a la confrérie ziania, il disait : ~< Que Dieu purifie nos coeurs ! Lis-tu le Coran ? Le sais-tu par Coeur? >> Dans l'affirmative, le postulant était affilié comme Sidi M hammed avait coutume de le faire avec les gens du Coran. Le Cheikh invoquait Dieu sur le postulant, lui faisait ses recommandations, sur­tout sur le qiam el liyl ou action de passer une partie de la nuit en prière. Si le postulant ne savait pas le Coran, le Cheikh se bornait. A lui transmettre l'ouird des Soufis de sa chaîne mystique, ou selsela. 
         
D'après l'ouvrage intitulé: (Adjouibat Naciria), des tolba de Tlemcen écrivirent. Un jour a Sidi Mhammed pour entrer dans sa confrérie. Ils lui demandèrent quel genre de chapelet, de vêtement (des soufis)   ils devaient adopter. Le Cheikh leur répondit : ~< Nous n'avons pas de tradition spéciale sur le chapelet. la kherqa, etc... Notre confrérie (notre tariqa, c'est EDIKR tel que l'a indiqué le Cheikh Senoussi a la fin du commentaire de son ~Aqidat es­Soghra   Si vous désirez entrer dans notre selsela (chalne mystique), assurez d'abord votre retour a la voie de Dieu avec ses conditions essentielles; ayez soin de vous livrer a Lui, de le craindre dans tous les actes de votre vie. Préparez-vous ainsi pour le jour de la descente au tombeau. >~ Sidi Mhammed ajoutait. Sa lettre l'indication du dikr et de la selsela  d'aprés les Soufis antérieurs.
        
C'était donc la pratique du Soufisme usuel, la multiplication des prières, l'observation des rites de l'Islam, surtout pour les funérailles, qui formait le fond de la doctrine du Cheikh. Il recommandait à tous ses frères en Dieu la con— naissance des sciences religieuses. ~< Soyez, leur disait-il, du groupe des savants ou du groupe de ceux qui instruisent ne soyer point. Du troisième groupe. ~ Ce dernier groupe, dans son esprit, était celui des ignorants. ~< Fréquentez, disait-il encore, fréquentez les savants. Ils font fructifier les âmes comme la pluie du ciel fait fructifier les plantes.
        
L'intérieur familial de Sidi Mhammed correspondait à ses hautes vertus. Sa première femme, la dame Oum Kolthoum, celle qui fut La mère de ses fis, sidi Mohammed Laredj, sidi Abdelouahab, sidi Ahmed était pieuse, douce de caractère, droite dans sa conduite. Elle observait avec soin la souna. Elle était obéissante à son mari, vigilante à faire exécuter les ordres de celui-ci. Elle était pleine de charité pour les veuves et pour les orphelins, donnait généreusement aux religieux et aux pauvres une partie des biens dont Dieu l'avait gratifiée. Lorsque le Cheikh est partit en pèlerinage, elle le remplaça auprès des frères et des autres personnes, multipliant, pour tous, ses bienfaits. On ne s'aperçut pas du départ du fondateur de la zaouia. 
       
Elle avait une coutume spéciale: toutes les fois que le Cheikh avait terminé la prière du vendredi, elle secouait la poussière des livres de la zaouia, les parfumait d'encens, les replaçait et mettait sur leur reliure un peu de poussière de chaux.
      
Lorsque cette sainte femme fut morte, un des frères, qui ignorait sa maladie la vit en songe monter au ciel. Elle y fut reçue par Abou Bekr et les femmes du Prophète.Le Cheikh Sidi Mhammed Vécut. De nombreuses années après elle. On lui conseilla souvent de se remarier; chaque fois il refusait d'écouter de pareils avis. Cependant une maladie nécessitant des soins intimes l'ob1igea a cherché une épouse. II songea d'abord, dans ce but, à se procurer une esclave noire a Sidjilmasa. Mais son ami, le saint Sidi Ahmed ci Habib, lui écrivit pour lui démontrer que se contenter d'une affranchie était au-dessous de la condition de Sidi Mhammed; il l'engagea a prendre, malgré la répugnance éprouvée, une femme libre et d'une certaine origine. Le Cheikh se laissa convaincre. Peu de temps après, un fils de Sidi Abd-el-Djebbar de Figuig proposa au Cheikh .sa soeur en mariage. Sidi Mhammed chargea alors son propre fils Hadj Mohammed Laredj d'aller a Figuig conclure l'affaire.  Et lui recommanda de bien se renseigner sur la femme et de voir si elle lui convenait réellement. Sidi Mohammed Laredj. Fut bien reçu par le faquir fils d'Abd-e1-Djebbar, mais il apprit que la femme en question était une divorcée qui avait déjà abandonné trois époux successifs ; il n'en voulut pas et amena a son père une autre .femme de La même famille  il eut avec elle son fils Sid Houcein.
        
Sidi Mhammed ben BouZiane finit par arriver au terme de sa vie exemplaire. Proche de ses derniers instants, il demanda a ceux qu'il l'entouraient de vouloir bien partir, de le laisser seul en La présence de son Divin Maître avec lequel il avait des conversations confidentielles. Les gens de son entourage lui demandèrent si Fun des frères (khouan) pourrait entrer et venir vers lui. II leur répondit ~<Je n'ai plus rien de commun avec le monde. Obéissez à mon fils Mohammed LAREDJ, mon vicaire et l'héritier du sirr après moi. Les saints personnages sont tous d'avis qu'il doit me succéder dans La direction de la zaouïa. II vous fera bénéficier, — et vous verrez combien ! — des grâces divines par son intermédiaire. >~ Pendant son agonies lorsqu'il faisait .appeler un frère (khouan) auprès de lui, il lui disait : < Je vous ai (tous) recommandés a Dieu; notre amitié se continuera dans le ciel ou nous nous retrouverons un jour >


A. Cour
Professeur a La Medersa De Tlemcen.
Revue du Monde Musulman N°11 Novembre 1910
Extrait de Laredj moulay Abdellah  Zaouia de Kenadsa

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Histoire
commenter cet article

commentaires

Ziani 26/05/2011 06:59



Salamoune 3alaykoume,


 Il est fort curieux de ne pas mentionner le lieu d'origine du Pére du Saint Sidi Mhamed Ben Bouziane, On sait qu'il se fixa à Taghit mais on ne donne pas son lieu d'origine et cela a été
fait exprés pour cacher une vérité dérangeante.


 Quoi qu'il en soit le Saint Sidi Mhamed Ben Bouziane était un authentique descendant du Prophéte Sidna Mohamed (Que la paix et le salut de Dieu soit sur lui ansi que sur sa noble famille et
ses nobles compagnons),


Sidi Mhamed Ben Bouziane était un charif Idrissi de la descendance de MOULAY ABDESSALAM BEN MECHICHE qui était originaire du mont Alam dans le nord du Maroc,


Sidi Mhamed Ben Bouziane descendait également du Saint Sidi Abdellah El Ghazouani enterré à Marrakech.


Je vous passe mon grand salam.



ok 27/02/2008 15:44

Je vous invite à visiter mon site internet sur Debdou.Je laisserai peut être quelques choses sur les saint de cette petite bourgade.En vous remerciant par avance.http://ok-debdou.blogspot.com/