Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

26 novembre 2007 1 26 /11 /novembre /2007 21:15

Décidément, les troupes théâtrales du Sud n’en finissent pas d’étonner le public béchari. Après le passage très remarqué de la troupe d’Adrar qui a présenté, l’été dernier, «Edarawiches», voilà que la troupe «Ennousour» de Tindouf remonte vers le Nord en faisant escale à Bechar avec «Hamlet» de William Shakespeare, adaptée en arabe par l’Irakien Jabra Ibrahim Jabra.


A Tindouf, le théâtre ne chôme pas. Une autre troupe nommée «El Melka» a été couronnée au dernier festival du théâtre professionnel pour sa présentation de la pièce de Samuel Beckett «En attendant Godot».
Mercredi dernier, sur les planches de la maison de la culture de Béchar, «Ennoussour» ont joué un tour de force et non des moindres en s’attaquant de front à ce qu’il y’a de difficile dans le théâtre shakespearien, «Hamlet». Ce n’est pas pour rien qu’André Suarès réunit «Hamlet, avec Timon, Macbeth, le roi Lear, le noir Othello»: ces «Titans se dressent sur l’horizon et portent le ciel de la tragédie». Cette pièce fait aussi partie du triptyque «Hamlet, Othello, Macbeth» qui caractérise la «période sombre» de william Shakespeare. L’œuvre présentée est une adaptation de l’Irakien Jabra Ibrahin Jabra, mise en scène par Abdelhalim Zribiî. C’est là que le proverbe «Traduire c’est trahir» trouve pleinement son sens. Le texte original a été purgé, bourré de contresens, d’approximations douteuses, de formules embarrassées et autres erreurs. Cependant la mise en scène est à saluer quand on sait que Shakespeare n’a pas conçu ses pièces selon la structure en actes et en scènes. Autre changement dans la distribution. La pièce de Shakespeare compte pas moins d’une cinquantaine de personnages, celle présentée par la troupe «Ennousour» est basée sur quatre.

Le coup de force évoqué revient au fait qu’une tragédie qui se déroule dans la froideur d’un château danois soit transposée à la chaleur du grand sud algérien. Dépaysement des lieux, du climat et des mœurs. La pièce «Hamlet» est un régicide à double détente qui frappe d’abord le roi légitime puis cet autre roi usurpateur revêtu de tous les signes de la légitimité. Hamlet, balancé entre le «être ou ne pas être», l’absurde et le néant, part en quête de la justice et de la vérité. Bien plus que la vengeance et la justice, la vérité est l’objet de la recherche d’Hamlet. C’est très consciemment que Shakespeare a fait de lui le héros, le saint et le martyr de la vérité. Boughennama Ismaïl, Benhadid Idris, Amari Zohra et Ismaïl Ahmed qui se sont montrés capables de taquiner la tragédie, regrettent, faute d’effets spéciaux, de ne pouvoir explorer à fond la scène où le spectre du roi assassiné révèle à Hamlet l’identité de son assassin.

  Source : M. Ahmed, La Voix de l'Oranie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article

commentaires