Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

30 décembre 2007 7 30 /12 /décembre /2007 11:09

M. Dahane Djelloul, président de l’association «Sanabil Laâouadj», au sein de laquelle activent des agriculteurs exploitant les terres de Ârch O/Sid Cheikh, à 2 km de Béni-Ounif, s’est rapproché de la Voix de l’Oranie, pour déplorer l’état d’abandon d’une retenue d’eau ayant coûté pas moins de 8,5 milliards de cts aux caisses de l’Etat.


Cet ouvrage hydraulique devait être construit, rappelle-t-il, en l’espace de 8 mois. Selon M. Dahane Djelloul, notre interlocuteur au sein de cette association, l’entrepreneur chargé de la réalisation de cette retenue collinaire, a seulement posé le béton dit de «propreté» et a levé les voiles, en abandonnant le projet depuis bientôt 8 mois, après avoir emporté son matériel sans espoir de retour et non sans avoir encaissé 8,5 milliards de cts. Le suivi de cette opération, ajoutera-t-il, devait être assuré par le H.D.S de Djelfa. Ces terres ârouch, selon notre interlocuteur, sont pourtant réputées rentables, surtout en saisons pluvieuses, où elles arrivent à donner un rendement de 100 quintaux d’orge ou de blé à l’hectare. Il en est de même dans la culture des pastèques, des melons et des petits pois. Cette retenue d’eau aurait pu servir en fin de saison de pluies, mais...», s’est-il interrompu à bout d’arguments. C’est ce qui incite cette association à demander au wali de Bechar, de diligenter une enquête sur cette affaire, qui relève de l’arnaque et pour déterminer qui a pu valider le «service fait» pour une telle escroquerie commise au détriment du développement de l’agriculture dans la région.

 

Source : M. Ahmed, La Voix de l'Oranie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article

commentaires