Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 17:28

L’arrivée de la première vague de 253 pèlerins, issus des wilayas du Sud-Ouest et en provenance de Médine, a été enregistrée, samedi dernier à 15h00, comme le prévoyait le programme.

 

Ces Hadjis ont été accueillis sur le tarmac de l’Aéroport Dghine Benali (Colonel Lotfi) par le wali de Bechar, M. Azzeddine Mécheri, accompagné des autorités civiles et militaires. Les formalités de police et de douane ont été simplifiées cette année, du moins pour cette première vague, présence du chef de l’Exécutif oblige. Certains pèlerins se disaient satisfaits de la prise en charge médicale et des soins prodigués par les médecins accompagnateurs, mais déplorent toutefois les négligences de la fameuse «Biîtha» qui, à leurs dires, se préoccupait plutôt de son propre pèlerinage, au lieu de s’occuper des pèlerins qu’elle était censée encadrer et conseiller. Au sein de l’aérogare de Bechar, tout était prévu pour assurer la fluidité de la circulation, si ce n’est que les pèlerins eux-mêmes ont créé un problème lié à la disponibilité des caddys. En effet, les 120 chariots mis à leur disposition, ne devaient pas franchir la porte de sortie de l’aérogare. Mais bon nombre d’entre eux ont tenu à les conserver jusqu’au delà de la barrière de sécurité, où les attendaient impatiemment leurs proches. Passées les effusions des retrouvailles, tout le monde prenait place dans les cortèges, sans prendre le soin de ramener les chariots à leur place, là où ils auraient pu servir à d’autres pèlerins tout aussi encombrés par leurs bagages et qui poireautaient encore près de la piste d’atterrissage.

Source: M. Ahmed, La Voix de l'Oranie.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article

commentaires