Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

3 février 2008 7 03 /02 /février /2008 18:34
Le site du barrage de Djorf Ettorba, à 18 km au sud de Béchar, a été proposé pour être classé zone humide devant être protégé dans le cadre de la convention Ramsar, a-t-on appris des responsables en charge de l’environnement dans la wilaya.    
Ce projet de classification porte sur la mise en valeur et la préservation de cet espace qui s’étend sur une superficie de 21.500 kilomètres carrés dont 94 km2 constituant son lac, selon les mêmes sources.    
Le lac est alimenté par les crues de l’oued "Guir", dont le barrage éponyme dispose d’une capacité de stockage de 365 millions de mètres cubes.    
4.000 hectares de diverses espèces végétales, notamment les arbres Tamarix, sont recensés sur cette zone, selon une étude réalisée par le secteur de  l’environnement.    
On y trouve également 43 espèces d’oiseaux et des animaux rares dont le chacal doré, le fennec, en plus de mammifères marins à l’image de la tortue aquatique et plusieurs autres espèces de poissons d’eau douce dont certaines ont été introduites ces deux dernières années comme le Tilapia.   
Les responsables concernés par ce projet estiment nécessaire de classer le site en tant que zone humide, eu égard à sa situation géographique dans une région semi-désertique, reconnue comme étant l’espace de transit pour l’avifaune migratrice empruntant la côte ouest de l’Afrique par le détroit de Gibraltar.    
L’Algérie a entrepris, dans le cadre de la mise en oeuvre de la convention de Ramsar, de nombreuses actions, notamment le classement de 42 sites, s’étendant sur une superficie de près de 3.000.000 d’hectares, sur la liste Ramsar des zones humides d’importance internationale, rappelle-t-on.    
Ces actions portent, également, sur le classement en cours de 18 autres sites sur la liste Ramsar des zones humides d’importance internationale.

Source : El Moujahid.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Saoura
commenter cet article

commentaires