Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 17:11

Durant la séance de travail qui a réuni le ministre des Ressources en eau avec les autorités locales au siège de la wilaya de Bechar, Abdelmalek Sellal a révélé que le sous-sol du Sud algérien renferme d’importantes nappes phréatiques capables de mettre ces régions à l’abri des besoins durant des siècles.


 

Le ministre des Ressources en eau, qui était en visite d’inspection et de travail de deux jours dans la wilaya de Bechar, a tenu une réunion de travail qui a regroupé les autorités locales et les responsables de son secteur. Durant l’intervention d’ouverture, le wali de Bechar a exposé la situation relative au domaine des ressources en eau et énuméré les différents moyens à mettre en œuvre pour sécuriser à long terme les besoins des populations. Il a mis en exergue le fait que l’Etat n’a pas lésiné sur les moyens pour accompagner la stratégie de développement durable dans les régions du Sud. A titre d’exemple, il a cité les 325 milliards de centimes qui ont servi à la rénovation de la conduite de l’adduction d’eau à partir du barrage de Djorf Torba sur 33 km linéaires, le renforcement de l’AEP à partir du forage de Mougheul qui apporte un plus de 110 litres/seconde, la réalisation d’une pompe flottante sur barge au niveau du barrage de Djorf Torba et la construction d’un pont d’évitement au niveau du barrage pour épargner la digue. Dans une vision stratégique et futuriste d’importance capitale du point de vue sécurisation des besoins en eau pour la région en cas de sècheresse cyclique prolongée, le wali a proposé une solution idoine. Elle consiste à drainer les eaux vers la capitale de la Saoura à partir du Chott El-Gherbi situé dans la wilaya de Nâama à l’instar de ce qui est prévu de faire à partir de Mhiguen près de Lagouat pour alimenter la région du Nord. Poursuivant son argumentaire, il demande aussi qu’une étude soit entreprise par l’ANRH dans la région de l’Erg occidental qui, paraît-il, renferme d’importantes réserves en eau.
Répondant aux préoccupations majeures du chef de l’Exécutif, le ministre des Ressources en eau déclarera que son département met toute la mesure pour arriver dans un avenir proche à fournir aux citoyens de la région une alimentation journalière en eau. Pour ce qui est de la nappe phréatique du Chott El-Gherbi, le ministre assure qu’un projet d’alimentation à partir de ce lieu couvrira les besoins des wilayas de Nâama, Saïda et Tlemcen. Il révèle également que, pas loin de Bechar, des études approfondies ont montré que la région de Mansouria renferme des réserves considérables d’eau et qu’une autre étude est en cours pour déterminer les réserves de la région de Oued Namouss qui pourraient largement dépasser les besoins de Aïn Sefra et Bechar. Sur le même registre, il dévoilera que le Sahara septentrional et plus particulièrement les Hauts-plateaux dans la région de Batna, il existe des réserves souterraines estimées à 40 milliards de m3 d’eau, de quoi mettre à l’abri la population pendant huit siècles au moins. De même que Mhiguen, dans la région de Laghouat, alimentera Djelfa, M’sila et Tiaret. Revenant sur le cas de la ville de Bechar, le ministre dira qu’il faudrait rompre à jamais avec la construction de châteaux d’eau de capacité moindre et opter pour la construction de ceux pouvant emmagasiner entre 10.000 et 15.000 m3, qu’ils soient souterrains ou en surface. Il insistera aussi sur l’établissement d’un système d’information géographique pour connaître le réseau d’eau car, appuyant les dires du DHW, 40% du réseau sont méconnus de ses services pour manque de plans et d’archives. Pour ce qui est de l’assainissement, M. Sellal donne son accord pour l’inscription d’une opération permettant de maîtriser ce problème de façon radicale.

Source : M. Ahmed, La voix de l'Oranie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article

commentaires