Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 10:13

La troupe «El Ferda» de Kenadsa a donné une soirée musicale, haute en couleurs, pour les femmes témouchentoises à la Maison de la Culture locale. A la fin du spectacle, son animateur Zaïdi Hocine s’est confié à la Voix de l’Oranie.


- La voix de l’Oranie: Présentez-nous votre troupe. «El Ferda» a-t-elle un cachet particulier?
- Zaidi Hocine: Depuis la création en 1991 de notre troupe, nous avons travaillé à promouvoir le patrimoine musical de Kenadsa, très différent de la musique populaire de la région marocaine. Les paroles puisent leur racine du bled même de Kenadsa, très connu par sa richesse socioculturelle et religieuse.

- Comment avez-vous trouvé le public témouchentois? A-t-il bien réagi lors du spectacle?
- C’est la deuxième fois qu’on donne un concert ici, franchement les Témouchentois se distinguent par un grand sens de la mélomanie. Lors se cette soirée, le chanteur Larbi Bestam avait reproduit les chansons de notre répertoire, notamment «Ya Karim El Kourama», «Bent Bladi», «Sinia Wal Bir», «Salat El Fedjr».

- Pourquoi vous n’introduisez pas des instruments de musique modernes tels que le synthétiseur, le saxophone?...
- Quand il s’agit de patrimoine, il faut garder son fond et sa forme. Nous devons garder les instruments traditionnels si non, «El Ferda» n’aura pas de sens. En outre, le charme est dans l’ensemble des habits, des paroles et de la musique, qui sont des facteurs identitaires de la région des Oasis.

- A force de répéter les chansons du patrimoine, ne pensez-vous pas qu’il y ait risque de tourner le dos aux jeunes?
- Nous préparons un nouvel album, qui contient des chansons du patrimoine et autres nouvelles mélodies avec des textes adaptés à la modernité, tout en gardant l’âme de «Ferda». Nous jouons une musique qui unit les enfants du Maghreb car ils partagent la langue, la religion et le sang.

Source : La Voix de L'Oranie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article

commentaires