Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

22 mai 2008 4 22 /05 /mai /2008 18:49

La plaine de Zouzfana, réputée pour son bon rendement de blé et d’orge, estimé à 35 quintaux à l’hectare, vient de renouer avec son activité séculaire, après une longue éclipse, imposée par la situation sécuritaire durant une bonne décennie.


Il s’avère selon les fellahs, que la moisson sera bonne cette année. En tous cas, la moissonneuse-batteuse, ramenée en location à partir de la wilaya de Saïda, ne chôme pas et les fellahs céréaliers qui suivent de près la progression du travail, attendent avec impatience leur tour, pour bénéficier de ses services. Il faut dire que cette plaine spécialisée dans la production céréalière (blé et orge) est irriguée grâce aux eaux pluviales charriées par l’Oued Zouzfana, dont les affluents prennent leurs sources dans l’Atlas marocain.
Cette plaine de Zouzfana s’étend du périmètre de Djédida à celui de l’Aouina, à proximité de Taghit, soit une superficie de 80 km de long sur 7 km de large. Cette année, le rendement y est de l’ordre de 35 quintaux à l’hectare, autrement dit le triple du rendement des plaines céréalières du Nord. Autant dire que cela n’augure que du bien pour ces fellahs, forcés à l’inaction imposée par les conditions sécuritaires, une longue décennie durant.
Les fellahs, une fois revenus à l’emblavure, avaient retrouvé en piteux état leurs terres laissées en friche tout ce temps-là. La nature avait repris ses droits et l’érosion avait emporté une bonne partie des sédiments alluvionnaires, qui faisaient la richesse du sol. Heureusement que l’Etat n’a pas lésiné sur les moyens, pour remettre en valeur cette terre «ârouch», réputée pour sa production céréalière. La ligne de haute tension de 400 KVA qui traverse la plaine sur une bonne trentaine de kilomètres, laisse espérer que dans un avenir proche, on tentera d’obtenir deux moissons par an, à condition que l’arrosage par pivot s’y mette de la partie. En attendant, le plus encourageant pour les exploitants céréaliers serait, sans aucun doute, l’acquisition d’une moissonneuse-batteuse pour la plaine de Zouzfana.

Source : M. Messaoud, La Voix de l'Oranie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article

commentaires