Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

21 juin 2008 6 21 /06 /juin /2008 11:12
Considéré comme secteur vital dans tout développement, le secteur de l’hydraulique dans la wilaya de Bechar a mobilisé d’énormes moyens financiers pour résoudre le problème d’AEP et l’eau destinée à l’irrigation.

Jusqu’au 31 décembre 2007, il a été réalisé 41 forages d’un débit de 474,5 l/s, 98 puits de 233,3 l/s, deux sources de 22 l/s, en plus de l’apport du barrage de Djorf Torba qui fournit un débit de 440 l/s. Afin d’augmenter les capacités de stockage de l’eau, 119 châteaux d’eau et réservoirs d’une capacité globale de 52.108 m3 ont été réalisés.


La déperdition d’eau, due aux fuites et la vétuste du réseau d’AEP, ont incité les responsables à engager un vaste programme de réhabilitation de ce réseau de 57.263 mètres linéaires dont 18.062 ont été rénovés, le reste étant en voie de l’être. Par ailleurs, une opération de réalisation de 5.000 mètres linéaires a été inscrite dans le cadre de l’extension du réseau. La wilaya de Bechar dispose aussi de deux stations de traitement des eaux d’une capacité globale de 49.500 m3/jour.
Afin de renforcer et d’augmenter la mobilisation des ressources hydriques pour atténuer le déficit en AEP, trois grands projets sont en cours de réalisation. Il s’agit de 11 forages d’un débit total de 100 l/s, le fonçage et l’équipement de 20 puits d’un débit de 100 l/s et la réalisation de 12 autres forages d’un débit de 110 l/s. Ces projets dont l’état d’avancement actuel est de 80% vont permettre de mobiliser un débit de 310L/S. Le projet de réalisation de 20 châteaux d’eau répartis à travers tout le territoire de la wilaya a été inscrit tout comme la rénovation et la réhabilitation de 93 km de conduite.
Par ailleurs, l’un des mégaprojet qui préoccupait les autorités locales de la wilaya de Bechar et qui portait sur la rénovation de l’adduction principale du barrage de Djorf Torba est en voie d’achèvement, l’état d’avancement des travaux ayant atteint les 85% et la première tranche devant être réceptionnée à la fin du mois en cours. Il y a lieu de noter ici que le barrage, qui alimentait la wilaya en AEP avec 38.000m3/j, enregistrait une perte de 11.000m3/j due à la vétusté de cette adduction principale. Une fois le projet achevé, ces 11.000m3/j vont être récupérés. Et il est aussi question d’un autre grand projet en cours de réalisation et devant être réceptionné au courant de ce mois. C’est le transfert de l’eau destinée à l’AEP à partir de Mougheul pour un débit de 140l/s.
D’un autre côté, et afin de résoudre le problème des interruptions dans l’alimentation en eau à partir du barrage, une station flottante a été réalisée en amont du barrage afin d’assurer la production de l’eau en permanence. Cette station a été équipée de groupes électrogènes. Et le domaine hydro-agricole a connu lui aussi un vaste programme. Trois digues d’une capacité 1,05 million de m3 et deux autres de 1,5 million de m3 ont été réalisées, en attendant la réalisation de quatre autres digues, projets qui seront lancés incessamment. Huit autres sites ont été retenus pour réaliser des digues destinées à l’irrigation des terres. Concernant le périmètre d’Abadla, des moyens matériels d’un montant de 50 millions de dinars ont été mis sur le tapis afin d’assurer les travaux de curage et de désensablement en cas d’intempéries.
L’assainissement est une autre préoccupation de la région. 22.374 mètres linéaires de conduite et une station de lagunage ont été réalisés à Tabelbala et les projets en cours portent sur la réalisation de 86 km de conduite à partir du collecteur d’assainissement de Oued Bechar. L’opération d’extension du réseau d’assainissement dans 21 communes est en cours, tout comme les stations de lagunages de Taghit et Beni Ouanif, et celle de Beni Abbès va être lancée en juillet prochain. Il y a eu aussi la réalisation de 8000 ml de réseau pluvial pour protéger les populations des inondations, très fréquentes dans la région, et 5.000 ml de protection des berges de l’Oued Bechar qui traverse la ville.
La réalisation d’une STEP d’une capacité de 400.000 eq./hab. a été inscrite. Elle permettra de résoudre définitivement le problème de traitement des eaux usées drainées par l’Oued Bechar et les autres réseaux de rejet.
Tous ces efforts ont permis d’atteindre un taux de satisfaction en AEP de 75% et le raccordement en AEP de 98,5%, de 70% en assainissement et un raccordement en assainissement de 97,5%. Volet prévisions, il est attendu que le taux de satisfaction en AEP atteindra les 90% à la fin 2008. Il est enfin question d’une étude en cours concernant le transfert d’AEP pour la ville de Bechar à partir de Oued Namouss.
Les différents programmes lancés et réalisés de 2005 à 2008 dans l’agriculture et l’hydraulique ont mobilisé une enveloppe financière de l’ordre de 2.249.000.000 DA, et ce, sans tenir compte des projets inscrits ou en voie de finalisation. Ceci démonte de l’intérêt particulier montré à ces deux secteurs par les autorités locales.

Source: B. Soufi, La Voix de l'Oranie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article

commentaires