Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

16 août 2008 6 16 /08 /août /2008 18:36
Béni-Abbès, située à 240 km au sud de Béchar sur l'axe magique Béchar-Adrar-Timimoun, est considérée comme étant la cité la plus ancienne du Sud-Ouest mais aussi comme "la perle de la Saoura" de par la beauté de ses dunes de sable fin et de ses sites naturels et historiques.    
Depuis le milieu des années 1920, lorsqu'elle accueillit les premiers rallyes automobiles organisés alors par le constructeur français Citroën, elle jouit d’une renommée touristique internationale qui ne s'est jamais démentie.    
Elle est également célèbre pour le faste quelle donne à la célébration du Mawlid Ennaboui (la naissance du prophète), une tradition devenue avec le temps, un rendez-vous à ne pas rater pour tout touriste digne de ce nom.    
Au cœur de l'Erg occidental, la belle oasis a aussi servi de décor naturel à de nombreuses scènes du film ‘’Thé au Sahara’’ du cinéaste Italien Bernardo Bertolucci, qui fut lui-même émerveillé par les splendeurs de cette cité, dont la source d’eau et la palmeraie, notamment, en font une des destinations touristiques les plus prisées du sud-ouest algérien.    
Dès l’entrée de la ville, venant de Bechar, le visiteur est accueilli par "ksar Ghar diba", qui se dresse majestueusement sur le flanc de la falaise surplombant Béni-Abbès. Protégé par des remparts dont subsistent encore des vestiges, il a été fondé par les "Beni Hcien".    
Poursuivant ses pérégrinations, le visiteur est séduit par une grotte creusée à même la falaise, surmontée d'un tableau aux gravures rupestres qui attestent de la présence de l'Homme dans cette région depuis des millénaires.    
La source de Béni-Abbès, entourée de jardins verdoyants, a jailli selon la légende locale vers le 6è siècle de l'hégire. Elle a laissé son eau sourdre, selon des récits locaux, quand le Saint Sidi Othmane, venu d'Egypte, a bivouaqué avec son compagnon au lieu dit "Hmama". Assoiffé, et transi de fatigue, il avait enfoncé son bâton dans la terre meuble en ordonnant à son camarade de ne le retirer qu'après sa mort. Son compagnon exécuta ce vœu et retira le bâton de la terre laissant depuis, l'eau couler de "Ain Béni-Abbès", une eau cristalline aux vertus thérapeutiques reconnues.     Ceci pour la légende. Ce qui est par contre sûr c'est que la zone renferme une autre richesse, bien réelle celle-là et qui se résume à une palmeraie de... plusieurs centaines de milliers de palmiers dattiers, un trésor inestimable et un vrai patrimoine.      Irriguée grâce aux eaux de Oued Saoura et surtout par celles de la source, cette immense palmeraie constitue un des sites naturels les plus visités par les touristes.   
Les deux ksars que compte la ville dominent la rive droite de la vallée d'Oued Guir.   Avec enfin l'ermitage du père De Foucault, le musée du centre national des recherches sur les zones arides et semi-arides, qui recèle l’une des plus importantes collection de races animales et végétales du désert, font de la région un lieu de villégiature d’un grand intérêt pour le développement des activités touristiques futures.    
A ce titre, Beni Abbès vient de bénéficier d’une opération de réhabilitation de son aérodrome, un premier pas qui en appelle d'autres.    
Outre ces curiosités et ces sites historiques, Béni-Abbès jouit également d'un patrimoine immatériel très riche. Et pour mettre en valeur certains de ses aspects, la ville accueille depuis quatre ans, le festival des musiques traditionnelles et populaires "Nuits de la Saoura", un rendez-vous au cours duquel les traditions séculaires d'hospitalité de la population locale, autre atout, autre richesse, trouvent toute leur expression.

Source: El Moujahid.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane
commenter cet article

commentaires