Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 13:38

Le coup d’envoi de la deuxième édition du Festival international du film de Taghit, a été inauguré lundi soir, à Béchar.
C’est en présence du secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre chargé  de la communication, M. Azzeddine Mihoubi, des autorités locales et des directeurs généraux de l’ENRS et de l’ENTV que la troisième édition du festival a été étrennée. Dans une brève allocution, le nouveau directeur de la télévision, M. Mihoubi a insisté sur le fait que des efforts de l’Etat ont été consentis pour la relance des activités cinématographiques à travers tout le territoire du pays. «L’Etat s’est engagé à soutenir les productions des cinéastes et l’organisation de festivals du cinéma, comme ceux du cinéma arabe à Oran et le Taghit d’Or pour le court  métrage» a-t-il confié devant un parterre d’invités.  Il a également affirmé que l’organisation du festival de Taghit démontre l’intérêt que porte l’Etat à la vulgarisation des œuvres cinématographiques de jeunes talents, relevant que son organisation dans une région du Sud du pays aidera incontestablement à la promotion du tourisme culturel. Abondant dans le même sens, le wali de Béchar a mis l’accent sur le rôle dévolu à cette manifestation dans la promotion du secteur du tourisme dans la région, tout en soulignant l’importance culturelle de ce festival. 
Il est à noter que le Taghit d’or qui clôturera le 20 décembre prochain est une manifestation organisée par le Fennec d’or. Ses objectifs  premiers sont de créer un cadre de rencontres, de dialogue et d’échanges cinématographiques, de favoriser la connaissance et la diffusion des nouveaux films de court métrage algériens et étrangers. 
Des prix seront décernés aux futurs lauréats. Parmi ces derniers, figurent le prix du Taghit d’or du meilleur court métrage, le prix de la meilleure réalisation, le prix de la meilleur interprétation féminine, le prix de la meilleure interprétation masculine et le prix du meilleur film algérien. Cependant, le jury ne délivrera pas de prix ex-aequo.
Le programme du Taghit d’or du court métrage comprend: une sélection «compétition internationale» ouverte aux films de fiction réalisés entre 2007 et 2008, un panorama national, des conférences et débats et des leçons, des ateliers et autres activités parallèles. En marge de la compétition officielle, sont attendues des qâadates qui auront pour thèmes la relation entre le réalisateur et l’acteur et l’animation en Algérie. Les organisateurs, ont opté, cette année pour mettre en place des leçons de cinéma où les professionnels du septième art dispenseront des leçons aux jeunes réalisateurs. Les leçons de cette deuxième édition du Taghit d’or auront pour thème principal «L’image au cinéma».


Source: L.  S., La Nouvelle République.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article

commentaires