Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 11:23
La journée de vendredi, qui était le dernier jour de la compétition du Taghit d’Or du court métrage, s’est articulée autour de la projection des cinq derniers films en compétition. Le jury et le public du Taghit d’Or de plus en plus nombreux ont assisté aux projections de Sektou (ils se sont tus) de l’Algérien Khaled Benaïssa, Violina de l’Égyptienne Suzanne Abbas, Il était une voix du Français Francis Salomon, Double voix des Marocains Driss Roukhe et Rachid Zaki, et Bent Mariam de l’Émirati Saeed Saleem Al Murry. Le niveau était différent et le rythme inconstant. Mention “assez bien”, quand même, au court métrage Sektou de Khaled Benaïssa. Ce dernier explore les limites et la frontière entre le réel et l’imaginaire. Le réalisateur met en scène un jeune animateur radio (incarné par Hichem Mesbah) qui anime une émission très écoutée la nuit, et dort la journée. Habitant un quartier très populaire, l’animateur n’arrive pas à trouver la paix dans son sommeil, tant le quartier est bruyant. Burlesque et réaliste à la fois, “Sektou” passe d’une dimension à une autre, et grâce à ce film, l’Algérie a conjugué talent et créativité. Néanmoins, le court métrage va dans tous les sens et manque d’efficacité par moments. La tension commençait à monter dès vendredi matin.
Le choix du jury, présidé par la réalisatrice tunisienne Selma Bekar, est resté secret même si l’on sait que le jury a délibéré vendredi jusque tard dans la soirée et n’a remis à l’organisation les noms des gagnants qu’hier matin. Selon nos sources, il a, par ailleurs, ajouté quelques mentions spéciales, tant le niveau des 26 courts métrages en compétition se rapprochait. Mais il n’en demeure pas moins que le film Lullaby for a boy du réalisateur serbe, Milos Pusic, se détache vraiment du lot et mérite largement le Grand Prix. Quant au jury de la Caméra d’Or, il n’a délibéré qu’hier et a été franchement déçu par la qualité et le niveau des productions algériennes qui concouraient. De ce fait, d’autres mentions et prix d’encouragements ont été rajoutés. Le palmarès officiel devait être rendu public durant la cérémonie de clôture de la 2e édition du Taghit d’Or, qui devait se tenir hier soir, en présence du wali de Béchar, M. Mechri, suivie d’un concert du raïman, Cheb Réda.

Source: Liberté.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article

commentaires