Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 21:25

La 3e édition du Festival Diwane de Béchar, et c’est désormais la nouvelle appellation choisie pour remplacer celle de Gnaoui programmée du 1er au 6 mai, a été inaugurée vendredi dans la soirée par les autorités locales qui ont donné le coup d’envoi à cette manifestation culturelle au grand stade Nasr en présence d’un cadre représentant le ministère de la Culture.


Quatre troupes musicales de Mécheria, Dendoune de Ghardaïa, Bilalia de Témouchent et Noujoum Saoura se sont produites sur scène au cours de cette première soirée. La faible affluence du public, le premier jour, a laissé penser un moment à une indifférence, voire une désaffection des gens pour ce genre de musique. Mais non ! Samedi, la foule habituelle que l’on attendait était au rendez-vous pour assister au magnifique spectacle de Lotfi Double Kanon. Combien étaient-ils ? Mille, deux mille ? Difficile d’évaluer leur nombre car les spectateurs se confondaient entre ceux qui assistaient assis par terre et les autres qui dansaient sur les gradins. Le chanteur attendu, adulé par les jeunes venus de plusieurs quartiers et qui se sont défoulés dès sa première sortie, a failli provoquer une hystérie collective, tellement la complicité était de mise entre lui et ses fans galvanisés qui se balançaient au rythme de la musique de leur idole. « Ici, vous n’avez pas la mer et je dédie mon spectacle aux harraga du nord qui meurent en plein océan », a-t-il martelé, accentuant encore la galvanisation des jeunes par des cris tonitruants. Un véritable régal pour ses spectateurs composés de jeunes déchaînés et frustrés de défoulement tout le long de l’année. Les fans du chanteur ont, un moment, empêché l’artiste de se frayer un chemin pour quitter l’ancien stade de football à la fin de son concert. Il faut avouer que les échos du son des instruments de musique des troupes résonnent à travers la ville endormie dans la fraîcheur des soirées de ce début de mai jusqu’aux banlieues. Les spectacles commencent à partir de 22 h et se terminent à 1 h du matin. Pour rappel, une vingtaine de troupes musicales, venues des régions de l’Est, du Centre et de l’Ouest, sont invitées au Festival Diwane. Dix-sept d’entres elles sont programmées pour une compétition, à l’issue de laquelle neuf lauréats des trois éditions devront être sélectionnés et retenus pour participer au Festival panafricain qui se tiendra à Alger au mois de juillet prochain. A noter aussi qu’en marge de la manifestation artistique, la Maison de la culture de Béchar organise, parallèlement dans les matinées, des conférences animées par des professeurs universitaires en rapport avec la musique Diwane. A noter enfin que 160 invités sont présents à ce rendez-vous artistique, dont l’audience s’élargit d’année en année, et rehaussé cette fois-ci par la présence de l’humoriste Bétissam, l’artiste et comédien Abdenour Chelouch, le réalisateur Larbi Lakhal et le chanteur Djamel Laroussi.

Source: M. Nadjah, El Watan.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article

commentaires