Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 18:38

Des conférences suivies de débats sur des journées culturelles des ksour se sont déroulées pendant quatre jours. Elles ont été animées par des spécialistes à la maison de la culture de Bechar sous le slogan « Outils d’assurance et conservation du patrimoine culturel ».



Professeurs et chercheurs universitaires en sciences humaines, venus de Biskra, d’Oran, de Saïda, de Mascara, de Tlemcen, d’Alger et d’Adrar, ont participé à ce séminaire, assistés par des associations culturelles locales et P/APC concernés. Le Dr. Batroni Mourad, représentant le ministère de la Culture, a prononcé une allocution à l’ouverture des travaux et mis en relief la nouvelle stratégie globale arrêtée par son département tendant à préserver, à l’échelle nationale, le patrimoine matériel et immatériel de la dégradation. Pour donner un contenu concret à cette stratégie, un atelier de travail a été parallèlement créé au cours de ces assises impliquant des associations culturelles et architectes concernés par la réhabilitation des six ksour de la wilaya dont trois sont classés patrimoine national (Taghit, Béni Abbès et Kénadsa).

Selon le directeur de la culture, il s’agit d’abord de procéder à un recensement des lieux et faire une évaluation correcte des dommages subis lors des intempéries du mois d’octobre 2008, notamment dans les ksour de Béni 0unif, Mougheul et Taghit. Des travaux d’urgence doivent être entamés et soutenus par une campagne de sensibilisation en direction des associations et du mouvement associatif pour préserver à l’avenir ces endroits de multiples atteintes.

Restauration

A cet effet, une enveloppe financière de 55 000 000 de DA a été dégagée pour la restauration de ce patrimoine longtemps délaissé, souligne le responsable de la culture. Des bureaux d’étude qualifiés sont appelés à prendre en charge le projet avec la collaboration, les conseils et recommandations des personnes disposant d’une expérience pratique dans le domaine. Mais les études de réhabilitation, avertit la direction de la Culture, seront préalablement soumises au ministère pour examen et approbation, une nouvelle approche rompant avec l’ancienne ayant consisté à confier ce type de travaux spécifiques de restauration des ksour à des entrepreneurs et artisans qui se distinguaient plutôt par l’improvisation et l’inexpérience que par l’efficience technique et architecturale.

Les réhabilitations et embellissements des lieux de mémoire collective viseraient, à l’avenir, principalement les placettes, endroits et mosquées ayant une fonction sociale, culturelle et touristique.

 

Source: M. Nadjah, El Watan.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article

commentaires