Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

31 décembre 2006 7 31 /12 /décembre /2006 14:44

Philippe Marie de Hauteclocque, dit Leclerc

JPEG - 4.8 ko
Maréchal Leclerc

Né le 22 novembre 1902 à Belloy-Saint-Léonard dans la Somme, mort près de Colomb-Béchar en 1947, Philippe de Hauteclocque, dit Leclerc, est issu d’une vieille famille aristocratique de tradition militaire.

 

On peut dire que cet homme est très brillant ; en effet il sort de l’École militaire de Saint-Cyr en 1924, de l’École d’Application de la Cavalerie de Saumur en 1925, sert au Maroc où il participe à des opérations de pacification et revient en tant qu’instructeur à Saint-Cyr. Nommé capitaine en 1934, il réussit en 1938 le Concours de l’École de Guerre, dont il sort major en 1935.

 

Capitaine d’état-major à la 4e division au début de la Seconde Guerre mondiale, il combat sur le front belge. En mai 1940, il rejoint les lignes françaises ; capturé par les Allemands, il s’évade et retourne au combat.

 

Le 25 juillet 1940, après avoir quitté la France par l’Espagne, il est l’un des premiers à rejoindre le Général de Gaulle.

 

Tout s’enchaîne : chef d’escadron, il est envoyé en Afrique aux côtés de Claude Hettier de Boislambert et de René Pleven pour gagner l’Afrique équatoriale française au nom de la France libre. Il accomplit cette mission dès fin août 1940.

 

GIF - 8.9 ko
Insigne de la 2e division blindée

 

Commandant militaire du Tchad, le 1er mars 1941, Leclerc s’empare de l’oasis de Koufra, tenue par les troupes italiennes et fait devant ses hommes le serment de ne déposer les armes que lorsque les couleurs   nationales flotteront sur la cathédrale de Strasbourg.

 

Il participe à toutes les batailles menées dans le Sud tunisien ; nommé général de division en mai 1943, Leclerc est chargé par le Général de Gaulle de former au Maroc la 2e division blindée, composée notamment des tirailleurs sénégalais du Tchad et des chasseurs d’Afrique de Dakar. La 2e division blindée sera en Grande-Bretagne en avril 1944 pour préparer le débarquement en Normandie.

 

1er août 1944 : Leclerc est sur le sol français, il mène sa division jusqu’à Paris, où elle entre triomphalement le 24 août. Le 25 août, il reçoit, avec le colonel des FFI Rol-Tanguy, la reddition du Général von Choltitz, gouverneur militaire de Paris. Puis la 2e division blindée fonce sur la Lorraine : Strasbourg est libérée le 23 novembre 1944.

 

JPEG - 5.5 ko
Philippe Leclerc

 

Quelques temps à Châteauroux, la 2e division blindée participe à la réduction de la poche de Royan. Puis, devant l’insistance de son chef, elle retourne vers l’est et atteint Berchtesgaden le 5 mai 1945.

 

En 1946, Commandant supérieur des forces françaises en Extrême-Orient, Leclerc assiste à la capitulation du Japon. Il rétablit la souveraineté française en Indochine. Il est à l’origine de l’accord du 6 mars 1946 reconnaissant le Viêt Nam comme État indépendant.

 

Farouchement opposé au mouvement nationaliste, il entre en désaccord avec l’amiral Thierry d’Argenlieu et refuse le titre de Haut-Commissaire que lui offre Léon Blum. Il est nommé Inspecteur général des forces françaises d’Afrique du Nord en juillet 1946.

 

Il trouve la mort le 28 novembre 1947 lors d’une tournée d’inspection, dans un accident d’avion près de Colomb-Béchar. Il est inhumé aux Invalides. Il sera élevé à la dignité de Maréchal de France à titre posthume le 7 mai 1952.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Histoire
commenter cet article

commentaires