Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 16:15
Le réalisateur Lakehal Larbi poursuit, dans la région de la Saoura, le tournage des scènes reconstituant la résistance politique et armée des populations du sudouest du pays à la colonisation française, dans le cadre d’un documentaire-fiction programmé au titre de la manifestation «Alger, capitale de la culture arabe». Le tournage de cette oeuvre, d’une durée de 104 minutes, se déroule actuellement à Kenadza, où a eu lieu en 1868 la rencontre des représentants de l’ensemble des zaouïas du pays pour entamer le Djihad contre l’armée coloniale au début de la pénétration dans les régions du sud du pays. Le réalisateur a fait appel à de centaines de figurants locaux pour reconstituer des scènes de batailles opposant les cavaliers des différentes tribus de la région aux fantassins de l’armée coloniale, avec costumes, objets et matériels d’époque. Cette nouvelle production couvre la période allant de 1855 à 1935, de la pénétration de l’armée française dans la région jusqu’à l’occupation de la ville de Tindouf. Des moyens humains et matériels «considérables» ont été mis à la disposition du réalisateur,
notamment des costumes et des armes de l’époque pour la concrétisation de ce projet, fruit de longues années de recherches sur les différents aspects de la résistance politique et militaire des populations du sud-ouest.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article

commentaires