Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 00:32
Les truffes (une sorte de champignons) sont des récoltes bien prisées au niveau de certaines localités du pays, mais ne sont pas à l’abri des spéculations et de la contrebande.

Les faits se sont passés la semaine dernière lorsqu’un ressortissant syrien, installé dans la wilaya d’Adrar, a été interpellé à l’aéroport de Béchar alors qu’il tentait d’exporter une importante quantité de truffes évaluée à 1100 qx en direction de la France. La personne incriminée a expliqué aux agents de la douane qu’il avait expédié à l’étranger, quelques jours auparavant, deux tonnes de ce champignon sans avoir fait l’objet d’aucune interpellation. Mais cette fois, la quantité de truffes destinée à l’étranger lui a été confisquée, et traitée au niveau de la brigade mixte douane-commerce. Le ressortissant syrien qui pensait pouvoir échapper au contrôle des douaniers avait présenté à ces derniers un registre du commerce de transporteur de marchandises établi dans la wilaya d’Adrar, ce qui, selon lui, l’aurait dispensé du contrôle. Or, indique la direction du commerce, il s’agit là d’un acte de commerce et la qualité du transporteur syrien le soumet obligatoirement au paiement des impôts et taxes dont il devrait s’acquitter. La récolte et l’exportation de cet aliment comestible et prisé ne sont régies par aucun texte réglementaire et son expédition à travers les villes du pays ou à l’extérieur demeure libre, signale encore l’administration du commerce. L’abondance du champignon reste, toutefois, tributaire d’une pluviométrie suffisante. Et les quantités récoltées par les citoyens cette saison, à travers les étendues désertiques du Sahara, sont très maigres, malgré les importantes quantités de pluies qui ont arrosé la région aux mois d’octobre et de novembre derniers et qui n’avaient pas touché les plateaux, traditionnellement pourvoyeurs de truffes (Abadla, Hammaguir et Tabelbala). Au marché local, le déséquilibre entre l’offre et la demande participe à l’augmentation de son prix qui varie entre 600 et 800 DA le kilogramme (selon le calibrage du champignon).

Source: M.Nadjah, El Watan.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article

commentaires