Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

11 février 2007 7 11 /02 /février /2007 13:18
L’Entreprise de production cinématographique Bouhamidi, à son actif la réalisation de plusieurs films et séries documentaires, a sillonné la région de Taghit pour le repérage d’endroits pour le tournage d’un film long métrage intitulé littéralement Ali prend, Ali ne prend pas du célèbre cinéaste Hazourli Mohamed.

Pour le casting, de nombreux acteurs et figurants de la région ont été sélectionnés. Le producteur Bouhamidi a avoué avoir été subjugué par la beauté du paysage et sites du tournage. Il a remercié toutes les personnes qui l’ont aidé au montage et à la réalisation du film. Le thème classique du film sera laissé à l’appréciation des spectateurs lorsqu’il sera projeté sur les écrans. Au fait, il s’agit de l’histoire d’un Bédouin marié à deux femmes qui lui ont donné deux enfants prénommés tous deux Ali. Mais l’homme fortement imprégné de traditions bédouines déclara aussi son amour à une jeune fille du douar qui a subi un viol commis par un villageois. Mais la jeune fille, consciente de sa souillure dans un milieu qui ne pardonne pas ce genre de déshonneur, recherche à quitter le village en s’adressant au bédouin polygame pour l’aider à partir. Pour la retenir, il lui propose de la prendre comme troisième épouse tout en lui promettant de la venger contre celui qui lui a fait subir l’acte infâme (le viol). Entre-temps, la jeune épouse donne naissance à un garçon dont le père n’est autre que le violeur et que bédouin a choisi de prénommer aussi Ali. En fait, toute l’énigme de l’histoire tourne autour du partage de l’héritage du Bédouin après sa mort. Les deux premiers frères vont s’apercevoir que leur troisième frère Ali n’est pas leur véritable frère et donc sera exclu du partage de l’héritage.

Source : M. Nadjah, El Watan.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article

commentaires