Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

28 mars 2007 3 28 /03 /mars /2007 14:15

La notion de gestion des ksour à été pour la première fois évoquée par M. Noureddine Moussa, en marge de la journée d’étude sur le tourisme saharien, tenue hier matin, à l’université de Béchar. Le ministre du Tourisme qui a ouvert la journée d’étude en présence du premier magistrat de la wilaya a, en effet, souligné que le grand défi sur lequel il faudrait désormais se pencher n’est autre que la préservation et la gestion de ces villages fortifiés souvent appartenant à des propriétaires privés. Il s’agit là de tout un pavé de l’histoire commune de l’humanité. Tout un mode de vie unique qui va être au cœur de la nouvelle option suscitée par le ministre. Après les hôtels et autres infrastructures d’accueil, c’est aujourd’hui ces cités antiques qui nécessitent une stratégie de gestion à la fois moderne à même de préserver les particularités de ces sites.

 


Le programme de réhabilitation étant consacré sur le terrain, il reste à asseoir une réflexion sur le fonctionnement et l’entretien des ksour afin de leur restituer leur vocation hautement touristique. «Le programme de réhabilitation que nous entreprenons avec le ministère de la Culture est en bonne voie, toute la difficulté est de trouver les moyens de bien le gérer», dira le ministre, sans pour autant préciser la partie qui sera chargée de cette mission lourde en portée. Une chose est sûre, les ksour ne seront plus livrés aux seuls habitants. La wilaya de Béchar en compte au moins trois à Béni Abbès, Taghit et Knadssa, rénovés sur un total de huit, souligne le ministre. 
Interrogé sur l’opération de classification des agences de voyages, M. Noureddine Moussa a souligné l’impact de cette procédure, initiée en prévision de la révision de la loi 99-06, portant sur le fonctionnement des agences touristiques, sur la mise en conformité de ces agences et sur leur efficacité dans la dynamique de promotion du tourisme national.  "Il est temps qu’elles deviennent des véritables tours-opérateurs", a t-il indiqué. Une réunion avec les représentants des agences de voyages est prévue "prochainement" pour débattre des propositions de ces agents qui, d’après le ministre, doivent se conformer au niveau des objectifs de la tutelle. Actuellement, pas moins de 16 d’entre elles ont reçu des avertissements, alors que 36 autres ont essuyé des retraits d’agrément, et ce, pour non-professionnalisme.

 


Le nombre total des agences activant dans le pays est de l’ordre de 783. Celles qui seront maintenues feront face à de nouvelles exigences plus strictes. "Celui qui veut investir dans le domaine du tourisme doit être d’abord à la hauteur de ses projets et fournir toutes les commodités nécessaires pour un accueil de qualité", dira-t-il en réponse à une question sur la dotation de ces agences de véhicules 4X4 et autres équipements non facilement accessibles. Le responsable a cependant révélé que son département est prêt à assister financièrement les associations et directions de tourisme dans leurs actions de promotion du tourisme.
Il a, dans ce cadre, mis l’accent dans son intervention face aux participants au séminaire sur le tourisme saharien qu’en sus de la stratégie tracée par son département et axée sur une revalorisation des fêtes locales et autres cérémonies religieuses, il est indispensable d’impliquer davantage les citoyens en les initiant à une culture touristique et en les orientant vers les métiers artisanaux. La rencontre, organisée en marge du 3e Festival international du tourisme saharien qui se tient depuis le 26 mars à Taghit, a vu la participation d’experts nationaux et étrangers dont un représentant de l’OMT. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article

commentaires