Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 13:34

Ils sont près de soixante-dix personnes appartenant au cercle des arts et de la culture de la wilaya de Béchar à prendre part à la caravane d’échanges culturels qui séjourne depuis lundi à Adrar pour une semaine.

En effet, invités par la maison de la culture d’Adrar, cette importante délégation conduite par M. Boumédiène Mokhtari, cadre à la direction de la Culture, a ramené dans ses valises une panoplie de produits, de matériels, de photos, d’images, de maquettes, d’objets retraçant la culture ancestrale et les us des habitants de la Saoura et de sa vallée riche en ksours, oasis et palmeraies. Ceux exprimant les arts ainsi que le patrimoine matériel et immatériel culturel de cette région et la diversité  culturelle de ses populations et ses principales tribus… Une Khéïma symbolisant la résidence du nomade a été érigée, en cette occasion, devant la maison de la Culture où l’on peut s’imprégner de la transhumance des éleveurs de cheptels.

Les stands, eux, ont abrité une multitude d’œuvres artisanales  traditionnelles locales de la région comme le tissage de la laine, de zarabis (tapis local), Bourabhates (couvertures), la confection de tentes nomades et celle des habits traditionnels tels que le Izar, le burnous et la djellaba… La poterie, la vannerie, le cuir, les tableaux de sable… Le stand qui a attiré l’attention c’est bien celui répliquant l’humble foyer et ses maigres ustensiles ainsi que les outils de travail (pioche, corde et lanterne) d’un ancien mineur de la houillère de Kenadza des années 50, une maquette parlante retraçant la misère et les peines qu’ont endurées ces malheureux ouvriers dans les galeries souterraines de charbon à l’époque coloniale.               

Source: A. A., El Watan.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article

commentaires