Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 10:11

Organisé par le ministère de la Culture, en collaboration avec le Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques, l’oasis de Béni Abbès (250 km au sud de Béchar) abrite,  du 16 au 21 avril 2013, la 4ème  édition du colloque international d’anthropologie et musique en présence de la SG du ministère de la Culture, des autorités locales, de scientifiques algériens, allemands et français.

La tenue de ce colloque coïncide avec la célébration du mois du patrimoine et du 10ème anniversaire de la Convention de l’UNESCO de 2003 sur la préservation du patrimoine matériel et immatériel, ratifiée par l’Algérie. Pour les premiers intervenants, il s’agit d’exhumer, en premier lieu, des pans entiers occultés du riche et inestimable patrimoine algérien en voie de fragilisation à cause, précisément, d’une représentation parfois simplifiée, comme, par exemple, celle d’une danse ou d’un chant. En deuxième lieu, il s’agit de le repositionner afin d’éviter son altération continue par certains mouvements associatifs enclins à le mercantiliser.

Mais la question primordiale posée et qui semblait préoccuper les participants est : comment protéger, au mieux, ce patrimoine en déperdition et œuvrer  ensemble pour sa préservation, sa transmission et son insertion dans le cadre de la modernité ? A l’ouverture des travaux, le Pr. Téhirichi de l’Université de Béchar a donné un aperçu sur l’histoire de la région du Sud-ouest, ses reliefs, ses caractéristiques géophysiques, son patrimoine culturel, ses chants et danses traditionnels, les tribus qui la peuplent et qui constituent sa composante humaine avec ses spécificités locales, richesse de la diversité culturelle nationale. Il a été suivi par Maya Saïdani, experte en histoire de la musique et musicologie à Paris-IV Sorbonne et qui parlera de la Saoura qui recèle d’innombrables instruments musicaux méconnus et qui permettront, dira-elle, aux stagiaires de les répertorier puis les archiver.

Le directeur du Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques a souligné, pour sa part, la mission, qui échoit aux directions de la culture de wilaya, de procéder à la collecte et au recensement des données sur le patrimoine culturel algérien. Invité par El Watan à donner son impression sur le déroulement des travaux de cette première journée, Pierre Augier, Pr. d’Education musicale, qui a connu Mouloud Mammeri, s’est dit «impressionné et stupéfait» autant par le nombre et la qualité des participants à ce colloque organisé au Sud à 1400 km d’Alger que par la diversité, la complémentarité et la sensibilisation autour de différents thèmes. La clôture de ce séminaire sera faite par Mme  Khalida Toumi, la ministre de la Culture, dont on annonce l’arrivée à Béni Abbès le vendredi prochain.                                                    

Source: M. Nadjah, El Watan

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article

commentaires

SALAKO Emile 29/10/2013 16:34