Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 16:01

Si la ville de Béchar est réputée pour son calme et son style saharien moderne qui inspirent la tranquillité et la paix à ses habitants ainsi qu’aux visiteurs et touristes qui sont pratiquement éblouis par l’hospitalité légendaire bécharoise, la commune enchanteresse la plus connue du désert est l’oasis de Taghit. Cette perle rare parmi les plus belles oasis du monde, constitue désormais, la nouvelle destination des jeunes Algériens qui optent pour cette merveilleuse région du pays afin de passer les vacances du printemps et principalement les fêtes de fin d’année et un réveillon à la belle étoile ou sous des khaïmas installées pour l’heureuse circonstance. Les touristes nationaux et étrangers sont séduits de plus en plus par cette culture qui leur permet de mieux découvrir la région et ses multiples facettes, dont les plus célèbres demeurent les gravures rupestres qui remontent à plus de 5000 ans, et qui attestent de la présence de l’homme dans cette région du pays depuis l’ère préhistorique. La pratique du sky sur sable constitue un autre attrait non négligeable qu’il convient de développer dans la région. «Les célèbres gravures rupestres de Taghit, séduisent depuis fort longtemps les touristes venant de plusieurs pays et des quatre coins de l’Algérie pour découvrir ces magnifiques pièces archéologique et assouvir leur curiosité», déclare le président de cette commune, qui insiste sur la nécessité de la mise en oeuvre rapide d’un plan de sauvegarde et de conservation des stations de gravures rupestres recensées au niveau des localités de Berbi, Zaouia Tahtania, Brika et celle de Ouled Amrouche, dans la wilaya. Une prise en charge sérieuse de ces sites touristiques est le souhait des élus et de la population locale pour leur préservation de la dégradation provoquée tant par la nature que par l’homme, sachant la prolifération des graffitis et autres inscriptions apparentes sur ces sites qui enlaidissent et détériorent gravement ces peintures et gravures millénaires. Aussi, en raison du peu de moyens financiers et techniques dont elle dispose, la commune de Taghit ne peut faire face seule aux besoins nécessaires pour une prise en charge de ces sites qui appellent une conjugaison des moyens et une contribution active de la société civile et d’autres secteurs. Par ailleurs, il est important de souligner que ces stations recèlent des gravures préhistoriques de l’âge du néolithique dont les dessins sur les roches mettent en évidence, non seulement des représentations humaines, mais également plusieurs espèces animales ayant vécu autrefois dans cette région, principalement, l’antilope, l’éléphant, l’autruche, la gazelle, le chameau, la girafe et autres. Le même responsable regrette le fait que certains jeunes mésestimant la valeur historique de ces peintures ne leur accordent pas l’importance qu’il convient: «Ce qui est désolant et malheureux, c’est qu’aucune considération n’est accordée à ce patrimoine, qui dépérit au fil du temps en dépit de la richesse qu’il représente.»

Dans le même contexte, un autre responsable souhaite l’investissement des nationaux dans la région en mettant en exergue les facilitations consenties par les autorités locales pour l’implantation d’unités industrielles, notamment dans l’octroi de terrain.

 

Source: L'Expression/ www.algerie360.com.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Saoura
commenter cet article

commentaires