Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 11:58

La population de la région de Béchar, confrontée au problème croissant du chômage, et qui a nourri jusqu’ici beaucoup d’espoir sur le lancement du projet d’exploitation du gisement de manganèse dans le désert de Guettara (160 km d’Abadla), va devoir affronter la nouvelle réalité que prend ce projet.

Ce gisement ne sera pas exploité dans sa forme initiale arrêtée et convenue par les deux partenaires algérien et chinois. En 2010, au siège de la wilaya,  a été signée la convention de coopération entre la  partie algérienne représentée par les autorités locales et la partie chinoise représentée par le vice-président de la société Sho Lin Mines installée en Algérie. Les travaux de prospection, les études d’exploitation du bassin minier et l’emplacement avaient déjà été achevés en 2009 et annoncés lors de la cérémonie de signature de la convention. La société chinoise n’attendait donc que l’obtention du titre minier pour pouvoir entreprendre les travaux d’exploitation qui, selon les prévisions optimistes, n’allaient pas dépasser deux mois, tout au plus, au regard de la lourdeur de la  bureaucratie. Plus de trois années se sont écoulées mais le projet demeure en l’état.

De source autorisée, on vient d’apprendre que le minerai de Guettara, utilisé dans les alliages pour la fabrication des aciers spéciaux et aluminium, ne sera pas exploité comme prévu. C’est l’Agence nationale du patrimoine minier (ANPM) qui en a décidé ainsi et qui vient de refuser d’accorder l’exploitation du gisement en raison de la teneur en arsenic décelée dans le minerai et son impact sur l’environnement désertique. Néanmoins, le gisement, qui contient une toxicité élevée, sera extrait et acheminé vers les usines de traitement à l’état brut. Pour rappel, le bassin minier, qui a une durée de vie de 25 ans, est évalué à 2 972 000 tonnes. La centaine d’emplois prévue sera cependant sauvegardée, affirme-t-on.           

Source: M. Nadjah, El Watan.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article

commentaires