Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 10:08

La ville de Béchar, dans le sud-ouest du pays, se prépare à accueillir les premières journées nationales du court métrage qui devront avoir lieu du 22 au 27 novembre prochain. Selon les organisateurs de ce rendez-vous cinématographique, une centaine de jeunes cinéastes amateurs issus de différentes wilayas du pays sont attendus. Abdelkader Abassi, un membre du comité d’organisation cité par l’APS, précisera que cette rencontre aura pour thème central la «circulation routière et accident. En choisissant ce thème, les organisateurs entendent, évidemment, faire œuvre de pédagogie en mettant à contribution l’œuvre artistique avec l’espoir qu’elle aura plus d’impact que ces opérations de prévention routière qui n’influent guère sur le comportement incivique des chauffards.Mais au-delà de la mission «sociologique» qu’il s’est donnée, ce rendez-vous, qui offre aux jeunes cinéastes algériens l’opportunité de se faire connaître et de présenter leurs créations, participe également aux efforts que déploient les différents acteurs de la scène culturelle bécharie pour, d’abord, donner vie à la culture dans leur ville et, dans la mesure du possible, en faire un pôle culturel de toute la région. Ainsi, les organisateurs de ces premières journées nationales du court métrage veulent impulser une dynamique aux activités cinématographiques. Pour ce faire, ils ont prévu l’ouverture d’un atelier de formation aux métiers du cinéma et d’un espace de compétition pour les jeunes cinéastes amateurs qui concourront pour les meilleurs courts métrages, scénarii, photos et montages. En marge des activités cinématographiques, des tables rondes et conférences-débats sur le cinéma et les jeunes sont également au menu de cette manifestation initiée par notamment la Direction de wilaya de la jeunesse et des sports, en coopération avec la télévision nationale et l’association nationale de communication et d’information en milieu de jeunes. Le point faible de ce rendez-vous du 7ème art est, à notre sens, dans son objectif «social». On n’endosse pas à un art qui n’est pas encore mature ni structuré, une mission autre que celle qui est la sienne : la création, libre de tout cadre. Il s’agirait, d’abord, d’intéresser les jeunes à l’art cinématographique en tant qu’activité créative ludique, avant même de penser à les y initier. Quant à les orienter pour prendre en charge un quelconque fléau social, on risque fort d’inhiber leur créativité. Un exemple nous vient d’Oran où la direction de la Cinémathèque de la capitale de l’Ouest prépare la naissance du premier ciné-club dont la création est prévue pour le mois d’octobre prochain, a indiqué le conseiller culturel de cet établissement, Youcef Boucherit, cité par l’APS. A travers la création de cet espace, la direction de la cinémathèque d’Oran entend redonner une scène à la culture cinématographique à Oran et rapprocher amateurs et professionnels du cinéma. M. Boucherit poussera plus loin et s’autorise l’espoir de voir cet espace devenir un rendez-vous public, ce qui, à terme, permettra aux salles de cinéma de retrouver un public qui y viendra non pour profiter de la pénombre mais pour voir des films. Le ciné-club, qui sera ouvert aux amoureux du septième art, constituera un espace pour débattre et échanger les idées sur la promotion du cinéma algérien et la généralisation de sa culture au sein des différents milieux. Il permettra d’élaborer un programme et de constituer des ateliers de travail pour la contribution à la promotion de la production cinématographique, ajoutera le responsable. Soixante cinéphiles ont déjà exprimé leur désir d’adhérer à ce club selon les demandes recensées auprès de la direction de la Cinémathèque d’Oran depuis le début des enregistrements lancés durant le mois d’août dernier. Un chiffreprometteur. Espérons que les autorités locales feront suivre les moyens.

 

Source: R.C., La Tribune

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article

commentaires