Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 19:58

Ce Festival regroupe annuellement plus de 120 maâlems (maîtres), musiciens, chercheurs et journalistes.

La classification de la musique et de la danse diwane, en tant que patrimoine culturel immatériel national, est nécessaire pour la préservation et la protection de cet art populaire, ont indiqué des chercheurs et responsables de troupes, rencontrés en marge de la 6e édition du Festival national de la musique diwane à Béchar.
Cette expression chorégraphique et musicale, ou plutôt cet héritage culturel enraciné dans la longue histoire du pays, doit maintenant faire l'objet d'une classification, afin de conforter les chercheurs en patrimoine et les adeptes du diwane, a souligné M.Azzeddine Benyakoub, de l'université de Béchar.
L'apport des études anthropologiques, sociales et culturelles, constituent un outil «important» pour le développement et la protection de ce patrimoine dont l'héritage culturel et social est partagé par plusieurs régions du pays, observe le Dr. Mansour Margouma, chercheur en patrimoine à l'Université de Mostaganem. La présence à travers le pays de troupes de diwane est une preuve de la préservation par la population, notamment les jeunes musiciens, de cet héritage culturel et social, d'où la nécessité de la création de «laboratoires ou structures spécialisées dans son étude au niveau de nos universités», a estimé l'universitaire Mohamed Belkhedem, lui-même membre d'un groupe diwane à Oran.
La classification au patrimoine national immatériel du diwane est «salutaire pour sa survie et la pérennité d'une sonorité musicale séculaire», note, de son côté, le maâlem (maître) Bahaz Mohamed, de la troupe Gnawa de Blida.
L'artiste, qui passe pour être actuellement l'un des doyens des musiciens du diwane dans le pays, estime que «cette classification, si elle aura lieu, constituera un moyen efficace pour la préservation de cet art populaire». Plusieurs autres musiciens des autres régions du pays abondent dans le même sens et pensent que le Festival de la musique diwane de Béchar nourrit ce souhait de classification de ce patrimoine.
Ce Festival, qui regroupe annuellement plus de 120 maâlems (maîtres), musiciens, chercheurs et journalistes, est considéré par le ministère de la Culture comme une contribution des pouvoirs publics à la valorisation et la connaissance académique du diwane, «d'où notre soutien à toute décision de sa classification», a fait savoir le commissaire du festival, M.Hocine Zaïdi.

 

Source: L'Expression.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article

commentaires