Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

16 mai 2012 3 16 /05 /mai /2012 19:18

La population vivra du 18 au 24 mai prochain au rythme de la musique Diwan au stade Nasr.

La capitale de la Saoura abritera, du 18 au 24 mai prochain, la 6ème édition du Festival Diwan. La population vivra pendant une semaine au rythme de la musique gnawie au stade Nasr. Les préparatifs vont bon train et les organisateurs de la manifestation culturelle s’apprêtent à donner à ce rendez-vous annuel de la musique encore plus d’éclat que les précédentes éditions, selon leurs déclarations. Une foule nombreuse, composée essentiellement des centaines d’invités nationaux et étrangers, notamment des universitaires, prendra part à ce festival. Les organisateurs n’ont pas pu encore évaluer les retombées économiques sur la région. Mais, l’on apprendra que, dès maintenant, toutes les structures d’accueil et d’hébergement sont déjà saturées.

Selon les mêmes sources, seuls les organismes publics chargés du tourisme auront la possibilité de procéder à une telle évaluation qui n’est pas du ressort du commissariat du Festival qui s’en tient strictement à l’organisation de ce rendez-vous musical. Les 18 troupes musicales mises en compétition sont en provenance de plusieurs régions du pays. Quant à l’honneur de l’ouverture de la manifestation culturelle, il a été réservé à la troupe Lamchahab. Trois prix prévus seront décernés à l’issue de la compétition par un jury composé de spécialistes en musique et présidé par Lahcène Moussaoui, ancien ministre.

Riche programme

La première troupe qui sera qualifiée prendra part au Festival international de la musique diwane prévu du 07 au 14 juillet prochain à Alger. Parallèlement, des conférences-débats seront animées par des universitaires. Citons, entre autres, «Phénomène de la transe à travers le prisme de la sociabilité ordinaire», une communication de Zineb Majdouli, chercheur universitaire venue de France, «Généalogie et histoire du Diwane», «Les chemins de la rédemption, pour une histoire du diwane oranais», «L’Aad» (tradition) et «Les femmes artistes dans le Diwane», qui seront présentées respectivement par Azeddine Benyacoub, chercheur en patrimoine culturel, Sidi Mohamed Belkhadem, Abderrahmane Méziane et Abdelhalim Miloud Araou. Une autre communication intitulée «Diwane, éternel retour aux sources», sera présentée par le journaliste et romancier Bouziane Ben Achour. Enfin, Saliha Snouci, chercheur au CRAS, donnera une communication sur le thème «Le rôle social de la musique diwane».

La projection de films documentaires figure également au programme. Parmi ces projections, on citera «Tagnawittude», un documentaire musical de Rahma Benhammou El Madani. «Les rites du Diwane à Béchar», un autre documentaire réalisé par le cinéaste Larbi Lakhal et enfin «Hasna El Bacharia», un portrait de la diva du Diwan réalisé par le journaliste Abdelhalim Miloud Araou et produit par la maison de la culture de Béchar. Le prix spécial du jury sera décerné au meilleur joueur du gambri, instrument à cordes à la base de la musique diwan.               

M. Nadjah, El Watan.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article

commentaires