Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 10:38

- Quel bilan dressez-vous de cette édition à Igli et à El Ouata au sud de Béchar ?


Cette 12e édition du marathon est, pour moi, l’une des meilleures comparée aux précédentes pour des raisons d’organisation. Nous nous améliorons d’année en année. Il est dommage que nous n’ayons pas eu beaucoup de participants étrangers. En revanche, nous avons eu une forte participation des nationaux, particulièrement d’Igli, d’El Ouata, de Taghit et de Béchar. L’un des objectifs de ce marathon est de découvrir de jeunes talents. Les résultats de cette année le montrent. Certains jeunes cités au palmarès courent pour la première fois de leur vie et ont fait preuve de grandes capacités. Les autorités locales, notamment le wali de Béchar, nous ont beaucoup soutenus. Il en est de même pour les sponsors. Malgré ses moyens limités, l’APC d’Igli nous a apporté une aide précieuse. Le groupe, qui a pris part à ce marathon, était discipliné. Cela nous encourage à faire mieux lors des prochaines éditions.


- Justement, où comptez-vous organiser la 13e édition ?


Cela fait quatre ans que nous organisons le marathon dans cette région accueillante de la Saoura. Nous voudrions étudier la possibilité de le déplacer dans d’autres régions du Sud, à Tamanrasset, Ghardaïa ou Adrar. C’est toujours bien de changer de lieu. Certains participants ne viennent pas lorsque le marathon est organisé dans la même ville ou région. Ils veulent, à travers le marathon, découvrir d’autres endroits du Sahara. Cette fois-ci, nous avons fait un effort sur le plan touristique pour respecter notre concept. Celui-ci est articulé sur la course, la marche, le tourisme et la culture. Chaque soir, il y a eu des petites soirées musicales avec des artistes locaux. Nous avons choisi d’organiser la soirée du réveillon à Moughel pour faire connaître cette localité. C’est une belle région avec sa palmeraie et son vieux ksar. Les institutions de l’Etat devraient fournir plus d’efforts pour rendre la destination Moughel attractive. Il est vital de restaurer le ksar et donner de l’importance au tourisme en formant des guides. C’est une manière de créer aussi des postes d’emploi. Vous avez constaté qu’il y a un manque d’informations sur les richesses culturelles et touristiques de ces sites, pas de prospectus, pas d’affiche, pas de signalisation… Les ministères de la Culture, du Tourisme et de l’Environnement devraient penser un peu à ces régions. Il y a aussi Boukaïs, Lahmar et d’autres localités à découvrir dans la Saoura. Ici à Moughel, j’ai découvert un beau parcours dans la palmeraie pour les randonneurs. L’année prochaine, on envisage d’y organiser une randonnée avec des participants étrangers.


- Avez-vous d’autres activités pour cette année 2012 ?


Nous allons organiser des semi-marathons et des marathons dans le nord du pays. Cette année, le marathon d’Alger, qui prend de l’ampleur, en sera à sa quatrième édition. Il est prévu le 3 novembre 2012. Le départ de la deuxième édition du marathon de la Mitidja aura lieu à Hamam Melouane et l’arrivée est prévue à Meftah en passant par Bougara. Nous voulons faire participer beaucoup de jeunes de ces régions. Nous allons donc apporter des innovations grâce à l’aide du wali de Blida. Le 10 mars 2012, nous organisons la 2e édition des Foulées des gazelles au parc zoologique de Ben Aknoun à Alger. Une course consacrée aux femmes. Là aussi, il y aura du nouveau avec une conférence sur le sport au féminin et un salon réservé aux produits liés à la femme et aux sports. Le 5 juillet, à l’occasion de la fête de l’Indépendance, nous envisageons d’organiser un semi-marathon de 25 km, entre Bordj Bou Arréridj et Sétif.


- Le concept sport, tourisme, culture paraît assez original…


Il faut occuper les participants du marathon. Indirectement, nous faisons de la promotion touristique pour le pays. A Tinerkouk, par exemple, deux avions sont venus de Paris. Le Marathon des dunes est un bon produit pour le tourisme algérien. Par le passé, des télévisions européennes s’étaient déplacées pour couvrir cette manifestation. Le Marathon des dunes a été retenu comme thèse de doctorat à l’université de Perpignan (France) en raison de son concept unique. Les autres marathons ne sont pas accompagnés de programmes touristiques. Notre produit est purement algérien. Dans les pays voisins, les marathons sont organisés par des étrangers.

 

Source: F. Métaoui, El Watan.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article

commentaires