Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 13:45

Une opération de nettoyage et de désherbage entamée, depuis le mois passé sur le lit de l’oued de Bechar, se poursuit toujours, a-t-on constaté sur place. En effet, cette démarche est menée en prévision d’éventuelles crues de saison.

Les travaux se font sur une distance de prêt de 17 km de ce cours d’eau coupant la capitale de la Saoura en deux. Cette action consiste aussi à traiter les différents points de stagnation des eaux de pluie pour permettre rapidement leurs écoulements. Il est à signaler que les travaux de construction du mur en béton de protection des berges, se poursuivent aussi sur un parcours de 7km, notamment à proximité des lieux et zones d’habitation inondables. Parmi les points noirs dans la ville de Bechar, dont tout le monde en parle et qui restent à régler,  figure El-Oued coupant cette cité en deux. Ce cours d’eau, dont les pouvoirs publics ont investi des sommes colossales pour les réalisations de ses berges et la déviation du passage du réseau d’évacuation des eaux usées qui déversaient à l’intérieur, il y a quelques temps seulement. Maintenant, il reste surtout de mettre sur place un système pouvant capter ces importantes quantités d’eau en provenance des crus, pour l’éventualité de leur utilisation dans le domaine agricole comme cela se faisait jadis, indiqueront plusieurs observateurs de la scène locale. En effet, tout le monde sait que des millions de mètres cubes d’eaux amenés à chaque année par des crues, et finissent par disparaître dans la nature, sans profiter à aucun secteur. Des spécialistes n’ont pas manqué de relever l’extrême importance de cet oued au vu de son utilité et de son impact sur le développement local. En plus de son impact sur l’évolution de la vie urbaine, de l’extension de l’agriculture saharienne et de la mise en place d’un véritable tissu industriel dans la région. Ce cours d’eau assurera sûrement le progrès pour tous, si ses eaux seront bien exploitées, nous a fait savoir un ancien ingénieur en hydraulique à la retraite. Selon des sources proches de la direction de l’hydraulique de la wilaya, il existe des projections futuristes concernant cet Oued, et une étude a été confiée à un bureau d’étude français il y a plus d’une année.  Et les autorités ont toujours fait de ce court d’eau leur préoccupation majeure, ajoute également notre source.


Source: Fendaoui Hadj, Reflexion.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article

commentaires