Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 07:57

Un projet de généralisation de l’accès à internet à travers l’offre Wici est en cours de réalisation dans la wilaya de Bechar, a-t-on appris lundi du directeur local d’Algérie-Telecom (A.T).

"D’ores et déjà, trois grandes places publiques ont été choisies dans la commune de Bechar pour l’installation des équipements nécessaires à l’accès à l’internet, au niveau des quartiers de Bechar-Djedid, Bechar-centre et Debdeba", a précisé Kihal Moulay.

La réalisation de ce projet technologique et de communication s’inscrit dans le cadre des efforts d’A.T visant le développement et le renforcement de l’accès à internet à l’ensemble des couches de la population, dans les 21 communes de la wilaya de Bechar, a-t-il souligné.

L’offre Wici, un des produits technologiques de la communication mis à la disposition des usagers par A.T permettant l’accès à internet, est une solution innovante qui permet de couvrir de larges zones urbaines avec du haut débit sans fil, a expliqué M.Kihal.

Elle cible particulièrement les personnes souhaitant, tout en restant en mouvement, accéder à l’internet haut débit sur Smartphone, tablette ou PC portable, a-t-il ajouté.

En marge de ce projet, trois stations de téléphonie quatrième génération (4G) pouvant desservir 2.400 abonnés sont en cours d’installation et d’équipement à Bechar, a indiqué le même responsable local d’A.T.

Des stations similaires totalisant 5.000 abonnés sont en cours d’équipement au chef-lieu des daïras de Kenadza, Abadla, Béni-Ounif, Béni-Abbes et Taghit.

Ces stations d’une capacité chacune de 1.000 abonnés, viennent en concrétisation d’un vaste programme de généralisation de ce genre de prestations pouvant offrir plusieurs services de télécommunication, dont la téléphonie et l’Internet, a fait savoir M. Kihal.

 

Source: APS

Repost 0
Published by Sofiane
commenter cet article
12 mai 2015 2 12 /05 /mai /2015 09:30

L’Agence de développement social (ADS) vient de lancer, dans la commune de Lahmar (45 km du chef-lieu de wilaya), un projet pilote d’accompagnement des bénéficiaires d’insertion sociale DAIS s’articulant sur trois principaux axes, à savoir l’alphabétisation, la formation professionnelle et technique de montage de projet.

Le projet pilote implique les organismes ANGEM, l’enseignement professionnel, l’office national d’alphabétisation des adultes, la DAS, l’APC et le mouvement associatif. Afin d’éviter les cas d’échecs constatés précédemment dans différentes expériences, les psychologues de l’ADS investis sur le terrain entendent développer leur mission d’assistance des bénéficiaires de projets ou aider à la promotion des métiers jusqu’ici abandonnés ou délaissés faute d’assistance et d’accompagnement dans les domaines de l’artisanat local, maçonnerie, couture, plomberie, etc.

L’action de l’ADS, indique un responsable de l’agence, porte en priorité sur le développement des projets ayant une relation directe avec les spécificités de chaque commune recelant des gisements de matières premières non exploitées et à faire valoriser.

Dans le but de rompre avec l’ancienne gestion des programmes ADS, l’agence lance au préalable un sondage sur les bénéficiaires qui désirent suivre une formation ou des cours d’alphabétisation pour pouvoir concrétiser dans les meilleures conditions les projets financés par le truchement de l’ANGEM, indique le même responsable. En outre dans le cadre du dispositif, insiste-t-on, les jeunes sans formation ni qualification, ni expérience professionnelle sont également pris en charge et des solutions adaptées au cas par cas leur sont proposées pour éviter les exclusions ou marginalisations dans le cadre du processus d’insertion sociale.

 

Source: M. Nadjah, El Watan.

Repost 0
Published by Sofiane
commenter cet article
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 09:32

Les cartes de réduction des tarifs de voyage par train délivrées au profit des personnes âgées sont bloquées à Bechar.

Les usagers du chemin de fer âgés de plus de 60 ans voyageant par train vers les villes du Nord bénéficient, selon la réglementation en vigueur, d’une réduction de 30% sur les tarifs en cours. Plusieurs usagers rencontrés affirment avoir réclamé les cartes de réduction auprès des guichetiers mais en vain. Ces derniers ont justifié la non délivrance par l’indisponibilité de ces cartes de réduction qui sont envoyées par la direction des chemins de fer d’Oran aux services de Béchar.

Mais la pénurie de ces documents dure depuis plus de six mois et aucune carte n’a été jusqu’ici délivrée au cours de l’année 2015, indiquent ces usagers qui demeurent aux prises avec les tarifs de voyages jugés excessifs en rapport avec les prestations fournies pour cette catégorie de retraités pour la plupart.

Qu’attend alors la direction des chemins de fer d’Oran pour transmettre ces cartes au niveau de ses services à Bechar?

 

Source: M. Nadjah, El Watan.

Repost 0
Published by Sofiane
commenter cet article
30 avril 2015 4 30 /04 /avril /2015 08:51

S’il y a un secteur qui enregistre un nombre croissant d’accidents de travail mortels et de maladies professionnelles, c’est sans doute celui du bâtiment et des travaux publics.

Les chiffres avancés concernant les chutes de hauteur tiennent le haut du pavé et sont par conséquent alarmants, selon M. Barbaoui, médecin du travail à la CNAS de Béchar. Il a précisé qu’environ 700 décès sont enregistrés à l’échelle nationale chaque année et occasionnent plus de 20 milliards de dépenses pour la Caisse.

De par l’exercice de sa fonction, le médecin du travail qui examine les accidents et ouvriers des chantiers affectés par des maladies professionnelles, situe les causes et défaillances de la catastrophe au niveau des chantiers «qui sont, dit-il, souvent dépourvus de moyens élémentaires de protection pour les ouvriers professionnels».

Devant un parterre d’entrepreneurs, le praticien de la Santé a fait visionner un documentaire montrant des échafaudages rudimentaires mis en place à la hâte et trop risqués violant toutes règles élémentaires de sécurité au travail sur chantier. D’autres chantiers sont livrés à eux mêmes
et les employeurs n’ont pas intégré dans leurs organigrammes les normes de sécurité requise. Au passage, il a souligné que les accidents qui affectent en particulier les ouvriers se situent au niveau des membres supérieurs et inférieurs et au crâne.

Interrogé sur les mesures urgentes à prendre et que doivent impérativement adopter les chefs d’entreprises pour éviter les chutes de hauteur, le praticien de la Santé a préconisé en premier lieu l’intervention rapide pour promouvoir et inculquer la culture de prévention dans le milieu du travail et notamment chez les employeurs et même temps doter les ouvriers des chantier des équipements nécessaires et «surtout, a-t-il ajouté, appliquer la loi 08-08 de 2008 qui engage la responsabilité de l’employeur en la matière».

Pour rappel, la wilaya de Béchar a déploré 5 décès liés à ces chutes en 2013 et 4 décès en 2014.

Source: M. Nadjah, El Watan

Repost 0
Published by Sofiane
commenter cet article
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 09:34

Le public a été nombreux à visiter, hier, les stands dressés dans le hall de la Maison de la culture où sont exposés une multitude des produits de fabrication nationale. Ces articles sont appuyés par des slogans incitant à consommer algérien. Mais le public n’est pas dupe.

Très conscient de la conjoncture économique du pays, il n’ignore point la faiblesse de l’appareil productif national, voire son inexistence dans plusieurs segments de l’économie, son incohérence et autres blocages. Néanmoins, ce même public a pu apprécier quelques modèles de production et autres initiatives à encourager dans le paysage économique morose.

A l’exemple de ce producteur de lait de vache de Ouakda (petite agglomération agricole) qui assure que sa production peut aisément couvrir la quasi totalité des besoins de la commune de Béchar si la collecte de lait était convenablement organisée et cohérente sur le marché.
Le deuxième exemple est celui d’un investisseur dans une briqueterie qui emploie plus d’une centaine d’ouvriers et qui a pu également, indique-t-il, atténuer le poids des charges des entrepreneurs locaux qui économisent un bénéfice de 20% sur place au lieu d’importer la brique rouge des villes du Nord.

Hamadi, nouveau représentant du FCE à Béchar, voit dans cette campagne d’incitation à la consommation algérienne à la fois «un acte de solidarité nationale», une valorisation des matières premières (gisements inexploités) et une libération du marché algérien pouvant générer une offre de travail au profit des milliers de jeunes sans emploi. Pour un autre opérateur qui a investi dans une station de contrôle automobile, la production nationale passe par la réhabilitation de l’ancienne zone industrielle dont les travaux de réhabilitation trainent depuis des années (AEP, assainissement éclairage, etc).

Mais pour un professeur de l’université de Béchar qui est revenu sur le thème récurrent de l’impérieuse nécessité de la diversification de l’économie nationale, a toutefois ciblé les tares et les incohérences qui freinent la production nationale. «Comment peut-on encourager la production nationale à partir du moment où la loi de finances 2015 met sur le même pied d’égalité, en matière de taux d’imposition sur le bénéfice, importateurs et producteurs nationaux? Une aberration!» souligne-t-il.

 

Source: M. Nadjah, El Watan.

Repost 0
Published by Sofiane
commenter cet article
28 avril 2015 2 28 /04 /avril /2015 09:15

Les travaux de réalisation de la cimenterie de Ben-Zireg (40 km de Bechar), initialement prévus au premier trimestre 2015, seront lancés finalement en début de 2016, a-t-on appris mardi auprès de la Société Saoura ciment (SSC), filiale du Groupe public industriel des ciments d’Algérie (GICA).
"Un nouvel avis d’appel d’offre international a été lancé en début de ce mois, pour la réalisation et l’équipement de cette cimenterie, après les réserves 'objectives' formulées par le groupe", a-t-on expliqué.
Les réserves émises par le GICA concernent l’ensemble du processus de réalisation et équipement de la cimenterie, à la suite de négociations entamées auparavant avec un partenaire chinois qui avait postulé pour sa réalisation et équipement, selon la même source.
Ce projet de cimenterie, dont le cout de réalisation n’a pas été communiqué, sera implanté sur une superficie de 60 hectares, et aura une capacité de production annuelle d’un million de tonnes de ciment.
Sa réalisation et sa mise en service, en 2018, permettra la création de 500 à 600 emplois directs et autant d’emplois indirects, selon les prévisions du GICA.
Sa production, permettra en plus de la satisfaction de la demande locale et celle des autres wilayas du Sud-ouest du pays, notamment Adrar et Tindouf, de donner une impulsion aux différents projets et programmes de développement des secteurs de l’Habitat et des Travaux publics dans la région.
"L’existence de gisements de calcaire de Djebel-Madou et de schiste dans la région de Ben-Zireg, elle-même localisée à proximité de la RN-6 reliant Bechar aux wilayas du Nord-ouest et Sud-ouest du pays, ainsi que de la voie ferrée Bechar-Oran via Sidi Bel-Abbès, constituent des atouts très importants pour cette cimenterie et la distribution de sa production", a-t-on expliqué.

 

Source: APS.

Repost 0
Published by Sofiane
commenter cet article
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 08:48

La wilaya de Bechar sera dotée, dans les trois prochaines années, d’un pôle d’industries agroalimentaires, à la faveur des investissements publics et privés actuellement engagés dans cette région du Sud-ouest du pays. Une fois concrétisé, ce pôle contribuera à la création d’emplois et de richesses, à la sécurité alimentaire et au développement de l’agriculture et de la région en général, ont estimé des opérateurs économiques locaux. Les investissements publics constituent la véritable ossature de ce pôle, avec deux importants projets lancés récemment au sud et au nord de la commune de Bechar.

Il s’agit d’un complexe frigorifique d’une capacité de stockage de 10.000 M3, ayant nécessité un investissement public de 563 millions DA. Ce complexe, implanté sur une superficie de 30.000 M2, permettra, dans les deux prochains années, d’offrir de nouveaux espaces frigorifiques répondant aux standards nationaux et internationaux en matière de stockage de différents produits agricoles ainsi que d’autres denrées alimentaires sensibles, selon des responsables de ce projet agricole qui relève du ministère de l’agriculture et du développement rural.

Ce dernier a aussi investi plus de 736 millions DA pour la réalisation également d’un complexe de dix (10) silos de céréales (orge et blés dur et tendre). Ce projet qui s’étend sur une vingtaine d’hectares, à proximité de la nouvelle gare de marchandises au nord de la commune de Bechar, sera réceptionné au cours des deux prochaines années. Il permettra l’approvisionnement des wilayas du sud-ouest du pays en céréales et sera aussi un catalyseur pour le développement de la céréaliculture dans la région, estiment des responsables de l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) dont relève ce projet.

Source: http://www.lexpressiondz.com/

Repost 0
Published by Sofiane
commenter cet article
18 avril 2015 6 18 /04 /avril /2015 09:35

Émouvantes retrouvailles des anciens élèves du lycée polyvalent de Béchar quarante cinq après.

L’initiative saluée a été prise par les anciens élèves qui ont étudié dans cet unique établissement scolaire dans la région du Sud-ouest à l’époque et qui a ouvert ses portes en 1965. Beaucoup de ces anciens élèves aujourd’hui devenus des cadres de la nation ont tenu à répondre présent à l’invitation. L’actuel wali de Souk Ahras, le président de la Cour de Nâama, un conseiller à la Cour suprême, un haut responsable du ministère de l’Habitat, un cinéaste, pour ne citer que ceux-là ont fait le voyage pour assister à ces retrouvailles hier.

D’autres invités de marque et professeurs à la retraite qui ont exercé dans ce lycée, se sont installés avec ces cadres sur les bancs dans une classe de terminale aux côtés des élèves pour suivre un cours magistral de physique intitulé «Analyse dimensionnelle» dispensé par un ancien professeur, et ceci à deux mois de l’examen du baccalauréat. Il a été suivi par un ressortissant irakien, professeur de philosophie, résident à Béchar depuis 45 ans et qui a établi, dans un bref exposé, un parallèle entre la physique et la philosophie.

Sur l’estrade, le conseiller à la Cour suprême a vivement recommandé aux élèves «d’acquérir la science». «La science, c’est la volonté !» dira-t-il, et dans un moment fort, l’orateur n’a pu retenir ses émotions en évoquant de poignants souvenirs de l’époque face à ses anciens camarades de classe.

Ses émouvantes retrouvailles se sont achevées avec la ferme promesse de renouveler, non seulement la louable initiative, mais aussi de confectionner et d’éditer une revue qui retracera le parcours scolaire des anciens élèves qui ont fréquenté ce lycée polyvalent dont sont issus, a-t-on rappelé, des cadres, des gestionnaires du pays et des diplomates et commis de l’État.

 

Source: M. Nadjah, El Watan.

Repost 0
Published by Sofiane
commenter cet article
15 avril 2015 3 15 /04 /avril /2015 08:58

Les études techniques pour la réalisation de la première ligne de tramway de Bechar en Algérie ont été achevées.
Selon Maghreb Emergent, informé par la direction locale des transports algériens, les études techniques du tramway de Bechar ont été finalisées. Avant cela, le projet avait fait l'objet d'études de faisabilité. Pour l'heure, aucune date de lancement pour les travaux n'a été fixée.

Source: http://www.constructioncayola.com/

Repost 0
Published by Sofiane
commenter cet article
13 avril 2015 1 13 /04 /avril /2015 09:36

Suite à la venue d’un cadre du ministère de la Culture, en l’occurrence Abdelkader Bendâamache, (qui est par ailleurs président du conseil national des arts et de la littérature), il a été fait part aux artistes de la région des explications relatives au contenu du décret 14-69 de 2014 portant statut de l’artiste élaboré par le ministère de la Culture.

Le cadre du ministère s’est efforcé de convaincre les membres de cette corporation oubliée et désabusée pendant plusieurs décennies sur leurs nouveaux droits sociaux et autres avantages prévus par le texte réglementaire pris en leur faveur. «Ce texte, a-t-il dit, est venu combler le vide juridique qui a jusqu’ici prévalu depuis l’indépendance à ce jour».

Parmi les droits sociaux, Abdelkader Bendâamache a relevé la protection en matière de couverture sociale de l’artiste qui sera désormais assurée par la CNAS à l’instar des autres travailleurs. Selon lui, le décret prévoit aussi une autre clause importante à effet rétroactif pour une prise en charge d’une durée de 15 ans de travail pour tout artiste âgé et qui n’exerce déjà plus et qui sera incluse dans ses droits à faire valoir à la retraite.

Pour donner à l’assistance plus d’assurance, le cadre du ministère de la Culture a ajouté, à titre d’exemple, qu’un artiste peintre qui aura à effectuer des travaux de peinture sollicités ne livrera plus le parcours du combattant pour percevoir ses honoraires mais sera rémunéré comme tout travailleur d’une profession libérale (avocat, notaire, etc.). Un débat s’est ensuite instauré entre Abdelkader Bendâamache et les artistes sur la définition exacte de l’artiste.

 

Source: M. Nadjah, El watan.

Repost 0
Published by Sofiane
commenter cet article