Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 11:06

Quinze mille est le chiffre des patients dépistés par les services de la santé atteints par cette pathologie.

C'est ce qui a été divulgué par le docteur S. Benkhedda et ce, lors de la réunion consacrée à la création de l'association des diabétiques tenu au siège de la commune de Béchar en présence du P/APC, de plusieurs associations, des membres de la société civile, du directeur de la santé et d'un huissier de justice. Compte tenu de la nécessité impérieuse de l'installation urgente des structures de cette association, la polyclinique du centre de la ville de Béchar a été désignée comme unité principale chargée du dépistage, du recensement réel des malades diabétiques en vue de leur prodiguer des recommandations préliminaires dans le but d'une prise en charge effective. Les intervenants lors de cette réunion, dans leur majorité, se sont plaints de l'absence de spécialistes et le peu de crédit accordé aux malades diabétiques de cette wilaya. Dans son intervention, le directeur de la santé et de la population se dit disposé à aider l'association pour la création de la maison des diabétiques en insistant en particulier sur la prévention de cette maladie, qui doit prévaloir sur le curatif afin d'éviter dira-t-il des complications. Notons enfin, le geste d'un bienfaiteur qui serait disposé à équiper l'association d'un lot de glucomètres, et la disponibilité d'un autre bienfaiteur, citoyen de la ville à équiper en matériel bureautique l'association.

Source: A. Roukbi, Le Quotidien d'Oran.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 11:02

Trente minutes d’une forte averse au cours de cette semaine dans la commune de Bechar ont suffi pour provoquer des débordements au niveau des canalisations d’assainissement et du réseau des eaux pluviales.

Ces débordements d’une grande ampleur sans précédent ont également engendré des désagréments aux piétons et aux automobilistes sur plusieurs artères de la ville. Des quantités d’eaux usées nauséabondes ont inondé plusieurs chaussées et empêché la traversée des voies de communication, notamment au niveau des quartiers de Gouray, avenue du 5-Juillet, route de Béchar Djédid à proximité de l’abattoir communal. Il a fallu l’intervention des offices nationaux d’assainissement des wilayas de Saïda, Sidi Bel Abbès et d’Oran  appelés à la rescousse pour que la situation, qui allait inévitablement  frôler le désastre, se rétablisse.

Les offices sollicités, aidés en cela par les organismes locaux tels la direction de l’hydraulique, l’office local d’assainissement, la protection civile, la direction des travaux publics et l’Algérienne des Eaux et appuyés par la mobilisation des agents qualifiés qui ont utilisé des motopompes et des hydro cureuses, ont pu venir à bout des obstructions des conduites d’assainissement en plusieurs endroits de la ville.

Le réseau principal et secondaire des eaux pluviales, d’une longueur de 30 km, constitué de deux axes (centre-ville et Debdaba), mal entretenu a été raccordé par les services communaux au réseau d’assainissement, ce qui explique les débordements de cette ampleur pour la première fois sous l’effet de l’intensité et du volume des fortes précipitations subites et inattendues, selon une source au fait de cette aberration technique.

Mais cette forte averse a permis de dévoiler les failles et autres tares du réseau des eaux pluviales jusqu’ici négligé. Ainsi les services de la DUCH ont été instruits par le wali de Béchar de procéder au recensement et à la localisation des points noirs et zones inondables afin de rénover ou réaliser la partie restante du réseau des eaux pluviales. Ces précipitations ont aussi entraîné une crue au barrage de Djorf Torba d’un volume de 50 millions de m3 et dont la réserve d’eau  est évaluée actuellement à 160 millions de m3.

Source: M. Nadjah, El Watan.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 12:02

Dorénavant, les wilayas de Bechar, Adrar, Tindouf, leurs daïras et communes seront couvertes par le système de diffusion hertzien TNT.       

En effet, la TDA de Bechar vient de lancer à titre expérimental la télévision numérique terrestre. Cette opération s'inscrit, dit-on, dans le cadre du projet national de la télévision nationale terrestre. M. Rahmani, directeur régional de la TDA, lors d'un point de presse tenu jeudi devant un parterre de correspondants de la presse au niveau local, égrena une chronologie et des détails plutôt convaincants sur les différentes étapes ayant abouti à la concrétisation et la mise en service de ce système dont les supports et équipements y afférents sont pris en charge par une équipe de cadres 100% algériens et d'ajouter, l'instauration par les pouvoirs publics d'une véritable dynamique qui tend à arroser le territoire national de la TNT. Le responsable de la TDA mettra en relief la fiabilité de ce système de télédiffusion non seulement du fait de la qualité de l'image mais aussi il permet de garantir et d'assurer, dira-t-il, une souveraineté nationale en matière de choix dans la diffusion des programmes des 05 chaînes nationales de télévision mais aussi des radios à savoir radio Saoura, les chaînes 1, 2 et 3, radio internationale et la radio jeunesse.

Toutefois, notre interlocuteur précisera que tous les téléspectateurs désireux de suivre ce programme doivent acquérir un appareil visuel doté d'un récepteur LCD. Néanmoins, la télévision analogique continue comme par le passé d'être au service du citoyen jusqu'en 2020, date butoir fixée pour la généralisation de la TNT.

 

Source: A. Roukbi, Le Quotidien d'Oran

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 11:59

Les désagréments qu'ont connus et que connaissent encore les populations de la vallée de l'oued Saoura seront atténués probablement durant l'été prochain. En effet, nous apprenons la réception, au niveau de l'aéroport de Bechar, par les services concernés de la Sonelgaz, direction «Rural», d'une turbine à gaz hydraulique en provenance des USA, acheminée à bord d'un avion gros-porteur Antonov ukrainien. D'une puissance de 18 MW, cet important équipement est destiné à la centrale électrique de Beni Abbès (sud de Bechar) afin de combler le déficit en production de l'énergie électrique, lequel manque a, durant des années, suscité la colère des habitants de cette région du sud-ouest du pays. Notre source précisera que toutes ces contraintes seront levées très prochainement par la dotation de la ville de Beni Abbès d'une centrale électrique fonctionnant au gaz naturel. Déjà lancé il y a plusieurs mois, le projet d'acheminement de ce produit, à partir d'El-Biodh Sid Echikh, est en cours de réception, dit-on, sur un tronçon de plus de 500 km via Bechar, Abadla et Taghit. Par ailleurs, la daïra de Kerzaz va incessamment bénéficier d'une ligne électrique de 60 KV en provenance de Beni Abbès, confortée par la réalisation d'un site d'implantation de la production de l'énergie électrique à Kerzaz, ayant déjà reçu l'aval de la tutelle de cette entreprise et qui renforcera davantage les capacités de production énergétique, projet tant attendu par la population kerzazie, mettant fin ainsi à plusieurs années de souffrance, en particulier durant les périodes de grandes chaleurs du fait des perturbations en matière d'alimentation en énergie domestique.

 

Source: A. Roukbi, Le Quotidien d'Oran.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 11:58

Le rideau est tombé avant-hier sur la deuxième édition des Journées régionales du théâtre pour enfants, organisées par l'association Djoussour (racines) de la capitale du Sud-Ouest. Cinq jours durant, les enfants de Béchar s'en sont donnés à cœur joie, appréciant à juste titre les spectacles hauts en couleur présentés par des jeunes comédiennes et comédiens évoluant au sein des différentes troupes de la région. Le jeune public, d'une incroyable assiduité, n'a raté aucun des cinq spectacles mettant en scène, pour la plupart, des animaux personnifiant des défauts humains dans des luttes incessantes du Bien contre le Mal. A raison de deux spectacles par jour, les jeunes ont successivement applaudi les pièces «El-Khadaa'» (le traître) de l'association Essarouia de la petite localité de Ouakda ; «Ettifl ouel Internet» (l'enfant et Internet) jouée par la troupe Mech'al El-Mridja ; «El-Hattab ou echajara» (le bucheron et l'arbre) de la troupe Ferquet Nâama ; «Oh ya Sissane» (oh Sissane !) de la troupe Fen el-khachaba» d'Adrar ; «Leïla oua Eddib» par la troupe théâtrale Les amis de Abdelkader Ouali de Béchar.

L'ouverture de la manifestation a été annoncée par le directeur de la culture, représentant le wali de la wilaya. Mais à la clôture, seule la présence du directeur du centre culturel, où se sont déroulés les spectacles, qui a tenu à marquer sa présence en qualité de représentant le wali de Béchar, et qui s'est distingué, selon les organisateurs, par sa grande disponibilité pour la réussite de la manifestation.

Les membres de l'association Djoussour ont déploré l'indifférence inexpliquée de l'Assemblée populaire communale de Béchar à l'égard d'une manifestation culturelle destinée aux enfants de la ville, dont les parents sont également des électeurs. On nous signale qu'aucune aide n'a été apportée par le maire qui devait, selon les organisateurs, être au premier rang lorsqu'il s'agit d'animation culturelle au profit des jeunes citadins, et c'est le moins qu'on puisse faire pour eux en cette période de vacances scolaires. Une période de désœuvrement durant laquelle on doit s'ingénier à occuper sainement les élèves pour leur éviter de s'adonner à d'éventuelles activités malsaines.

A l'issue des Journées théâtrales régionales de Béchar, le palmarès a été comme suit :

1er prix du meilleur spectacle : El-hattab oua chajara (Nâama)

2ème prix du meilleur spectacle : El Khedaa' (Ouakda)

3ème prix : Leïla oua eddib (Les amis de Abdelkader Ouali, Béchar)

Prix d'encouragement : Troupe de Mridja

Prix de la meilleure comédienne : Kahina, de la troupe Essarouia de Ouakda

Prix du meilleur comédien : Nourredine, de la troupe Fen el-khachaba d'Adrar.

 

Source: B. Houari, Le Quotidien d'Oran.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 12:56

Les 14èmes journées aéronautiques et de sécurité des vols organisées par le commandement Air de la 3ème Région Militaire auxquelles participent plusieurs responsables et spécialistes militaires, ont été ouvertes ce mercredi par le Général Major Saïd Chengriha, commandant de la 3ème Région Militaire à Béchar. Dans son allocution d'ouverture, le premier responsable de la 3ème RM axa son intervention en particulier sur l'intérêt qu'accorde la tutelle à la conjugaison des efforts de tout un chacun pour la réussite de cette importante rencontre consacrée à la sécurité des vols, des navigants et des utilisateurs d'une façon générale, mais aussi pour atteindre les objectifs tracés qui doivent prendre en considération d'une façon impérieuse la progression perpétuelle et rapide de la science qui reste, en tout état de cause, l'axe fondamental pour la réussite de toute entreprise, notamment celle qui concerne le thème de cette journée.

Les membres présents ici, conclura le Général Major, doivent communiquer à leurs collaborateurs leurs connaissances pour assurer une saine continuité. Onze communications suivies de débats sont au programme de cette rencontre et qui concernent la surveillance du personnel navigant et les grands fléaux sociaux, la surveillance sanitaire en milieu aérien, le tabagisme, l'alcoolisme, les erreurs d'appréciation des distances par les pilotes et la diminution de leurs réflexes et bien d'autres sujets qui intéressent la sécurité des vols allant du bruitatique au comportement général des navigants et de l'environnement en particulier.

 

Source: A. Roukbi, Le Quotidien d'Oran.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 12:55

Le coup d'envoi des 4èmes journées médico-chirurgicales a été donné par l'inspecteur général de la wilaya au niveau de l'université de Bechar, en présence des praticiens locaux et des responsables du secteur de la santé. Cette manifestation est encadrée par une équipe pluridisciplinaire bénévole composée de 81 spécialistes en provenance des CHU du nord du pays, conduite par le professeur Boubekeur, avec la participation très remarquée d'une équipe de la santé militaire relevant de la 3e Région militaire à Bechar.

Depuis leur arrivée, ces spécialistes sont à pied d'œuvre au niveau des secteurs sanitaires de Bechar, Abadla, Béni-Abbès, l'hôpital mère-et-enfant (M. Boudiaf) et d'autres structures hospitalières. Déjà, pas moins de 40 opérations chirurgicales ont été réalisées sur des patients qui se trouvaient dans l'impossibilité de se déplacer au niveau des CHU d'Oran, Bel-Abbès ou Tlemcen, nous confia le professeur Boubekeur. Chiffre qui atteindra, à la fin du séjour de l'équipe médicale, prévue pour le 22 mars courant, 200 malades déjà consultés, diagnostiqués et appréciés par les médecins.

Des cycles de formation sont prodigués au profit du corps médical et paramédical exerçant au niveau des secteurs sanitaires de la wilaya. Des conférences sur différents thèmes liés à la santé publique sont animées par des membres de l'équipe médicale chaque après-midi à partir de 15 heures au niveau de l'université. Notons enfin la satisfaction affichée par le professeur Boubekeur et son équipe pour ce qui est de l'octroi à la wilaya de Bechar d'une enveloppe de 500 milliards de centimes consacrée à la réalisation d'un CHU, lequel projet a été défendu bec et ongles par M. Boubekeur, qui, comme on le sait, est originaire de la région.

 

Source: A. Roukbi, Le Quotidien d'Oran.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 12:54

Dans le cadre d'un programme de vacances de printemps de détente organisé par le ministère de la Solidarité et de la Famille, un groupe de 120 enfants résidant au nord du pays séjournera à Béchar pendant 10 jours à partir du 19 de ce mois. Ces jeunes scolarisés sont accompagnés d'un encadrement spécifique constitué de 16 membres, entre médecins, psychologues et accompagnateurs. Selon le directeur de la DAS de Béchar, M. Harat, en plus des commodités agréables d'hébergement, un riche programme touristique et culturel a été élaboré pour la circonstance. Six wilayas du Sud et de l'extrême Sud, dit-on, seront les hôtes d'enfants nordistes : ces derniers découvriront agréablement à cette occasion les vastes régions du Sud algérien, ses potentialités touristiques et culturelles, ses valeurs et, par voie de conséquence, l'hospitalité traditionnelle de ses habitants.

 Par ailleurs, nous apprenons auprès de la DAS qu'une initiative louable a été prise, qui concerne l'octroi par le ministère de tutelle à 10 personnes âgées habitant la wilaya, d'une cure thermale de 10 journées, tous frais payés, au complexe de Hammam Rabi de Saïda, à dater d'aujourd'hui.

 

Source: A. Roukbi, Le Quotidien d'Oran.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 12:53

Les festivités commémorant la journée nationale des personnes handicapées ont été organisées cette année au niveau de l'amphithéâtre de la maison de la culture à Bechar en présence du secrétaire général de la wilaya et des autorités locales. Un riche programme a été tracé à cette occasion où il a été mis en relief une activité culturelle très diversifiée. Il comprend également une exposition de productions artisanales des handicapés, la distribution de prix à des personnes handicapées et à des associations activant dans le secteur de l'action sociale. Le moment tant attendu par l'assistance a été celui de la remise de fauteuils roulants à des personnes handicapées physiques, geste très apprécié par les familles et proches de cette catégorie de malades. Durant cette journée, une information a circulé comme une traînée de poudre à la satisfaction générale et qui a été l'octroi officiellement à Bechar d'un Centre Hospitalier universitaire au même titre que les autres régions du pays.

 

Source: A. Roukbi, Le Quotidien d'Oran.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 12:51

2000 touristes étrangers en 2010, seulement 800 en 2011.

La Saoura, si lointaine du grand Sahara où plane toujours le risque sécuritaire, souffre des bruits environnants. Les nationaux assurent les nouveaux flux touristiques. Sporadiquement. Cette fois ce sont les infrastructures qui sont en retard. A Taghit et Béni Abbès, l'envoûtement reste toutefois garanti au pied de la dune.

Wakda, le nouvel hôtel de Bechar, la capitale de la Saoura, inauguré depuis deux mois, a toutes les apparences d'un établissement de «luxe». En fait, difficile de le classer. «L'hôtel a un hall de 4 étoiles, des chambres de 3 étoiles et… les sanitaires d'une seule étoile», relève, satirique, un inspecteur de tourisme, aujourd'hui à la retraite. Les légères carences sont largement compensées par le sourire et la disponibilité du personnel.

 Taghit, la fameuse palmeraie éternisée dans les livres scolaires algériens avec le qualificatif d'«enchanteresse», est reliée à Bechar, à 100 kilomètres de là, par une route impeccable. La palmeraie se dévoile sans préliminaires, au sortir d'un virage. L'arrêt s'impose. Rituel de la première visite. Et des suivantes. La contemplation époustouflante d'une combinaison miraculeuse. Le vert de la palmeraie, l'ocre du vieux Ksar, le doré de la dune géante au dessus de Taghit, ligne de crête qui cache le Grand Erg occidental.

 La générosité naturelle des habitants accentue le charme déjà exceptionnel de l'oasis. Les Taghitis se sont installés dans les habitations «modernes» du centre-ville, laissant le vieux Ksar dépeuplé. Moins de dix familles continuent à y vivre. Le touriste risque de passer un long moment dans ses méandres sans rencontrer personne pour lui indiquer la sortie.

UN NOUVEAU COMPLEXE TOURISTIQUE POUR TAGHIT

A défaut de retenir ses enfants, le Ksar a séduit, entre autres, deux jeunes de Kabylie, qui ont fondé, à 1100 km de chez eux au nord, la Maison des artistes où l'on fabrique des instruments de musique traditionnelle. «Nous avons appris la technique de fabrication du goumbri de la main d'un maâlam (maître) de la région», expliquent les jeunes, natifs de Béjaïa, au groupe de journalistes venus dans la cadre d'un eductour organisé par l'Officie national du tourisme (ONT).

 Taghit ne manque pas de lieux où l'on peut déguster un bon couscous, au-dessous d'une tente. Les affaires des professionnels du tourisme ne sont pourtant pas très fameuses. «Certes, il y a des périodes où l'on affiche complet mais, la plupart du temps, nous n'avons pas de clients», se plaint un restaurateur. Un avis partagé par Kada, le plus célèbre des guides touristiques de la région. «Nous avons accueilli des centaines de touristes dont des étrangers à l'occasion des fêtes de la fin d'année, mais malheureusement on passe des périodes creuses de plusieurs mois», explique Kada cité dans Le petit futé, comme «PDG de l'Erg occidental».

 Les touristes nationaux se font nombreux à l'occasion des vacances d'hiver et de printemps mais sont rares, à Taghit, les familles qui peuvent vivre uniquement du tourisme et de l'artisanat.

 En haute saison, lors de la fête du réveillon, notamment, des particuliers ouvrent leurs anciennes maisons aux touristes à des prix abordables ne dépassant pas les 1500 dinars la nuitée, par personne. Selon le directeur du tourisme à Bechar, Mohamed Boushab, Taghit devra prochainement renforcer son statut de principale destination touristique de la Saoura, en accueillant un complexe touristique à l'initiative d'un investisseur privé.

A L'HOTEL PUBLIC DE BENI ABBES, PLUS D'ALCOOL

A Béni Abbès - 250 kilomètres au sud-ouest de Bechar -, le paysage ne diffère pas beaucoup de celui de Taghit. Des palmeraies entourées de dunes et des cours d'eau rutilants attendent les visiteurs, toujours aussi rares. Les gens de Béni Abbès sont pourtant des plus accueillants. La ville dispose en outre de plus de lits que Taghit. L'hôtel Rym, un établissement public, a été mis récemment sous la tutelle de la direction d'El-Aurassi, le célèbre 5 étoiles d'Alger, tout comme l'hôtel public de Taghit en cours de réfection.

 Le premier acte de gestion de son nouveau directeur, installé depuis décembre dernier, a été de fermer le bar de l'établissement. «Pour compenser l'absence de clients, l'hôtel a été détourné de sa vocation touristique et a été transformé en cabaret durant de longues années», justifie le nouveau patron. D'après lui, l'établissement a accueilli 2200 clients dont 200 étrangers en 2011. Un chiffre qu'il espère doubler en 2012 après que le Rym eut bénéficié d'une enveloppe de 6,3 millions de dinars pour sa réhabilitation.

 Le début de reprise de l'activité touristique dans la Saoura initié l'année écoulée vient d'être contrarié par les craintes sécuritaires nourries par les attentats enregistrés en ce début de mars à Tam, pourtant à plus de 1500 km de là. En 2011, Bechar a enregistré plus de 35 000 touristes entre nationaux et étrangers contre 30 542 touristes en 2010. Le nombre des étrangers qui étaient de près de 2000 touristes en 2010, lui par contre, a baissé à moins de 800 touristes en 2011. Les «basculements politiques» qu'ont vécus la Tunisie, la Libye et l'Egypte ont affecté toute la région de l'Afrique du Nord, expliquent les responsables du tourisme à Bechar. Ils comptaient sur le coup de pouce d'Air Algérie. Les baisses de tarifs sur le Sud ont déçu. Trop de conditions exigées pour en profiter. Lot de consolation, la destination Bechar bénéficie enfin d'un aller-retour de jour à partir d'Alger. Jusque-là, c'était une destination nocturne.

 

Source: F. Djouadi, Le Quotidien d'Oran.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Saoura
commenter cet article