Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 18:10

Un incendie provoqué par une masse électrique s’est déclaré ces derniers jours au niveau du souk de “Tindouf” du centre ville de Béchar. Selon nos sources,  plusieurs stands ont été ravagés par le feu qui a détruit des effets vestimentaires et autres matelas. Aussitôt alertés, les pompiers sont intervenus pour éteindre le feu et arrêter sa propagation. Lors de cet incendie, des membres des familles riveraines, un bébé et une vieille femme, victimes de difficultés respiratoires, ont été transportés à l’hôpital de Béchar pour recevoir les soins nécessaires. Une enquête a été ouverte par la direction de SDO pour déterminer les causes de cet incendie.

 

Source: Liberté

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 18:24

Le pensionnaire de la division nationale amateur groupe Centre-Ouest, la JS Saoura, aura défrayé la chronique durant les trois dernières saisons avec à la clé trois accessions consécutives. La saison écoulée, la formation de Bechar a dominé de bout en bout le championnat de l'inter-régions Ouest, puisque l'équipe chère au président Zerouati avait terminé le championnat avec onze points d'avance sur son poursuivant immédiat, le Widad de Mostaganem.

Pour la saison en cours, le représentant du Sud-Ouest dans ce palier croit dur comme fer à une éventuelle accession, d'autant plus qu'il partage le fauteuil de leader avec le WA Boufarik et le CRB Aïn El Turck. C'est dire que les camarades de Hamlili gardent leurs chances intactes. Pour le premier responsable du club, Zerrouati Mohamed, l'équipe est bien partie pour arracher une troisième accession consécutive. «Dieu merci, l'équipe est sur de bonnes bases, car, financièrement, on ne manque de rien, du moins pour le moment.

D'ailleurs, les joueurs sont tous régularisés. L'équipe a été renforcée par huit joueurs qui ont donné entière satisfaction. Avec cet effectif, je garde espoir de voir la JSS atteindre son objectif.

Dans ce contexte, nous comptons sur l'apport de notre cher public pour nous soutenir, notamment dans les moments difficiles, tout en remerciant les autorités locales qui ne ménagent aucun effort pour répondre à nos doléances tout en veillant à l'achèvement des travaux du stade dont la capacité a été portée à huit mille places sans omettre les autres commodités», conclura-t-il.

 

Source: K. Lezoul, Le Quotdien d'Oran

Repost 0
Published by Sofiane - dans Saoura
commenter cet article
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 18:20

La maison de la culture de Bechar abrite, depuis le 26 février, deux évènements artistiques. L'un concerne la semaine culturelle de «Sétif capitale des Hauts Plateaux» où une variété de richesses de cette ville et ses environs a été exposée à l'attention des visiteurs. D'autre part, dans le cadre des festivités «Tlemcen capitale de la culture islamique», un riche programme s'étalant sur deux mois est tracé pour la circonstance, animé par de grandes figures, à savoir: Abdelkader Khaldi, Bébèche Hamid, Abdelkader Adda, Naïma Dziria, Radia Manel et bien d'autres artistes. Selon la direction de la culture de Bechar, le 12 avril prochain, des spectacles comprenant des galas et expositions réservés exclusivement aux familles seront couverts par Cheb Snouci, Chabba Fadéla et Chab Redouane. Notons l'engouement affiché par les jeunes de la région pour ce genre d'activité qui fait défaut durant cette période de l'année.

 

Source: A. Roukbi, Le Quotidien d'Oran

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 18:22

La rentrée de la formation professionnelle, prévue pour le 27 février courant au niveau de la wilaya de Bechar, propose aux différents candidats plusieurs spécialités nouvelles, et notamment l'étanchéité, la garniture auto, la dinanderie, etc. Répartis en 28 sections, 918 demandeurs de formation sont inscrits pour cette cession, dont 709 pour les niveaux 1 et 3. Les postulants pour le niveau 4 sont au nombre de 189 et enfin 20 concernent le 5e palier. A cette situation s'ajoutent 40 inscrits supplémentaires ayant opté pour le marketing. Selon la direction de la formation professionnelle de Bechar, plusieurs équipements ont été réceptionnés, dont 2 labos de langues. Notre interlocuteur nous apprend l'ouverture de 36 postes budgétaires pour cette année, 22 concernant les professeurs de la formation professionnelle, 13 pour les autres spécialités et enfin un pour un conseiller en orientation.

 

Source: A. Roukbi, Le Quotidien d'Oran

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 18:14

Le bureau de l’Union nationale de la femme algérienne de Béchar a organisé, ce dimanche, une journée d’étude sur le cancer du sein et du col utérin à l’École paramédicale du chef-lieu de wilaya. Les principaux sujets traités au cours de ce séminaire sont  le dépistage précoce du cancer du sein, sa prise en charge et le cancer du sein et l’allaitement maternel. Selon le docteur F. Seghiour de l’hôpital Mohamed-Boudiaf de la ville de Béchar, sur 84 patientes, en 2008, au niveau de cet établissement hospitalier, 60 ont développé des nodules du sein, 24 ont eu un cancer du sein et 16 ont subi une mastectomie. En 2009, sur 31 femmes, 24 ont présenté des nodules du sein, 5 ont subi une ablation, une a développé un cancer à un stade très avancé et une autre en est décédée. L’année dernière, 22 femmes ont eu des nodules au niveau du sein, 5 des abcès et 9 autres ont subi une mastectomie. Selon plusieurs spécialistes, ces chiffres ne reflètent pas la réalité sur le terrain car le problème qui se pose est le manque de dépistage de masse à cause de l’absence de radiologues.  Selon les conférenciers, il existe différents types de cancer du sein, ceux qui se développent dans les canaux galactophores et ceux qui touchent les lobules. Ils ont aussi souligné que les travaux scientifiques ont montré que certains facteurs augmentent les risques de développer un cancer du sein, dont l’âge, les antécédents familiaux ainsi que le mode de vie. Pour ce qui est des traitements, les intervenants ont déclaré que le traitement du cancer du sein passe toujours par la chirurgie. Parfois, celle-ci est accompagnée de séances de radiothérapie effectuées avant ou après l’opération.

 

Source: R. Rachid, Liberté

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 10:33

Un centre intermédiaire de soins pour toxicomanes  a été ouvert hier à Béchar, au titre du dispositif national de prise en charge  de cette catégorie de malades, a-t-on constaté. Ce centre réalisé et équipé pour un montant de 20 millions de dinars,  est doté de plusieurs salles et structures nécessaires à son fonctionnement,  dont des salles de consultations et de suivi des toxicomanes par des psychologues  et autres praticiens de la santé publique.          
Il comprend également une salle dédiée aux technologies de l’information  et de la communication, ainsi que des ateliers de travaux manuels pour  l'apprentissage et l'occupation des malades, a précisé un responsable  de cette structure.  La réalisation de cette nouvelle structure, dans le cadre de la stratégie  nationale de prévention et de lutte contre les drogues et l’alcool, vient en  appoint aux différents dispositifs nationaux et locaux d’observation, de recherche,  d’information et de communication sur les méfaits des drogues, a-t-il expliqué.      
Elle s'inscrit aussi dans une "meilleure prise en charge sanitaire et  sociale des toxicomanes", a-t-il ajouté.  
Un centre de dimension régionale, spécialisé dans la désintoxication,  est, par ailleurs, en voie d’achèvement dans la même ville, afin de renforcer  les structures de prise en charge de cette catégorie de malades à travers la  wilaya de Béchar et de la région du sud-ouest du pays, selon un responsable  de la direction locale de la santé, de la population et de la Reforme Hospitalière.

 

Source: El Moujahid.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 18:16

M. Smaïne Mimoune, ministre du Tourisme et de l'Industrie artisanale, a effectué dimanche une visite de travail et d'inspection à la wilaya de Bechar. Dans le programme de la matinée tracé pour la circonstance, 2 complexes relevant du secteur privé ont reçu la visite du ministre, dont l'un, d'une capacité de 48 lits organisés et plusieurs suites, a permis de créer pas moins de 30 emplois. Quant au second, dont les travaux ont atteint 80%, il se compose de 65 chambres de grand standing, selon l'exposé de son propriétaire.

L'hôtel Antar et la zaouïa Ziania de Kenadsa ont été également visités par le ministre et la délégation qui l'accompagnait, composée des autorités locales civiles et militaires. Dans l'après-midi, le membre du gouvernement s'est déplacé à Taghit pour s'enquérir du niveau des travaux de réhabilitation de l'hôtel de cette localité et pour lesquels une enveloppe de 56 millions de dinars a été consentie par les pouvoirs publics.

En fin de soirée, le ministre a fait une déclaration aux représentants de la presse au niveau local, selon laquelle la loi de finances complémentaire de 2009 a accordé des facilités d'investissement pour le secteur et actuellement 560 projets sont en cours d'étude au niveau de son département ministériel.

Notons enfin que 33.000 touristes ont visité la wilaya, parmi eux 2.000 étrangers, pour des capacités d'accueil de l'ordre de 1.600 lits.

 

Source: A. Roukbi, Le Quotidien d'Oran

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 21:00

Les participantes au 1er Festival de la Femme de la  Saoura ont appelé hier, à Bechar à la nécessité de développer les structures de formation professionnelle au profit des femmes et des jeunes filles de cette  wilaya, au terme de cette manifestation.          
Le développement et l’adaptation de ces structures aux besoins réels  en matière de formation de la gente féminine a pour but de répondre aux  exigences et préoccupations actuelles de cette catégorie sociale, ont-elles précisé dans les recommandations ayant sanctionné leurs travaux.         
Les représentantes d’une vingtaine d’associations féminines, présentes  à ce festival, ont appelé les pouvoirs publics à accorder "soutien et intérêt" aux projets initiés par les femme au titre des dispositifs de l’Agence nationale  de soutien à l'emploi des jeunes (ANSEJ).          
Elles ont aussi plaidé pour des mesures d’encouragement, par les secteurs  de l’artisanat et de l’environnement, afin de permettre "l’émergence de véritables PME dirigées par des femmes, créatrices d’emplois et de richesses".          
Les participantes, qui ont décidé de tenir la prochaine édition de ce  festival à la même date en 2012, ont appelé à accroître le quota réservé  aux jeunes filles universitaires, au titre des dispositifs d’embauche de l’Agence  nationale de l'emploi, dans le but de résorber le chômage en milieu féminin.           
Le 1er Festival de la Femme de la Saoura auquel ont pris part plus  d’une centaine de femmes d’une vingtaine d’associations féminines locales,  a été marqué, durant trois jours, par d’intenses manifestations visant à mettre  en relief les activités de ces associations et leur contribution à la promotion  des femmes, notamment celles vivant dans les espaces ksourien et rural.

 

Source: El Moujahid.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 21:05

Le 1er Festival de la femme de la Saoura se tient à Béchar avec la participation de plus d’une centaine de femmes de la région représentant une vingtaine d’associations féminines. Cette manifestation, qui vise à valoriser les compétences et le savoir-faire de la femme de la région, se tient sous le thème : «Femme de la Saoura, défis et perspectives.» Lors de cette première édition, qui s’étalera jusqu’à demain, les visiteurs des différents stands, installés dans le hall des expositions de la maison de la culture de Béchar, auront l’occasion de découvrir les différentes réalisations des femmes dans plusieurs secteurs d’activités. 

 

Source: El Watan.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 21:07

L’emploi des jeunes est la plaie de l’économie algérienne. Le tourisme y pourvoit à la marge. Pour éviter le désœuvrement total. Walid, 23 ans, en vit partiellement à Béni Abbes, oasis d’environ 15 000 habitants à  250 kilomètres au sud ouest de Béchar. Portrait d’un précaire ordinaire qui ne renonce pas.


Walid est gardien et hôte au gîte que tient l’association Ouarourout. Il a 23 ans et habite dans la commune de Béni Abbes. Grande taille, il est aussi reconnaissable à sa casquette américaine toujours vissée sur sa tête et à l’écouteur téléphonique qui dépasse du col de sa veste qu’il ne décolle que rarement de son oreille.

Passionné par la célébration de la fête du Mouloud (el mawlid ennaboui) devenue une spécialité  de la région de la Saoura, Walid se prépare des mois à l’avance : « J’ai déjà mes cartouches (à blanc) de fusil, un ami m’en a ramené une partie à un très bon prix, j’en ai plus de 500, les jeunes de la région ne peuvent pas tous se payer des cartouches d’origine, ça coûte cher, 20 dinars, 30 dinars,  ça dépend, donc ils en fabriquent avec des bouts de canettes de Coca».

Dans cette petite ville du sud, le travail se fait rare si on ne veut pas être tâcheron dans le bâtiment. Peu de secteurs d’activités. Les jeunes en recherche d’emploi n’ont donc pas beaucoup de ressources, à moins de se faire embaucher dans les petits chantiers de la ville qui s’étend. « On trouve souvent des boulots comme manœuvre », nous dit Walid, « il m’arrive de le faire, mais en ce moment je construis chez nous. Je me contente donc de travailler ici dans le gîte de Ouarourout »

Ce gîte, tenu par la très active association Ouarourout – nom d’une petite oasis de la région –, a été totalement rénové et mis à la disposition des visiteurs. Pour des prix quasi symboliques le visiteur peut  profiter d’un cadre agréable et passer la nuit dans des chambres-grottes creusées dans la roche mais avec la connexion Wifi. Il peut, surtout, apprécier l’accueil des gérants et plus particulièrement celui de Walid, l’homme qui s’occupe de tout y compris la préparation du petit-déjeuner : « On a toujours des visiteurs ici, mais l’essentiel des visites se fait pendant le jour de l’An et le Mouloud », explique Walid. Le travail est loin de couvrir l’année. «Quand nous avons des invités, je suis au gîte. J’y passe la nuit aussi. Je touche 500 DA par jour passé au gîte. J’arrive, quand il y a du travail, à gagner jusqu’à 10 000 dinars, sinon je travaille dans la construction, ce n’est pas beaucoup mais j’arrive à aider ma mère et participer à la construction de la maison ».

400 dinars pour une virée à Béchar

Le gîte de l’association Ouarourout fait travailler d’autres jeunes comme Boudjemâa, le guide qui propose aux invités des sorties et excursions et d’autres qui prêtent main forte aux occasions de grande influence.  Orphelin de père, Walid vit avec sa mère et ses sœurs, son grand frère marié a dû partir chercher du travail très loin de Béni Abbes. Pour Walid, le mariage n’est pas encore à l’ordre du jour, « ici pour se marier, il faut dépenser au moins l’équivalent d’un sac de semoule, donner 10 000 DA et trois ou quatre moutons. Et, bien entendu, tout le monde est invité !»

Pour le moment Walid passe beaucoup de temps au téléphone, il est d’ailleurs à la recherche d’une puce « millénium », car le téléphone « va finir par l’empêcher de fêter convenablement le mouloud », quant aux sorties, elles se résument principalement à la ville de Béchar : «On y va pour acheter des habits et des CD, on y trouve tout, les instruments de musique aussi, mais on n’y va pas si souvent, un aller-retour par bus nous coûte déjà 400 dinars, plus le déjeuner… ». Du nord, Walid ne connaît que Mostaganem et Oran. Visites uniques. Il projette d’aller jusqu’à Alger cette année : «Un ami d’Alger que j’ai connu ici m’a invité à l’accompagner. Ce sera après le mouloud ».

 

Source: Maghreb emergent.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Saoura
commenter cet article