Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 12:46

André Citroën doit certainement se retourner d’aise dans sa tombe. Pour cause, le bijou architectural, construit en 1942  par sa maison pour les besoins de ses relais dans le sud-ouest algérien, a pu renaître de ses cendres après des années d’abandon. Depuis près de six mois, il a repris du service. Et le mérite revient à un jeune investisseur algérois, originaire de Skikda, Ali Sahnoun, qui a jeté tous ses dés sur une affaire à première vue pas du tout tentante, bien que l’établissement ait eu par le passé sa place au soleil. Quand il l’a repris, en février 2009, c’était une structure défigurée, complètement saccagée. “J’avoue qu’en mettant pour la première fois les pieds dans l’hôtel,  j’ai failli renoncer, tellement il était dans un état lamentable. Mais en me rendant sur la terrasse qui domine toute la palmeraie et le vieux ksar,j’ai décidé de tenter le challenge”, se souvient-il. Sitôt le contrat signé, avec en prime le payement d’une caution de 420 000 DA (la location est de 70 000 DA/mois), il entame les travaux de réfection qui, entre réparations et équipements, lui ont coûté 9 millions de DA. “J’ai quelque peu sous-estimé le coût des réparations. En plus, il n’y a pas de main-d’œuvre qualifiée. J’ai dû ramener des gens d’Alger qui assurent des prestations coûtant deux fois plus cher qu’au nord du pays”, explique-t-il. Il a réussi le pari de retaper la plus grande partie (60%) de l’établissement : 11 chambres, le restaurant, le salon et le hall d’entrée. Il lui reste 12 autres chambres à réparer. Les travaux de réfection étant déjà lancés, elles seront prêtes en décembre prochain. Les appréhensions au début de M. Sahnoun ont fondu comme neige au soleil dès qu’il a rouvert les portes de son établissement en décembre 2009.
Les touristes l’affectionnent beaucoup. Jugez-en. 200 touristes étrangers et 500 autres nationaux en cinq mois d’activité. Mieux, des personnalités de marque, à l’image de l’ambassadeur de France en Algérie, d’un directeur général de Sonelgaz et d’un conseiller de l’ambassade d’Italie, y ont séjourné. “Le directeur du tourisme de Béchar m’a assuré que le résultat est excellent”, se rappelle M. Sahnoun. Outre l’histoire de l’établissement et le cadre simple, mais très agréable, qu’il offre au client, c’est surtout sa terrasse, surplombant la palmeraie, qui attire les visiteurs. C’est un véritable régal que de s’y attabler, tout en savourant du regard un panorama de paysages idylliques. 
Tout marche donc comme sur des roulettes pour M.Sahnoun ? Non. Il y avait d’abord le problème de la disponibilité d’une main-d’œuvre qualifiée. Pour pallier cette difficulté, il a passé un accord avec une école privée d’hôtellerie de Tizi Ouzou qui lui  envoie des stagiaires que son grand frère, un vieux routier du tourisme, encadre d’une main de maître. Mais son plus grand problème est de pouvoir contracter un crédit auprès d’une banque puisque le ministère du Tourisme a signé une convention avec les établissements bancaires publics pour faciliter le financement de projets d’investissement dans le secteur du tourisme.
Il compte acquérir deux véhicules (des fourguons) pour récupérer les touristes à l’aéroport et les y ramener et aussi construire une piscine. N’ayant pu trouver un terrain d’entente avec la Badr, qui exigeait une hypothèque, il s’est rabattu sur la BDL qui, elle, veut l’assurance du crédit par la Caisse de garantie des crédits d’investissement. M. Sahnoun compte déposer son dossier incessamment. Aura-t-il son crédit ? Espérons-le.


Source: A. Chih, Liberté.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Saoura
commenter cet article
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 20:11

110 foyers des zones rurales et nomades de la wilaya de Bechar viennent de bénéficier de kits solaires, a-t-on appris mardi de la conservation des foreêts de la wilaya.

Ce projet, d’un coût global de 15 millions DA alloués au titre du programme de proximité pour le développement rural intégré (PPDRI), concerne les foyers des localités rurales et nomades de 11 communes de la wilaya, notamment celles de Meridja, Zousfana, Boudib et Tabelbella dans l’extrême sud de la wilaya de Bechar ou se concentrent les populations nomades.

Ces populations s’adonnent aux activités de l’élevage camelin et ne peuvent bénéficier du réseau classique de distribution de l’énergie électrique, étant donné leur éloignement des grands centres urbains et leur mobilité, a indiqué un responsable du secteur des forêts.

L’objectif de l’opération est l’amélioration des conditions et de la qualité de vie des populations concernées, a-t-il souligné. Pour cette année, une quarantaine de projets inscrits au titre du PPDRI sont soit en voie de réalisation ou en voie de lancement, a-t-on signalé.


Source: APS.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 12:43

Le complexe touristique qui est en phase de réalisation à Barebi, à 7 km de Taghit, est un chef-d’œuvre architectural qui n’a pas son pareil dans tout le sud algérien. Étalé sur 15 ha, cet établissement de 5 étoiles est un ensemble de blocs, construits en respect de l’architecture saharienne, qui trône au milieu d’un espace vert planté d’arbres de toutes sortes et de palmiers.
À un 1 kilomètre de là, au beau milieu des dunes, il y a une esplanade dotée d’un point d’eau, de sanitaires et d’une petite palmeraie où les touristes pourront faire  bivouac. Disons-le tout net, ce sera un petit paradis au milieu du désert.
Le complexe contient aussi un court de tennis, une grande et une petite piscines, un sauna et une structure de remise en forme. Son promoteur est Yazid Adjlia, un architecte de Béjaïa. Rien dans ce complexe n’est le fruit du hasard, jusqu’au choix du terrain qui est au beau milieu de deux colonnes de dunes et de montagnes. “Rien n’est fait arbitrairement, tout est l’aboutissement d’une réflexion”, s’enorgueillit Mlle Beddak, collaboratrice de M. Adjlia. Et de poursuivre : “Le projet est fondé sur le principe d’intériorité. Nous avons 5 petites suites autour d’une cour, 11 blocs de maisons entourant la piscine et les dunes qui enveloppent le complexe lui-même.” Le plus beau est que tout sera traditionnel dans ce complexe : l’aménagement des chambres, la cuisine, les ustensiles utilisés, la tenue des serveurs, etc. Cela se fera autour de cinq thèmes : algérois, berbère (kabyle et chaoui), constantinois, oranais et saharien. “Nous comptons faire un tourisme d’élite et non un tourisme de masse”, assure M. Adjlia. Comment a-t-il eu l’idée de construire une telle structure ? “Cela fait dix ans que je connais cette région. J’ai remarqué une absence flagrante d’infrastructures hôtelières. Lors d’une rencontre internationale en Espagne, à laquelle j’avais pris part, il m’a été donné de constater l’existence d’une demande. Au départ, j’ai voulu investir à Timimoun.
C’est l’ancien wali de Béchar qui m’a fait changer d’avis. Sincèrement, il m’a beaucoup aidé et ouvert toutes les portes”, explique-t-il. Et pour quelle raison a-t-il choisi le sud du pays ? “Je suis de Béjaïa, mais j’ai préféré investir dans le Sud. La raison ? Cette grande sérénité qu’on ne trouve pas ailleurs, la pureté de l’air et la chaleur de l’accueil des gens du Sud, en plus, bien sûr, de la beauté des paysages. De plus, l’avenir, c’est le tourisme saharien et non pas le tourisme balnéaire”, explique-t-il.
C’est en 2004 qu’il a eu le terrain en amodiation, pour une somme de 150 000 DA. À la finalisation des travaux, l’État lui cédera le terrain au prix réel. Mais ce n’est qu’en 2007 qu’il a entamé les travaux.“Notre priorité est de créer cet espace vert,ce microclimat, nécessaire au projet. Pour ce qui est de la construction des blocs, c’est facile pour nous, qui sommes des bâtisseurs”, explique-t-il.
Outre le creusement d’un forage de 27 mètres de profondeur, pas moins de 7 000 arbres, entre oliviers, abricotiers, figuiers, pruniers, pommiers, etc, et 200 palmiers, ont été plantés et irrigués par le système goutte-à-goutte. D’un coût de 10 millions, cette partie du projet est aujourd’hui finalisée. Reste la partie construction, même si quelques travaux sont déjà lancés. Pour ce faire, M. Adjlia compte solliciter incessamment un crédit bancaire. En tout et pour tout, le projet lui coûtera la bagatelle de 400 millions de dinars. Quand le complexe ouvrira-t-il vraiment ses portes ? “Dans deux ans”, promet M. Adjlia. Croisons les doigts


Source: A. Chih, Liberté.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Saoura
commenter cet article
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 09:31

Le ministre des Transports, Mr Amar Tou, accompagné des autorités de la wilaya de Naâma sont arrivés à la gare de Beni Ounif à bord d'un train protocolaire d'inspection où ils ont été accueillis par le wali de la wilaya de Béchar et les autorités civiles et militaires. La visite de travail et d'inspection du membre du gouvernement a concerné dans un premier temps le dernier tronçon de la voie ferrée entre Beni Ounif et Béchar sur une distance de 110 km, qui devait boucler la ligne Sidi Bel Abbès - Béchar en passant par Méchéria sur 580 km totalement renouvelé y compris pour ce qui est des importants ouvrages d'arts se trouvant sur le parcours du train. En effet, et comme programmé par Mr Amar Tou lors de son dernier passage à Béchar, le train avec à son bord toute la délégation a atteint Béchar, moins 11 km de pose de voie, lesquels seront réceptionnés courant mois de juin ce qui permettra, dorénavant, aux amateurs du train de sillonner le pays à une vitesse de pas moins de 160 km heure à partir de Béchar en attendant la réalisation de la ligne Adrar-Béchar. Lancé en début de l'année 2005, ce grand projet a enregistré un retard du fait de contraintes techniques essentiellement. Le ministre a inspecté ensuite les projets en cours de réalisation en l'occurrence, la gare de marchandise et la nouvelle gare routière. Par ailleurs, l'exposé des grands axes et perspectives du plan quinquennal 2010-2014 approuvé le 24 mai par le Conseil des ministres sous la présidence de son excellence Mr. Abdelaziz Bouteflika a clôturé la visite du ministre des Transports. En effet, d'un montant de 21.214 milliards de dinars soit l'équivalent de 286 milliards de dollars, Mr Amar Tou mettra en relief en particulier les atouts et les objectifs de cet ambitieux plan de développement qui permettra dira-t-il à notre pays de rejoindre les pays développés.

 

Source: A. Roukbi, Le Quotidien d'Oran.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 12:48

 10 milliards de centimes ont été débloqués par les responsables de la wilaya de Béchar pour l’extension du stade du 20-Août. Actuellement, les gradins de ce stade ont une capacité de 3 000 places seulement. Après la réalisation de ce projet, ce complexe pourra recevoir 10 000 spectateurs, ce qui dépasse largement le seuil exigé par la FAF pour le déroulement du championnat national de football de deuxième division. Cette décision des autorités locales a été bien accueillie par les supporters de la JS Saoura qui vient d’accéder en division deux. Par ailleurs, le stade de l’OPOW (6 000 spectateurs), situé à Béchar-Djedid, bénéficiera prochainement d’une extension et d’un nouveau gazon synthétique. Ce site a aussi bénéficié d’un hôtel sportif de 120 lits dont les travaux ont été achevés dernièrement.


Source: R. R, Liberté.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
29 mai 2010 6 29 /05 /mai /2010 08:21

Malgré les pertes végétales et animales causées par les intempéries d’octobre 2008, survenues dans la wilaya de Béchar, cette région du sud-ouest du pays a enregistré une production exceptionnelle. En effet, grâce aux efforts déployés par les différents intervenants, en matière de soutien financier et d’appui technique pour la réactivation de l’activité agricole, Béchar a enregistré 63 350 q de céréaliculture sur un objectif de 42 000 q.
La direction locale des services agricoles a aussi enregistré une production de 179 300 q de fourrages sur des objectifs de 90 000 q, 490 200 q de maraîchage dont 12 000 q de pommes de terre et 26 q de viande rouge ainsi que 10 381 q de viande blanche. En matière de soutiens financiers pour la réactivation de l’activité agricole, 1 824 exploitants ont été touchés pour une consommation de 219 138 millions de dinars sur 516 550 millions de dinars d’engagement. Pour ce qui est du FNDIA, les mêmes services ont enregistré une consommation de l’ordre de 174 035 millions de dinars. Ce programme a concerné la plantation de 230 ha de palmiers dattiers et 262 ha d’oliviers, les deux conduits en goutte-à-goutte. Les autres réalisations physiques du FNDIA ont concerné l’installation de 170 ruches pleines, la réalisation de 81 puits équipés en pompes, la construction de 23 bâtiments d’élevage bovin et équipements de matériels laitiers, ainsi que la création de 11 centres d’engraissement camelins. En ce qui concerne l’année en cours, les responsables de la DSA prévoient une augmentation de 10% de la production par rapport à la campagne 2008/2009, la plantation de 300 ha de palmiers dattiers et 300 ha d’oliviers. En matière de production animale, les responsables de ce secteur comptent construire 14 bâtiments d’élevages de bovins et une vingtaine de centres d’engraissement camelins.


Source: R. R., Liberté.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 08:24

La ligne ferroviaire reliant Oran à Béchar  sera exploitée à partir du mois de juillet prochain dans le transport des céréales  et hydrocarbures vers les zones du Sud, a déclaré, hier, à Sidi Bel Abbès, le ministre des Transports, M. Amar Tou. M. Tou a souligné, dans une déclaration à la presse en marge du troisième essai pour la mise en service de cette ligne ferroviaire, que la ligne Oran-Béchar  revêt "une grande importance au double plan économique et du développement" et permettra de "promouvoir l'activité commerciale et économiques au sud du  pays."  La direction de la Société nationale des chemins de fer SNTF a entamé des contacts avec les services de l’Office national des céréales, de la société  Naftal et du port d'Oran pour prendre les dispositions et les mesures nécessaires  en vue d'assurer le transport des produits en question sur cette ligne qui servira  également au transport d'autres marchandises, a ajouté le ministre.La mise en service de cette ligne permettra aussi d'assurer quotidiennement le transport de passagers entre Oran et Béchar, en aller retour et aux mêmes horaires, et à une vitesse de 160 kilomètres/heure et ce, après la réalisation du projet d'une nouvelle ligne ferroviaire double reliant la commune de Tabia,  située au sud de la wilaya de Sidi Bel Abbès, à la ville de Béchar, sur une distance de 580 km, a-t-il dit.  A ce jour, 570 km ont été réalisés au titre de ce nouveau réseau dont  les travaux ont été lancés à la fin de l’année 2004, sachant que l’aménagement et la réhabilitation du tronçon restant, reliant Tabia à Oran, doivent être conformes à la spécificité de cette ligne, qui est prévue pour transporter les  passagers d'Oran à Béchar en six heures de temps, a indiqué le ministre.       

  
M. Tou avait inspecté auparavant le deuxième groupe de wagons réhabilités  récemment au niveau de l'atelier de maintenance de Sidi Bel-Abbès. Ce groupe  se compose de sept wagons qui ont été modernisés conformément aux exigences  et normes les plus récentes. Leur réhabilitation a duré trois mois et demi.         
Ils seront destinés au transport des voyageurs sur la ligne Oran-Béchar.         
Il est prévu la modernisation de 200 wagons avant la fin de l'année  2014, rappelle-t-on. 14 unités, déjà réhabilitées, sont acutellement en exploitation  sur la ligne Oran-Alger.


Source: APS/El Moujahid.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 18:08

Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, M. Rachid Harraoubia, a fait état jeudi à Bechar de l’étude par son département des possibilités et moyens de création d’un Etablissement Hospitalier Universitaire (EHU) dans cette wilaya. Cette étude doit être approfondie, à travers la collecte de données et d’informations, pour la réalisation de cet important projet qui vise essentiellement la prise en charge des pathologies médicales spécifiques aux régions du Grand Sud, a-t-il affirmé en marge de la visite du chantier du nouveau pole universitaire de Bechar.

Sur le site du projet, qui s’étend sur plus de 10 ha et dont 2000 places pédagogiques et une cité universitaire de 2500 lits seront livrés dès la prochaine rentrée universitaire 2010-2011, M.Harraoubia s’est déclaré satisfait de la cadence de réalisation et des efforts déployés localement pour le renforcement et le développement de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.
Ce projet, dont deux instituts totalisant 3000 places pédagogiques et deux bibliothèques, pour un coût global de plus de 900 millions DA sont en voie d’achèvement, va permettre au secteur de disposer de nouvelles capacités d’accueil et d’hébergement offrant toute les commodités nécessaires, a indique un responsable du rectorat de l’université de Bechar.

Au niveau de cette institution de l’enseignement supérieur, qui accueille actuellement 9000 étudiants repartis entre facultés et instituts, le ministre a estime, en visitant ses structures, que cette université est un modèle dans le domaine de la prise en charge des préoccupations pédagogiques des étudiants encadrés actuellement par 400 enseignants.

M. Rachid Harraoubia a, à l’issue de sa visite de travail, estimé que la wilaya de Bechar a pu, grâce aux efforts des autorités locales et instances centrales de l’enseignement supérieur, réaliser, dans les délais, les projets du secteur qui lui ont été notifiés au titre du programme quinquennal 2005/2009.

Ce qui lui permis, a-t-il dit, d’enregistrer un bond qualitatif et quantitatif en matière d’enseignement supérieur.


Source: APS/ La Tribune.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 18:15

Une réception, à laquelle sont invitées de nombreuses personnes, sympathisants et supporters, sera organisée demain dimanche au siège de la commune de Béchar en l'honneur de l'équipe de la JS Saoura, à l'occasion de son accession en Division Deux.

Déjà, les supporters de l'équipe ont fêté, au cours de la semaine passée, l'évènement en voitures qui ont sillonné des heures durant les artères principales des quartiers de la ville. Selon les observateurs sportifs, il faut dire que cette accession au palier supérieur n'a pas été chose aisée pour cette jeune équipe de football dont l'existence ne dépasse pas deux ans. Ce succès, qui a dérouté nombre d'observateurs, a été arraché de haute lutte durant les championnats, grâce à son président qui, dit-on, n'a pas lésiné sur les moyens pour arriver à ce résultat. L'équipe a dû faire face toute seule à des dépenses importantes engagées au titre des déplacements coûteux vers le Nord pour disputer des matches, au recrutement d'un meilleur encadrement technique et des joueurs, confie-t-on.

Dans une déclaration, le président de la JS Saoura a reproché à la DJS de ne pas l'avoir aidé et qui, selon lui, n'a pas apporté une aide conséquente et attendue à cette équipe qui a fait son chemin solitaire pour accéder en Division Deux. Elle a le vent en poupe et, devant cette euphorie, elle ambitionne de figurer, lors du Championnat de Division Deux, parmi les leaders. Maintiendra-t-elle le cap ' La population locale le souhaite ardemment.


Source: M. Nadjah, El Watan.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Saoura
commenter cet article
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 18:16

Une rencontre régionale sur l'état civil a été organisée ce jeudi au niveau de l'ex-CFA, conjointement par la cour de Béchar et la wilaya. Les six wilayas du sud-ouest étaient concernées par cet important regroupement auquel ont assisté dles responsables de la justice, de la wilaya, des communes, les DRAG, certains notaires et des invités. Plusieurs thèmes ont été traités par les intervenants, notamment «Le diagnostic de l'état civil des communes relevant de la wilaya de Béchar», sujet abordé par M. Saadou; «La tenue des registres d'état civil», présenté par M. Khelfoun; quant à M. Khelifi, il s'intéressera en particulier au certificat de nationalité et à l'extrait du casier judiciaire en relation avec l'état civil. Le volet «Relation état civil/notaire» a été développé par M. Rahmani, représentant la profession dans l'Ouest du pays. Selon l'avis d'un président de l'APC, «l'état civil est un service nécessitant une vaste opération de réhabilitation» en rappelant les orientations du ministère de l'Intérieur «pour que les meilleurs éléments soit affectés à ce service»; et de poursuivre: «La détérioration avancée des registres d'état civil est due à la manipulation quotidienne par des agents, en particulier les temporaires du filet social, sachant que les communes sont dépourvues de moyens pour recruter d'autres», dira-t-il.

A l'issue de cette rencontre, des recommandations tendant à l'amélioration de la gestion de l'état civil au niveau des communes surtout ont été présentées. Il est à noter la bonne organisation de la rencontre.


Source: A. Roukbi, Le Quotidien, d'Oran.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article