Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 10:00
Deux projets routiers, d'un coût de 550 millions DA, seront lancés cette année dans la wilaya de Béchar, a-t-on appris de la direction des travaux publics (DTP). Un appel d'offres pour la réalisation de deux bretelles devant relier Béchar à sa rocade Est sera lancé dans les «prochains jours», a indiqué la source.

L'une des bretelles permettra un accès vers la ville de Béchar via le quartier de Debdaba, tandis que la seconde reliera la rocade à Béchar-Djédid,  quartier situé au sud de la ville et à forte densité urbaine, a-t-on expliqué. La réalisation de cette rocade, longue de 23 km, vise un désengorgement du centre-ville et une fluidité de la circulation.

L'autre projet porte sur le dédoublement de la route reliant Béchar au chef-lieu de la daïra frontalière de Béni-Ounif, sur 110 kilomètres. Le projet, inscrit au titre de la modernisation du réseau routier et devant être lancé prochainement, sera réalisé en deux phases, dont la première porte sur un linéaire de 50 km, signale la DTP.

Source: Le Temps d'Algérie.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 00:18
Suite aux résultats médiocres enregistrés dans 17 wilayas, y compris Bechar, et dans le but de cerner ces insuffisances, un dispositif de suivi des établissements scolaires du secondaire a été installé. Cet organe d'urgence a été institué lors d'un séminaire, dit-on, qui s'est déroulé le 17 janvier à Alger sous la présidence de M. le Ministre de l'Education nationale. Présent aussi bien au niveau central que local, ce dispositif d'urgence, précise notre source, permettra d'assurer une veille quotidienne des conditions de fonctionnement des établissements du secondaire en particulier, notamment pour constater l'assiduité des chefs d'établissements ainsi que l'encadrement pédagogique et administratif des élèves, pour ce qui est du déroulement des programmes, en apportant les correctifs nécessaires aux insuffisances en matière de rendement pédagogique. Le dispositif mis en place vise aussi le suivi des cours de remédiation et de soutien scolaire et le programme réel d'inspection des établissements scolaires.

 Une cellule centrale animée par l'inspecteur général de la pédagogie est chargée de recueillir et traiter les informations provenant des directions de wilaya relatives au fonctionnement des établissements. Une journée d'étude et d'explication a été organisée le 19 janvier courant sous présidence du directeur de l'éducation et a concerné l'ensemble des chefs d'établissements, des professeurs et les cadres de l'éducation. Notons enfin que selon l'inspecteur général de physique, les résultats du premier trimestre de l'année en cours dans les classes de 3ème AS s'annoncent en progression par rapport à l'année scolaire 2009 et au vu de ces résultats et après débat, il a été proposé l'unification des sujets et un corrigé type avec un barème de notation de la terminologie.

Source: A. Roukbi, Le Quotidien d'Oran.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
29 janvier 2010 5 29 /01 /janvier /2010 19:19
Né au milieu des dunes du Sahara, Smaa Smaa est le second album de la chanteuse et musicienne algérienne Hasna el Becharia qui continue de conjuguer la musique gnawi au présent, bravant les traditions séculaires.

Entre la couleur de sa peau et celle du gumbri qu’elle tient dans ses bras, il n’y a guère de différence, comme si cet instrument traditionnel qui lui est si cher faisait un peu partie de son corps. Pour Hasna El Becharia, l'album Smaa Smaa lui ressemble, aussi bien sur le fond que sur la forme, avec ce livret sobre et chaleureux qui plante parfaitement le décor.

Pendant une vingtaine de jours, la chanteuse est partie avec une petite équipe pour s’installer à Taghit, un endroit "féerique" situé en plein désert, à une centaine kilomètres de sa ville de Béchar. Au milieu du sable, dans l’atmosphère du vieux ksar, l’album a pris forme, avec l’appui des musiciens locaux recrutés pour l’occasion, avant d’être finalisé en Italie.

Parmi les onze titres, plusieurs font partie du patrimoine traditionnel gnawi : Bania, Hamou, Sidi Moussa ou Moulay Ibrahim. Elle se les est réappropriés, les a réarrangés pour les jouer à sa façon, sans crainte qu’on lui en fasse reproche. Mais celle qui a longtemps animé mariages et banquets, en interprétant des titres qui n’étaient pas les siens, a aussi construit son propre répertoire.

La transe n’est jamais très loin, on la devine jusqu’à s’en approcher quand le tempo s’accélère à la fin de Smaa Smaa ou de Sadrak. Sur une trame posée par les cordes de la guitare, celles du gumbri et les percussions de la derbouka, un violon s’ajoute de temps à autre, en soutien des chœurs ou du chant d’Hasna.

La voix de la chanteuse, grave, presque masculine, donne évidemment une émotion particulière à ses chansons "sorties du cœur" : si Djazaïr Johara, paru en 2001, était d’abord un disque pour l’Algérie, pour sa famille, ses amis, "et pour Dieu", le suivant se veut beaucoup plus personnel et, au-delà des apparences parfois joyeuses, porte des douleurs intérieures qui s’entendent.

Source: www.rfimusique.com

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 11:00
229
Repost 0
Published by Sofiane - dans Photos
commenter cet article
27 janvier 2010 3 27 /01 /janvier /2010 19:24

Bechar - Deux réalisateurs algériens, Yasmine Chouikh et Larbi Lakehal, ont plaidé mercredi pour "un soutien financier et logistique local" aux productions cinématographiques et artistiques.

Ils ont appelé de leur vÂœu à davantage d'implication des collectivités locales et des représentations régionales d'organismes et entreprises commerciales, publics et privés, dans la promotion de l'activité cinématographique et artistique.

Pour Yasmine Chouikh, en tournage à Taghit (wilaya de Bechar), "il est nécessaire que les instances locales s'impliquent dans le soutien financier et matériel aux réalisateurs, pour permettre la promotion et le développement de la production cinématographique nationale ou tout autre projet artistique, notamment de jeunes créateurs".

"L'aide qui m'a été apportée par la wilaya de Bechar pour la réalisation, en cours à Taghit, d'un court-métrage, est une preuve de la possibilité d'un partenariat cinéastes-collectivités locales, pour développer et diversifier les productions cinématographiques et télévisuelles", a-t-elle relevé.

Et d'ajouter que "les régions peuvent, de leur cô té, tirer avantage en matière de promotion de leur potentialités naturelles et humaines, à travers la mise en relief, dans les décors, de leurs sites et paysages, et l'enrô lement des figurants et autres comédiens locaux".

Joint par téléphone sur le même sujet, Larbi Lakehal, dont la plupart des Âœuvres ont été tournées respectivement à Bechar, Taghit et Kenadza, notamment, "l'épopée de la résistance des populations du sud-ouest", primée en 2008 à Manama (Bahrein), estime "le temps venu pour que les wilayas et les instances élues, notamment les APW et APC, dégagent des aides financières ou matérielles pour la réalisation de projets cinématographiques".

"Une aide que seule, actuellement, le ministère de la culture apporte", a-t-il fait remarquer.

Pour Larbi Lakehal, membre du bureau de l'association des réalisateurs professionnels algériens (ARPA), "les aides des instances locales ou régionales sont primordiales pour insuffler un souffle nouveau au cinéma national qui doit reprendre sa place sur la scène mondiale".

"Nous disposons d'une pléiade de cinéastes et de réalisateurs de talent qui ont réellement besoin d'aide et autres soutiens pour la concrétisation de leurs projets", a affirmé le réalisateur qui est en voie de finaliser un documentaire-fiction, "Histoire des mines algériennes", en grande partie tourné à Kenadza sur les sites d'anciennes mines d'houilles.

La direction de la culture de la wilaya de Bechar a souligné, pour sa part, avoir toujours encouragé les réalisateurs et autres producteurs cinématographiques par les moyens disponibles, en termes d'assistances financière et technique.

Source: APS/www.emarrakech.info.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 10:59
228
Repost 0
Published by Sofiane - dans Photos
commenter cet article
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 10:58
222
223
224
Repost 0
Published by Sofiane - dans Photos
commenter cet article
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 10:15
Les manuscrits de la Khazina Ziania de Kenadsa dans la wilaya de Béchar ont intéressé une mission de la bibliothèque nationale d'Algérie composée de son directeur-adjoint Mr Sbaâ Rabah, Mr Djanouhat Mohammed chef de département de la conservation et des manuscrits et Mme Benyahia Fatouma chef de service des manuscrits et documents rares. L'objet de ce déplacement au niveau de Kenadsa est dit-on le repérage, le recensement et la collecte des anciens manuscrits et en second lieu proposer pour ceux retenus ou en voie de détérioration une opération de préservation. Dans cette bibliothèque de la Zaouia Ziania, le temps, les mites et insectes nuisibles ont eu raison d'une partie de ce trésor qui de l'avis des différents chercheurs de la région est très consistant et appréciable qu'il faudrait répertorier en vue d'une réhabilitation et cette première visite de responsables de la bibliothèque nationale à celle de Kénadsa est opportune à plus d'un titre puisqu'elle permettra à ces spécialistes de se rendre à l'évidence de l'état de dégradation très avancé de certains manuscrits. Afin d'éviter la déperdition des titres restants aussi bien dans la Khazina Ziania ou ailleurs à travers la wilaya comme ceux par exemple de la zaouia de Kerzaz ou entre les mains de particuliers locaux dans la vallée de la Saoura dont une partie de ce patrimoine est écrite sur des peaux de gazelles qui a fait l'objet d'une exposition en 2008 à l'université de Béchar un sauvetage viendrait à point nommé. Pour conforter cette gigantesque entreprise de sauvegarde de ce patrimoine, une commission nationale est installée au niveau du ministère de la Culture et qui a pour charge selon les membres de la commission en visite à Kenadsa d'accueillir toute proposition dans ce sens pour une évaluation. A la satisfaction générale nous apprenons que la bibliothèque nationale vient d'acquérir récemment des équipements de numérisation qui ont permis déjà de numériser 1250 ouvrages sur les 4500 que compte cette institution. Enfin la bibliothèque nationale a signé une convention avec la zaouia de Kénadsa pour la formation d'éléments en matière de restauration et de numérisation et cette expérience sera élargie aux autres régions et zaouia du pays ainsi qu'aux personnes physiques détenteurs de manuscrits anciens dans le but de finaliser un répertoire national.

Source: A. Roukbi, Le Quotidien d'Oran.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Saoura
commenter cet article
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 10:23

La compétition des 29 spécialités professionnelles, organisée dans le cadre des Olympiades des métiers par l'Institut de formation professionnelle, s'est achevée au cours de la semaine dernière et les 29 spécialités ont été récompensées par des médailles d'or, d'argent et de bronze.

Les métiers professionnels arrivés en tête à l'issue du concours sont le bâtiment, la mécanique automobile, l'installation sanitaire et gaz, l'installation, maintenance et équipement de froid, la cuisine de collectivité, etc. Pour rappel, l'Institut a abrité la première phase au niveau local des épreuves éliminatoires des Olympiades des métiers professionnels. Le concours organisé par les centres de formation de wilaya a été ouvert à 182 jeunes concurrents des deux sexes avec 29 spécialités. A noter que les lauréats retenus vont participer au concours régional qui se tiendra à Sidi Bel Abbès et qui regroupera douze wilayas de l'ouest au début du mois de mai prochain. Mais la finale nationale des Olympiades se déroulera à Alger au mois de juillet 2010.

 

Source: M. Nadjah, El Watan.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
22 janvier 2010 5 22 /01 /janvier /2010 10:57
220
221
Repost 0
Published by Sofiane - dans Photos
commenter cet article