Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 21:22

M. Nouredine Moussa, ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, en visite, lundi, à Bechar, a inspecté le chantier de la première tranche du nouveau pôle universitaire installé sur la route de la localité de Lahmar.


D’une superficie de 116 ha, la première tranche d’un ensemble de 20.000 places pédagogiques est composée des instituts de 4000 places pédagogiques et des annexes constituées d’un centre médicosocial, de salles de sports et terrains de jeux et d’une cité de 1500 lits. L’Autorisation de programme dégagée pour ce gigantesque projet s’élève à 274.500.000.000 DA. Le ministre de l’Habitat a ensuite inspecté les chantiers des nouveaux sièges de la DUC, de la DLEP ainsi que les travaux d’aménagement extérieurs de la double voie à la zone bleue. Ces travaux ont nécessité la mobilisation de crédits de l’ordre de 220.000.000 de DA. S’agissant du secteur de l’habitat qui accuse un retard au regard de la forte demande exprimée, 1041 logements sociaux locatifs ont été mis en exploitation et 1680 sont en instance d’être livrés.

Sur place, le ministre a été interpellé par un entrepreneur au sujet des difficultés liées au coût du logement social généré par les récents renchérissements sur le prix des matériaux de construction acheminés des régions portuaires du Nord. Un autre entrepreneur travaillant sur un chantier de 200 logements LSP a soulevé l’absence de coordination entre les centres de formation et le marché de l’emploi local ayant abouti à la pénurie de la main-d’œuvre qualifiée. Nouredine Moussa a appelé l’association des gestionnaires des entreprises des travaux publics à s’organiser, à installer leurs chantiers conformes aux règles requises et à dénoncer toutes les formes de spéculation. La demande d’un chef d’entreprise, qui a sollicité l’aide du ministre pour la recherche en matière de conception et type de construction de logement adapté au Sud, a retenu l’attention du ministre qui a promis d’œuvrer dans ce sens.

Le ministre a achevé sa tournée d’inspection à Taghit où il a visité trois chantiers (siège de la subdivision de la DUC, 265 logements ruraux réalisés) et la réhabilitation achevée d’un ksar dont la somme est évaluée à 340.000.000 DA.

Source: M. Nadjah, El Watan.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 19:43
Les 3èmes Journées culturelles des ksour se tiennent à Béchar en présence de chercheurs sur le patrimoine matériel et immatériel de différentes universités du pays. Cette manifestation, organisée par la direction de la culture de la wilaya, vise à sensibiliser aux risques qui menacent le patrimoine (vols, trafic, intempéries, etc.) Octobre dernier, de nombreux sites ont été affectés par les intempéries, dont le ksar de Taghit, classé patrimoine national architectural. Dans la wilaya de Béchar, les actions de réhabilitation initiées par les pouvoirs publics avec un financement de plus de 240 millions de DA ont toutefois permis, entre 2002 et 2004, la réhabilitation de plusieurs ksour notamment ceux de Mougheul, Beni Abbes, Kenadza et Taghit. Ces actions ont également suscité l’intérêt des citoyens à sécuriser ce patrimoine, à travers la création d’associations activant dans le domaine de la préservation. Ces 3èmes Journées culturelles des ksour, qui se clôturent aujourd’hui, ont enregistré l’organisation d’expositions sur le patrimoine de la région et des conférences-débats sur la «sécurisation du patrimoine», thème général du Mois du patrimoine.

Source: La Tribune.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 19:39
La cérémonie d’ouverture de cette manifestation a eu lieu le 1er mai à 22 h, au stade Ennasr (ex-stade des Pères) en présence de M. Azzedine Mechri, wali de Béchar, ainsi que et des autorités de la wilaya. Le style gnaoui, cette année, a changé de nom, on l'intitule le diwane pour cette troisième édition. Les Bécharis n’ont pas raté ce  rendez-vous de la première soirée qui s’est déroulée sous un bon climat printanier et une bonne sécurité bien garantie. Le coup d'envoi de l'ouverture a été donné par le directeur de la culture de la wilaya de Béchar.Les festivités, vont durer du 1er au 6 mai courant. Ce diwane mettra en ordre sur la grande estrade touts les troupes sur un programme des concerts à partir de 21 h , regroupant les différentes troupes des wilayas du pays : Naâma  (Gnawa Mecheria)a le levé de rideau de diwane, Ghardaïa (Dendoune), Aïn-Témouchent (Bilalia),Béchar (Noujoum Saoura), Béchar (Béchar-2), Annaba (Foursène el Djanoub), Annaba (Lotfi double Canon), Skikda (Club-21), Tizi-Ouzou (Gnawi berbère), Oran (Tourat Gnawa), Alger (Diwane Dzaïr), Sétif (Mirage), Biskra (Merzoug), Médéa (Chihab), Alger (Mohamed Rouane), (Gnawa Rihet Lebled), Adrar (Ahalil) Tlemcen (Ouled Lala Maghnia), Sidi-Bel-Abbès (Maalem Maazouzi), France (Djamel Laroussi). Il est à noter que quelques troupes se déplaceront pour des soirées dans les communes de Kenadsa, Taghit, Béni-Abbès et celle de Mogheul.
Par ailleurs, la maison de la culture abritera des conférences qui seront programmées durant les matinées par des thèmes de cette musique portant sur les musiques pour démontrer que le diwane constitue une source toujours renouvelée d'inspiration spirituelle. Le diwane est un rite confrérique, qui est un patrimoine immatériel en Algérie. Cette musique retrace la tradition et la modernité. Une expresion manifeste dans le diwane existe dans le langage du corps (qui est le mouvement avec des couleurs de possession ou de libération. Cela exprime la profondeur de la transe. Le diwane, ou gnaoui algérien, est une partie intégrale de l’africanité  et de sa musicalité qui est le patrimoine de toute l’Afrique historique et ethnologique ainsi que sa civilisation et ses arts populaires qui révèlent un esprit culturel qui lance des messages à travers ses sonorités vocales et aussi les retentissements musicaux aux rythmes qui expriment certaines douleurs exaltés des heritages. Certaines traditions se canalisent uniquement par le langage de cette musique qui exprime certaines douleurs qui est celle du gnaoui (cela vient du guinéen qui est la source de cette musique selon les maîtres  de cette vocation culturelle qui sublime le temps passé et son histoire africaine).
Aujourd’hui, le diwane a trouvé sa musique jumelle qui est la musique universelle qui se marie avec toutes les musiques qui se jouent avec des karkabous (grandes castagnettes en métal en forme d’un grand huit) et un instrument de musique à cordes, le goumbri, qui est une caisse parallélépipède en bois couverte, avec des cordes en boyaux de taureau et un manche qui est bariolé avec des objets symbolisant plusieurs choses, pour mettre ses dimensions et ses horizons en valeur culturelle dans sa qualité absolue?
Le commissaire du festival, Zaïdi Houcine, a précisé que la musique diwane a connu un grand développement musical de mixité et de  métissage avec toutes les musiques contemporaines pour mettre en relief cette ancienne musique qui est identitaire à l’Afrique. Aujourd’hui, elle est universalisée et modernisée par des instruments musicaux qui transforment le son musical diwane en une musique psychédélique qui sera synthétisée et solfiée en partition musicale dans les grands orchestres les plus connus dans le monde entier. La musique diwane marque la période culturelle en musicologie de toute l’africanité dans l’universalité musicale.

Source: La nouvelle république.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 21:29
La wilaya de Bechar a accueilli, à Béni Abbès, un colloque international intitulé « Demain, les Bassins sahariens », organisé par le ministère de l’Energie et des Mines avec la contribution de la wilaya.

 


Le séminaire a regroupé une soixantaine de spécialistes entre professeurs et chercheurs algériens et français de différentes disciplines dont l’éminent professeur en géologie, Jean Fabre, âgé de plus de 84 ans et qui a passé plus de cinquante ans en Algérie au service de la recherche géologique dans notre pays. La géologie dans le Sahara central et occidental, l’exploitation pétrolière dans la connaissance géologique du Sud-ouest algérien ainsi que les eaux fossiles de la région ont été au centre des communications des intervenants scientifiques algériens et français. Une visite a été effectuée par les chercheurs à la station scientifique de Béni Abbès qui constitue un potentiel à exploiter. Il a été aussi discuté de la possibilité de faire du site de l’Ougarta, une bourgade voisine de Béni Abbès, un géo parc scientifique, culturel et touristique mais des discussions ont été engagées sur les textes législatifs à adopter et à promulguer en matière de création et protection du géo parc envisagé. Le colloque, qui a duré trois jours, s’est achevé sur des recommandations scientifiques et techniques. Notons enfin qu’un jubilé a été consacré à Jean Fabre, référence mondiale dans la géologie, par la commune de Béni Abbès.

Source: M. Nadjah, El Watan.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
3 mai 2009 7 03 /05 /mai /2009 11:14
Le coup d'envoi du Festival culturel national de la musique Diwane (ex-Gnaoua) a été donné en présence des autorités locales et des invités, ce vendredi 1er mai au stade Ennasr à Béchar et se poursuivra jusqu'au 6 de ce mois. Selon l'organisateur de cette manifestation, M. Zaïdi Houcine, cette 3e édition se veut comme les précédentes d'ailleurs un lieu de rencontre annuel des artistes et des amoureux de cette musique ancestrale. En plus de la promotion du Diwane qui est visée à travers cette manifestation culturelle et artistique, des conférences et des débats sont organisés, donnés par des chercheurs et des spécialistes de l'art et de la tradition gnaouie sous la houlette de M. Halim Araou. 20 groupes participent aux compétitions, parmi eux Gnaoua Méchéria, Ouled Hadja Maghnia, Thourat Gnaoua (Oran), Noudjoum Saoura, Fousene Janoub (Annaba), Mirage de Sétif, Club 21 de Skikda, Zaouïa Bilalia de Mascara, Ahl Touba de Sidi Bel-Abbès, Nass El-Ouaha de Béchar et celui suscitant la curiosité de la population bécharie, le talentueux groupe Gnaoua Berbère qui chante en genre Diwane les traditions de Draa El-Mizan et de la Kabylie en langue berbère. Par ailleurs, sont invités à cette rencontre le célèbre groupe Ahalil, Lotfi Double Canon et Mohammed Rouane.

Notons enfin que d'après le programme, les premiers de chacune des trois éditions seront retenus pour participer au festival panafricain qui se tiendra au mois de juillet prochain à Alger.

Source: A. Roukbi, Le Quotidien d'Oran.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 12:29
Repost 0
Published by Sofiane - dans Photos
commenter cet article
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 11:05

Quelle thématique avez-vous désigné pour la 3e édition du festival ?
Le thème de cette 3e édition s’articule autour du langage corporel et l’approche de la transe, voire proposer des conférences-débat dirigées par le professeur Araou Abdelhalim et des chercheurs du Crasc ainsi que des professeurs de l’université de Béchar qui vont appuyer avec leurs contributions autour de la thématique du Diwan. En parallèle, les représentations musicales et spectacles de danse gnawis seront programmés au stade Nasr. 19 troupes y sont invitées à travers 13 wilayas.

 

Une édition qui sera notamment dédiée au doyen de l’algérois, le maître Benaïssa, qui nous quittés en début d’année…
L’organisation a prévu une soirée hommage au maître Benaïssa et, pour ce, nous avons invité le Diwan Dzaïr qui lui rendra hommage lors de la troisième nuit du festival. Le maître Benaïssa était le plus incontestable pour la vulgarisation de la culture gnawie et diwane dans le milieu algérois et a fait qu’elle soit connue des Algérois.

 

Qu’est-ce qui va marquer l’édition de cette année ?
On a voulu une participation plus ou moins diversifiée pour l’animation des soirées. On a donc proposé la découverte d’autres troupes venant de la région de Kabylie, notamment de Draâ El Mizane où le gnawa berbère est très répandu, et aussi des groupes de Annaba et de Skikda qui font dans la fusion gnawie. Concernant la région de Béchar, le jury a retenu pour l’agenda du festival sept troupes réputées incontestables dans la pratique du rituel. La participation sera marquée aussi par la présence de Lotfi Double Kanon comme invité d’honneur du festival. Il y aura aussi sur la liste des invités les chanteurs Djamel Laroussi et Hamid de Timimoun. On remarquera en outre l’absence de la participation étrangère faute de budget, le ministère de la Culture participe à nous subventionner à 90% avec l’appui de la wilaya de Béchar et des sponsors qui commencent à s’y intéresser de plus en plus. Cela dit, cette absence n’empêchera pas la participation qualitative des troupes locales tout en mettant en évidence que le diwan algérien est un patrimoine authentique et peu modifié. Cela sera donc l’occasion de profiter de l’originalité du patrimoine.

Source: F. Baroudi, El Watan.

 

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
30 avril 2009 4 30 /04 /avril /2009 19:16
La ville de Béchar abritera du 1er au 6 mai la 3e édition du festival culturel national de la musique diwane. Plus de 20 troupes musicales prendront part à cette manifestation culturelle qui a été instituée en 2006. Selon les organisateurs, l'objectif de ce festival est de montrer que le diwan constitue une source, toujours renouvelée, d'inspiration pour les musiciens, d'origines et d'horizons divers. Cette année, des centaines de musiciens seront les hôtes de la capitale de la Saoura.

D'autres initiatives sont prévues pour faire connaître cette musique ancestrale, notamment des conférences-débats animées par des chercheurs au Crasc d’Oran ainsi que des spécialistes du patrimoine immatériel algérien. Des thèmes qui seront débattus dans ces rencontres, citons entre autres “Le langage du corps dans le rituel gnaoui : possession ou libération ?” D’autre part, des gaâdate traditionnelles ou m’bita seront également organisées au complexe touristique Belagraâ.
De plus, cette édition rendra hommage à Maâlem Benaïssa, du groupe Diwan Dzaïr, disparu l’an dernier des suites d’un cancer.

Source: R. Roukbi, Liberté.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
29 avril 2009 3 29 /04 /avril /2009 12:00

Du 1er au 6 mai prochain, la wilaya de Béchar va abriter le 3ème Fesival du « Diwane », une manifestation culturelle et artistique dont l’appellation officielle est désormais retenue à la place de l’appellation « Gnaoui », pour se distinguer et se démarquer des évènements du genre qui se déroulent dans d’autres pays du Maghreb.



C’est du moins ce qui ressort du point de presse animé par le commissaire du festival, M. Zaïdi Hocine. S’appuyant sur l’expérience acquise au cours des deux derniers festivals, il se dit optimiste quant au succès de cette 3ème édition qui va regrouper, pour la première fois, 17 troupes musicales des différentes régions du pays. Elles vont pouvoir se disputer les meilleures places pour figurer parmi les neufs lauréats des deux dernières éditions qui seront choisies pour participer au Festival Panafricain qui va être organisé au mois de juillet à Alger.

La musique de transe au Maghreb

Parallèlement au déroulement du Festival, des conférences portant sur plusieurs thèmes seront animées par des invités universitaires. Ainsi, selon le programme arrêté, une conférence intitulée « la fonction sociale de la musique » sera donnée par Mlle Sénouci Saliha, une autre « La musique Diwane entre patrimoine et modernité » par Sérir Abdelmadjid. Une conférence intitulée « La fonction sacrificielle dans le Diwane » sera animée par Azzedine Benyacoub, professeur à l’université de Bechar et qui sera suivie par une autre « La transe et la musique » par Mme Mouna Boudjemâa et « La musique de transe au Maghreb chez les confréries Hamdaoua et Aïssaoua et Diwane » par Araou Abdelhalim, journaliste à l’APS. Pas moins de 160 personnes, entre invités et participants, sont attendues pour cette 3ème édition dont la couverture médiatique internationale sera assurée par les médias nationaux avec la présence de France 24, des chaînes arabes El Arabya et MBC et la chaîne américaine d’expression arabe « El Houra », précise le commissaire du Festival.



Source: M. Nadjah, El Watan.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 12:32
Repost 0
Published by Sofiane - dans Photos
commenter cet article