Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 10:48
1ère partie
Le tout temps, il a été beaucoup écrit sur le Sahara pour ne remonter qu’à Hérodote, arriver à Frison Roche et Théodore Monod en passant par Strabon, Ibn Khaldoun, Léon l’Africain, Fromentin, Psichari, Isabelle Eberhardt, Charles de Foucauld, pour ne citer que les plus connus. Le plus récent catalogue d’un libraire spécialisé comporte encore, à la rubrique «Sahara», 163 titres, pour les seules éditions françaises. Jusqu’à la bande dessinée: certains épisodes du «Crabe aux Pinces d’Or» de Hergé s’inspirant directement de «l’Escadron Blanc». La ville de Béchar, «porte du désert» a été l’objet d’un grand nombre de ses écrits. Tardivement occupée par les Français, puisque le ksar de Béchar n’a été occupé qu’en 1903, soit 73 ans après l’occupation d’Alger, la ville de Béchar fait irruption dans la littérature française très tôt.

Béchar au début, Isabelle Eberhardt

A l’origine rien ne distinguait le vieux de Béchar des ksours voisins de Ouakda, Lahmar, Boukaïs, et Kenadsa. Ce dernier ksar était même beaucoup plus important puisque le siège d’une célèbre zaouïa qui rayonnait sur toute la région. Pour contrôler la région, les Français choisissent le site voisin de Taagda comme siège d’une future ville de garnison. Les archives expliquent ce choix: «La désignation de Béchar comme chef-lieu du cercle à créer chez les Dhwi Mnî, a paru au gouverneur général, préférable à celle de Kénadsa, l’expérience ayant démontré qu’il valait mieux laisser distinct les cercles d’action administrative et les centres d’influence maraboutique, et notre installation à Béchar, présentant autant d’avantages, tout en étant moins délicate». Et c’est dans cette conjoncture que la célèbre Isabelle Eberhardt visite la région en 1904. Le vieux ksar de Béchar est révélé au monde par les écrits de la journaliste. La jeune reporter est le témoin de l’agonie du vieux ksar et de la naissance de la nouvelle ville du Béchar contemporain qui se construit: «Béchar. Un embryon de village dominant l’oued. Des maisons en toub, des chantiers. Quelques boutiques déjà dans une grande cour de caravansérail. Là, sous de petites tentes, des Juifs roux de Kénadsa, vêtus de gandouras vertes et jaunes, avec un petit turban noir sur leurs longs cheveux huileux, martèlent lentement des bijoux en or et en argent. Les métaux précieux fondent en de petites casseroles de fer, des braises fument en une petite forge. Et les Juifs pâles se penchent attentivement sur leur menu travail, avec parfois un chant cadencé et monotone au zézayant accent. Plus haut, presque au pied de la longue dune dorée, la redoute encore inachevée, les cours encombrées de matériaux. Vers le Sud-ouest, l’emplacement du bureau arabe. Là, surtout, c’est une genèse, un labeur hâtif, une palissade en fil de fer sépare la seule cour de la plaine nue. Des tentes blanches d’officiers se dressent parmi les chevaux des spahis et du maghzen entravés».

Source: A. Hani, La Voix de L'Oranais.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 11:19
La 9e édition du Marathon international des Dunes  aura lieu du 27 mars au 2 avril prochains au niveau de la commune de Kerzaz,  distante de 330 km de la ville de Béchar, indique hier, l'organisateur.
Entre 250 et 300 participants sont attendus à la nouvelle édition de  cette manifestation sportive, régulièrement organisée depuis 2001 par "Sport events international", dont une centaine d'étrangers, auxquels s'ajoutent les  sportifs de la région.
"Ce marathon se déroulera en pleine nature, conformément aux normes internationales en vigueur (42 km), et sera reparti sur trois étapes: une course  par jour sur une distance de 14 km", a affirmé M. Abdelmadjid Rezkane, organisateur  du marathon des Dunes.
Les coureurs ont été classés en quatre catégories (hommes et dames):  18-39 ans, 40-49 ans,  50-59 ans et enfin 50-59 ans et 60 ans et plus. Les primes  alloués aux vainqueurs oscillent entre 5.000 et 30.000 DA. Une course pour enfants (8-14 ans) et un mini marathon de solidarité  sont également prévus aux programme de cette compétition sportive.
Les organisateurs ont programmé, en outre, d'autres activités culturelles et touristiques, dont le 4éme forum international "Sport santé eco tourisme".
Par ailleurs, le marathon international de la ville d'Alger aura lieu  le 5 juin prochain avec la présence de prés de 10.000 participants, selon M. Rezkane, également organisateur de ce marathon.

Source: El Moujahid.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 11:13
Après Ghardaïa, Sétif, Oran et Béjaïa, c'est au tour de Taghit, wilaya de Béchar, d'abriter du 7 au 14 février courant, les travaux de la cinquième université de la Conférence permanente de l'audiovisuel pour la Méditerranée (COPEAM). Cette nouvelle édition a pour thème : L'impact des nouveaux médias sur la vie des jeunes. Ce sujet proposé par CF International est très impliqué dit-on dans le réel de la vie algérienne, il met en valeur modernité et tradition.

Quatorze pays du pourtour méditerranéen participent à cette importante manifestation dont la Croatie, l'Espagne, l'Egypte, la Tunisie, la France, le Maroc, l'Algérie en tant que pays organisateur. Dans une ambiance de fête, la cérémonie d'ouverture a été présidée par MM. les Directeurs généraux Kamel Eulmi de la télévision et Kheladi Toufik de la radio nationale, en présence du wali et des autorités locales ainsi que du président de la COPEAM et de son secrétaire général. M. Hoog Emmanuel, responsable de la COPEAM, lors de son intervention dira que l'Union européenne finance deux projets, l'un multilinguistique intitulé Euromed News, espace médiatique dirigé par une équipe mixte Nord-Sud, et le second, dit MEM, opérationnel à partir de 2010, il traitera de l'histoire, de la géographie, de la culture et de l'économie.

Profitant de cette opportunité, le wali de la wilaya dénonça la guerre israélienne contre la population civile de Ghaza et invita certains médias étrangers à plus d'objectivité. Notons enfin l'entière disponibilité des organisateurs de cette rencontre, lors de la prise en charge des hôtes étrangers et nationaux.

Source: R. Roukbi, Le Quotidien D'Oran.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 10:54
L'apport des écrits et ouvrages soufis dans  le patrimoine national constitue le thème d’une rencontre nationale ouverte hier, à Bechar.
Lors de cette rencontre qui s'étalera jusqu'au 12, les chercheurs  et spécialistes venus des différentes universités du pays se pencheront sur la dimension culturelle du soufisme en Algérie, et ses sources dans le  Maghreb, indiquent les organisateurs.
Dans le but d’une meilleure connaissance de ce patrimoine qui a contribué  à l’affermissement de la culture nationale, plusieurs thèmes sont proposés, tels que l'Emir Abdelkader et le soufisme, l'écriture soufie chez les exégètes, le soufisme entre modération et extrémisme, ajoute-t-on de même source.
La reflexion sera axée aussi sur des questions liées aux sciences des manuscrits, notamment l’identification du style d’écriture et la détermination  de l’époque de son écriture.
Ce travail, selon les participants contribuera à répertorier les manuscrits pour les mettre à la disposition des chercheurs et autres spécialistes intéressés par ce patrimoine, considéré comme un puissant vecteur de connaissances et de savoirs, de même qu’il a été un générateur du système éducatif des universités traditionnelles et des anciennes médersas.
A ce titre, cette rencontre nationale a inscrit, parmi ses objectifs,  de faire les démarches nécessaires pour le recensement et le répertoire des  manuscrits de la région et leur mise à la disposition des spécialistes, par le biais de la banque nationale des données créée par le ministère de la Culture,  a indiqué le directeur locale de la culture.

Source: El Moujahid.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 10:57
L’association «El Kheïma» pour la protection du patrimoine bédouin et la promotion du tourisme, opérant à Beni-Abbès se veut une fenêtre sur cette majestueuse région de la wilaya de Béchar, selon ses responsables.
Créée au début des années 90 par un groupe de jeunes, elle œuvre à la protection du patrimoine bédouin de la région de Beni-Abbès et à la promotion du tourisme à travers l’organisation, à longueur de l’année, de circuits sahariens à dos de dromadaires, en plus d’expositions sur les traditions bédouines à travers le territoire national, à l’occasion des différentes manifestations touristiques.
En plus de ces activités, «El Kheïma» a entrepris des actions de réhabilitation de nombreux métiers de l’artisanat traditionnel, notamment le tissage et la sparterie qui représente l’essentiel de l’artisanat de la région de Béni-Abbès, connue par ses différents sites et espaces touristiques, notamment sa grande et millénaire palmeraie à la forme d’un géant scorpion et la source de Sidi-Othmane, dont le débit ne s’est jamais tari depuis plusieurs siècles, malgré sa localisation dans l’erg occidental, l’un des plus grands déserts du monde.
L’association active aussi dans le domaine de l’environnement où elle prend part aux actions de protection de l’écosystème saharien de toute menace de dégradation à travers l’organisation de campagnes de sensibilisation et d’information sur les questions et thèmes liés à la sauvegarde de ce fragile écosystème, en collaboration avec des associations locales spécialisées.
Les circuits touristiques organisés au profit des touristes nationaux et étrangers visent à les informer sur la richesse en faune et flore de la région et les sensibiliser sur l’intérêt à protéger les différentes espèces animales et végétales dont certaines sont uniques au monde, ont ajouté les responsables d’El Kheïma, qui estiment qu’il est du devoir du mouvement associatif de préserver et pérenniser ce patrimoine.
Les activités sportives traditionnelles telles les courses de méharis sont également au menu des activités de l’association, qui ne rate aucune manifestation ou occasion pour l’organisation de pareilles joutes, dans le but de promouvoir cette pratique sportive séculaire, en plus de celle du ski sur sable, activité unique en son genre sur des pistes dorées.
Les arts populaires constituent aussi un créneau de prédilection de cette association qui organise périodiquement des rencontres, en réalité des espaces culturels et artistiques fondés sur la poésie lyrique et les chansons populaire et bédouine.

Source: La Nouvelle République.


Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 11:23
Les "écrits et les œuvres soufis dans le patrimoine national" feront l'objet d'une étude lors d'une rencontre nationale qui sera organisée à Béchar à l'initiative de la direction de la culture de la wilaya en collaboration  avec le centre national des manuscrits d’Adrar.
Une trentaine de spécialistes et chercheurs des différentes universités du pays prendront part à cette rencontre qui se déroulera du  9 au 12 février  et dont le but est de "faire la lumière sur les manuscrits rares et les mettre à la disposition des chercheurs et spécialistes pour une meilleure connaissance de la philosophies soufie", soulignent les organisateurs de cette manifestation.         
Cette rencontre nationale permettra également de "faire connaître"  et "mettre en valeur les manuscrits de la région du sud-ouest du pays" .         
Dans la  wilaya de Bechar ,à elle seule, 300 manuscrits et autres écrits sont recensés au niveau de l'annexe du centre national des manuscrits à Kenadza, outre ceux se trouvant au niveau des bibliothèques privées des zaouïas de  Kerzaz, Beni-Ounif et Guerzim, indique-t-on à la direction de la culture.

Source: El Moujahid.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 11:21
Une enveloppe financière de 256 millions de dollars sera consacrée par les deux entreprises nationales Sonatrach et Sonelgaz pour la  réalisation d’une cimenterie à Ben-Zireg, localité située à 30 km au nord de  la ville de Bechar.
Selon le wali de Béchar, cette cimenterie qui aura une capacité  de production de mille tonnes de ciment par mois, va permettre la création de  400 emplois directs.
Cette unité permettra également, selon la même source de couvrir la demande en ce matériaux de construction, d’une partie de la région sud-ouest  du pays et dont l’approvisionnement est assuré actuellement par les cimenterie  du nord du pays.
Ben-Zireg est une région où est localisé un important site gisement  de Kaolin et autres minerais entrant dans la fabrication du ciment, de même qu’elle est proche de la RN6 reliant le sud-ouest au nord du pays, ajoute -t-on.
La voie ferrée Béchar-Oran constitue également un atout pour cette  localité où sera réalisé cet important investissement, indiquent les responsables du secteur des mines et de l’industrie de la wilaya de Béchar.

Source: El Moujahid.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 11:34
Deux directeurs centraux du ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques ont assisté hier, après avoir donné le coup d’envoi, à la journée d’étude, organisée aujourd’hui à l’université de Bechar par la direction de la Pêche de wilaya, portant sur le schéma directeur du développement des activités de la pêche continentale et de l’aquaculture, approuvé par le gouvernement en octobre 2007.

En plus de la communication sur la stratégie des pouvoirs publics centraux pour redynamiser ce secteur vital de l’économie du pays, l’on a appris que la production nationale aquacole actuelle ne dépasse guère les 400 tonnes par an, soit un faible taux estimé à 0,3% de la production halieutique à laquelle se greffe toutefois un début prometteur de développement de la filière de conchyliculture (élevage des huîtres, moules et coquillages). La région du Sud-ouest constituant un pôle englobant, selon une répartition zonale arrêtée, les wilayas d’Adrar, Tindouf et El Bayadh. La wilaya de Bechar est considérée comme wilaya pilote appelée à développer quatre filières programmées, à savoir la pisciculture en étang, l’algoculture, la pisciculture d’ornement et l’élevage des crustacés.

Dans cette répartition régionale des activités halieutiques, la wilaya de Bechar s’octroie la mission de relancer et de promouvoir la pisciculture semi intensive en étang au barrage de Djorf Torba, la pisciculture extensive appuyée par la réalisation d’une retenue collinaire d’une capacité d’un million de m3 et d’une profondeur supérieure à sept mètres. Il est également prévu un centre de pêche continentale au barrage de Djorf Torba avec une composante touristique, la pisciculture et élevage en étang des crustacés à oued Guir. Une algoculture et une écloserie d’eau douce sont également inscrits dans les projets de la direction de la Pêche.

Néanmoins, un intervenant a concrètement posé la question de la réticence des investisseurs à s’intéresser à ce créneau économique lourdement déficitaire en production, à cause, fera-t-il remarquer, du manque de soutien financier conséquent de l’Etat. On a annoncé que quatre fermes d’élevage de poissons « Tilapia », pour 50 millions de DA financés dans le cadre du Fonds Sud et Fonds des Hauts-Plateaux, vont être construites dans les chefs-lieux des wilayas de Bechar, Adrar, Tindouf et El Bayadh pour servir de fermes pilotes et censées amorcer une relance du secteur de la pêche dans la région.

Source: M. Nadjah, El Watan.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 11:37

Un séminaire de formation au profit des étudiants a été organisé jeudi à l’université de Bechar. Le séminaire a été encadré par des professeurs algériens et français invités. Le premier sujet abordé par les scientifiques au cours de la rencontre se rapportait aux « mycotoxines », qui a été présenté par Alain Clérinet, maître assistant de l’université de Montpellier.



Les mycotoxines sont des métabolites secondaires excrétés par des champignons filamenteux constituant des parasites en milieu donné, a indiqué le professeur. Ces mycotoxines, que l’on a tendance à sous-estimer, sont générées par des éléments telles la teneur et la composition de l’eau, l’oxygénation, la température ainsi que les conditions de conservation. Le professeur français a fait remarquer que les métabolites constituent une préoccupation des scientifiques car ils occasionnent de nombreuses moisissures. Pour lutter contre le phénomène qui touche 25 à 40% de la production céréalière et ses dérivés ainsi que des fruits légumineux, il faudra, a-t-il indiqué, prendre des mesures préventives consistant à détecter avant la propagation des mycotoxines.

La lutte biologique en phytopathologie (maladie des plantes) a été le deuxième thème abordé par le séminaire et présenté par le professeur Belahcen de l’université de Mostaganem. Pour l’enseignant, la lutte biologique et chimique doit être soutenue par l’amélioration génétique dans un cadre intégré constituant le processus à même d’arriver à bout de la maladie des plantes. Michelle Nicole, professeur de l’université de Montpellier, a soulevé la problématique des hormones et résistances des plantes après avoir décrit le processus conduisant à une résistance systémique acquise.

Source: M. Nadjah, El Watan.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 11:24
244 km sur un total de 360 km du projet de la  ligne ferroviaire express de transport des voyageurs et des marchandises reliant  Mechria à Béchar sont prêts à l’exploitation et la livraison de l'ensemble des  tronçons est prévue avant la fin du mois d'août, a-t-on appris auprès de la  direction du transport .   Le coût de l’étude de réalisation et de l’équipement de cette ligne  express a été évalué à 51 milliards de Dinars, enveloppe allouée au titre du  programme de la croissance économique, a-t-on indiqué.  La phase de l’électrification et de modernisation de cette voie avec  sa dotation d’un réseau à double câbles et de fixation des stations de communication  à travers l’ensemble du tronçon vient dÆêtre lancée. Parallèlement les travaux de réalisation de cinq gares principales sont  en voie d’achèvement à Mechria, Naama, Ain Sefra, Moghrar et Beni Ounik en  direction de la wilaya de Bechar, en attendant d’effectuer les premiers essais  de mise en service de cette ligne au cours du 2e semestre 2009, a-t-on expliqué  de même source. 

Source: El Moujahid.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article