Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

11 octobre 2008 6 11 /10 /octobre /2008 09:26
De fortes intempéries se sont abattues sur la région de Bechar depuis la soirée de mercredi et durant la journée de jeudi, sans interruption. Selon les services de la météo, plus de 51 mm d'eaux pluviales ont arrosé en une journée la ville et sa périphérie alors que la moyenne annuelle enregistrée dans la wilaya est de 100 mm. Et les prévisions pour la journée de vendredi ne sont guère optimistes. D'abord, les conséquences de ces intempéries n'ont pas été des moindres pour la population puisqu'elles ont bloqué pendant plusieurs heures la circulation sur la route nationale Bechar-Oran près de la localité de Mograr (w. de Nâama), causant des ennuis aux autocars desservant cette ligne et à d'autres véhicules approvisionnant la wilaya en matière de denrées alimentaires. Si on reconnaît objectivement que du côté de la wilaya de Bechar des efforts ont été déployés pour la construction des ponts et dalots pour permettre la fluidité de la circulation routière, par contre du côté de la wilaya de Nâama, la situation en pareilles circonstances demeure inchangée depuis les grandes chutes de pluies d'octobre 2006. D'ailleurs, les voyageurs et autres usagers de la route ont dû passer la nuit de mercredi à jeudi à Aïn Sefra. Cependant, au fur et à mesure de l'intensité des chutes de pluies, les autorités de la wilaya de Bechar, qui craignent une aggravation de la situation, avec sans doute le spectre de la tragédie de Ghardaïa qui plane, ont crû devoir déclencher le plan de secours Orsec. Ainsi, deux cellules de crise, l'une au siège de la wilaya et l'autre au niveau de la commune, ont été installées. Selon le SG de la wilaya, les responsables de l'exécutif concernés par ces événements sont mobilisés en permanence. La population et en particulier les riverains de l'oued de Bechar en crue ont été appelés à la vigilance par des appels lancés par la radio locale car les intempéries ont entraîné pour l'instant l'effondrement de huit habitations et une auberge de jeunesse fait actuellement office d'accueil de ces familles reconnues sinistrées avec leur prise en charge totale en matière d'hébergement et de nourriture et qui seront prioritairement relogées, fait savoir le responsable de la cellule de crise.

Plusieurs réseaux d'assainissement ont débordé
Celui-ci ajoute aussi que vingt tentes ont été envoyées aux nomades de la région touchés par les fortes chutes de pluies. D'une manière générale, on estime à deux cents personnes le nombre de personnes recensées et vivant dans les habitations précaires. Si on ne déplore fort heureusement aucune perte humaine, on reconnaît néanmoins que ces intempéries ont permis, pour l'instant, de localiser trente et un points noirs à traiter et d'avoir provoqué de fortes inondations dans pratiquement tous les quartiers de la commune, créant des désagréments à la population. Aussi, le chemin de wilaya Bechar-Taghit au niveau de l'oued Khaloua a été bloqué à la circulation. Les habitants de Oued Saoura éloignés du chef-lieu de wilaya sont jusqu'ici épargnés, indique-t-on. Cependant, des infiltrations d'eau dans plusieurs habitations à Bechar ont été signalées dans de nombreux quartiers de la ville. Par endroits, plusieurs réseaux d'assainissement ont débordé et les hydro cureurs récemment acquis sont mis en oeuvre mais les motopompes utilisées (au nombre d'une dizaine) pour dégager les eaux stagnantes sont nettement insuffisantes, reconnaît-on. Mais l'impact positif de ces intempéries reste sans conteste le volume d'eau emmagasiné par le troisième barrage d'Algérie de Djorf Torba (350 millions de m3) qui a débordé à la suite d'un important apport hydrique. Le responsable de l'Hydraulique a été mis dans l'obligation de procéder à des lâchers d'eau pour maintenir l'ouvrage à son niveau normatif.

Source: M. Nadjah, El Watan.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
8 octobre 2008 3 08 /10 /octobre /2008 20:57
Le cinéaste Mohamed Soudani entamera le 20 octobre à Taghit le tournage de son nouveau long métrage Taxiphone El-Mektoub, a-t-on appris hier auprès du réalisateur.
À cette nouvelle production artistique de ce réalisateur établi en Suisse co-produite par l’ENTV, Maghreb-Films et Amka-films, il a été fait appel à des comédiens nationaux connus, entre autres Malika Belbey et Abdelhalim Zribai aux côtés de Mona Pétri et Pascual Aleirdi. Le tournage de ce long métrage, dans cette même région, s’étalera jusqu’au début du mois de décembre prochain, a souligné Mohamed Soudani au long parcours cinématographique. Une équipe technique algéro-suisse assurera l’ensemble des phases du tournage de cette œuvre du même cinéaste connu pour ses différentes productions artistiques et documentaires diffusées par plusieurs chaînes de télévision étrangères, notamment de Suisse.
La beauté des sites naturels de la région de Taghit et la disponibilité des infrastructures de base ont été pour beaucoup dans le choix de cette région pour le tournage de ce long-métrage, a indiqué son réalisateur, qui a reçu le soutien des responsables du secteur de la culture pour la concrétisation de ce projet artistique.

Source: Liberté.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
7 octobre 2008 2 07 /10 /octobre /2008 20:47

La tragédie que vit la wilaya de Ghardaïa, frappée par les fortes inondations le jour de la fête de l'Aïd, n'a pas laissé indifférente la population de Bechar. Au contraire, l'élan de solidarité avec la population victime du drame s'organise.

Ainsi, les Scouts musulmans algériens commencent déjà à collecter les aides en denrées alimentaires, vêtements et fournitures scolaires qui sont déposés au niveau de leur siège. Une équipe de scouts, composée de trente-cinq membres de tout le territoire de la wilaya, s'est rendue auprès des victimes de ces inondations. Parallèlement, les scouts entreprennent une campagne de sensibilisation auprès des citoyens et ont installé une cellule de crise au niveau de leurs locaux pour la réception des dons de toutes natures des bienfaiteurs.

Ils ont reçu, indique une source autorisée, une aide conséquente du Croissant-Rouge algérien constituée de tentes et couvertures qui sera acheminée dans les tout prochains jours en direction des sinistrés de Ghardaïa. L'APC de Bechar n'a pas été en reste puisqu'on a appris que les élus ont décidé de lancer une opération de collecte de sang et s'apprêtent à envoyer une équipe spécialisée en maladies hydriques et ont annoncé aussi l'ouverture imminente d'un point de collecte des dons. Selon le premier responsable de la wilaya, un appel à la solidarité a été lancé en direction de la population de Bechar et un centre régional de collecte de dons des bienfaiteurs a été déjà constitué.

Une équipe d'ingénieurs du CTC sera incessamment dépêchée sur les lieux du drame pour évaluation des dégâts matériels occasionnés et apporter leurs concours en travaillant en collaboration avec les autres équipes techniques se trouvant sur place.

 

Source: M. Nadjah, El Watan.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 20:45

Au regard du bilan communiqué par les services de la sûreté de wilaya, la criminalité, sous toutes ses formes, serait en baisse durant le dernier trimestre 2008. Et les témoignages des citoyens corroborent d'ailleurs cette tendance à la baisse de la délinquance.

Néanmoins, on relève que le délit des coups et blessures volontaires tient le premier rang des infractions avec 71 affaires inscrites. Une nette diminution de ce type de méfait est enregistrée puisque durant la même période en 2007, les mêmes services ont eu connaissance de 145 affaires. Les vols, avec 65 affaires traitées impliquant 41 personnes, viennent en deuxième position des délits. Ensuite, 14 affaires relatives aux agressions sexuelles, dans lesquelles sont cités 36 individus, mis tous sous mandat de dépôt, ont été traitées par les éléments de la police judiciaire.

Dans le domaine de la lutte contre la drogue, il est fait état, dans le bilan du dernier trimestre 2008, de 14 affaires impliquant au total quatorze individus mis sous les verrous alors que, durant la même période en 2007, 18 affaires ont été relevées. Enfin, en matière d'immigration clandestine, une tendance à la baisse est signalée dans ce communiqué, puisque six étrangers ont été arrêtés dont deux mis en détention provisoire et quatre ont fait l'objet de citation directe.

Dix affaires concernant la présence illégale en territoire algérien ont été soumises aux éléments de la police judiciaire durant la même période en 2007.

Source: M. Nadjah, El Watan.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 20:37

Alors qu'ils n'étaient en 1986, date de l'ouverture du centre universitaire de Bechar, que 250 étudiants avec deux filières enseignées (génie mécanique et architecture), ils sont, vingt-deux ans plus tard, 7602 étudiants dont 1500 nouveaux inscrits pour cette rentrée annoncée pour le 04 octobre.

Cependant, les transformations du centre, depuis, sont perceptibles tant sur le plan infrastructurel que sur le plan pédagogique grâce à une bonne gestion. Certains étudiants viennent aussi des wilayas limitrophes. Aujourd'hui, le centre compte trente spécialités, trois filières LMD, six licences LMD, neuf postes en graduation, cinq écoles doctorales et une bibliothèque de mille places récemment inaugurée. En matière d'encadrement, 52 enseignants de différentes filières ont été recrutés pour les besoins de la prochaine rentrée pour renforcer le personnel déjà en place, indique la direction. Bâti sur une superficie de 22,7 ha, le centre universitaire connaît néanmoins une saturation.

Et, en perspective de nouveaux besoins en places pédagogiques qui s'annonceraient dans les toutes prochaines années, les pouvoirs publics ont cru devoir anticiper l'obstacle de la surcharge en décidant d'entamer, il y a une année, les travaux d'un vaste chantier de réalisation d'un nouveau pôle universitaire de 23000 places pédagogiques. Celui-ci est situé sur la sortie nord-ouest de Bechar sur la route de Lahmar nouvelle zone urbaine. Cependant, on souligne ici avec force que si l'étudiant poursuit normalement son cursus, il reste néanmoins confronté, à l'issue de ses études, à l'épineux problème du chômage.

Jusqu'ici, la prise en charge de l'universitaire diplômé, comme partout ailleurs, s'effectue quasi exclusivement par le biais la formule pré emploi.

 

Source: M. Nadjah, El Watan.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
29 septembre 2008 1 29 /09 /septembre /2008 20:36

A la faveur de l'ouverture de deux internats créés au profit des élèves du primaire, l'inscription scolaire des enfants des nomades des communes de Béni-Ounif et de Tabalabala se poursuit depuis quelques jours auprès des services de la direction de l'Education.

Les deux internats ont une capacité de 200 lits chacun. La première localité agro pastorale (110 km au nord de Bechar) couvrira les nomades éparpillés entre les bourgs de Oued Namous, Boussir et Nif R'ha. La deuxième (400 km au sud du chef-lieu de wilaya) va pouvoir prendre en charge les enfants des nomades dispersés entre les localités de Béni Abbès, Abadla et ses environs. Tous les enfants de nomades sont concernés par l'opération y compris ceux ayant dépassé l'âge de scolarisation, a-t-on appris. D'autre part, les services de l'Education annoncent aujourd'hui l'ouverture officielle des cantines scolaires de la wilaya et le coup d'envoi a été donné à partir de l'école Khaladi Kaddour située au quartier dit « 600 logts ».

Pas moins de 36.000 repas/ jour seront servis aux élèves à travers les vingt et une communes. 11 nouvelles cantines ont été réceptionnées au cours de cette rentrée scolaire. La somme consacrée au fonctionnement de ces cantines s'élève à 12.000.000 DA. Au cours d'une inspection effectuée aujourd'hui, le premier responsable de l'Education a insisté auprès du personnel d'encadrement sur les conditions d'hygiène et sanitaires qui doivent prévaloir sans relâche au sein de ces restaurants et a recommandé la plantation des arbres pour donner un aspect d'embellissement à l'école.

Source: M. Nadjah, El Watan.

 

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 21:00
Le 26 Ramadan équivalent au 27 mars 1960 les habitants de la ville de Bechar, «Colomb-Béchar» à l’époque vécurent avec inquiétude mal leur journée de jeune. La ville était quadrillée par une multitude de militaires français. Des avions militaires survolait la ville et des escouades de parachutistes allaient et venaient vers le djebel qui domine la ville près de Djeniene.

Depuis la matinée, on entendait le crépitement des mitraillettes, des tirs d’obus et le vrombissement des avions. Il s’agissait d’un accrochage entre les moudjahibines et les militaires français. Mais personne ne pouvait imaginer que dans cet accrochage, le chef de la wilaya V, le prestigieux colonel Lotfi et ses compagnons, le commandant Faradj, Cheikh Ahmed Brik et plusieurs djounouds venaient d’être tués. Natif de Tlemcen, Boudghéne Benali rejoint l’ALN, en 1955, sous le pseudonyme de Si Brahim dans le FLN. Il est vite remarqué pour ses qualités d’organisateur et de meneur d’hommes et monte rapidement en grade. A la fin de l’année 1956, il se voit confier la responsabilité des maquis de la zone 8 (Sud-ouest du pays), une région sensible car à la croisée des ambitions françaises qui caressaient le projet du Sahara français et des convoitises marocaines sur la région. Toutes ces pressions cumulées ont fait que le colonel Lotfi ne pouvait investir cette région aisément. Des qu’ils traversèrent la redoutable ligne Morice Le colonel Lotfi et ses compagnons tombèrent dans une véritable souricière.

Source: La Voix de L'Oranie.


Repost 0
Published by Sofiane - dans Histoire
commenter cet article
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 20:55
À l’occasion du mois sacré du Ramadhan, l’entreprise Prodag 2000 organise un tournoi de football regroupant 24 équipes, issues des différents quartiers de la ville de Béchar. Ce regroupement sportif des vétérans, qui se déroule aux stades du 20-Août et celui de l’Opow a connu un grand succès. En effet, depuis le début du mois en cours, des centaines de personnes assistent aux différentes rencontres. Selon les organisateurs de cette manifestation sportive, cette initiative a pour objectif la promotion et le développement de la pratique sportive au sein de la population locale ainsi que la création d’espaces de compétition et de convivialité en ce mois de clémence et d’entraide. Aussi, ce tournoi vise la prévention et la lutte contre la toxicomanie et autres fléaux sociaux. De l’avis des participants, ce tournoi de football qui se poursuivra jusqu’au mois d’octobre prochain constitue une étape très importante dans la vulgarisation de la pratique sportive. Ils souhaitent l’organisation d’autres rencontres afin d’offrir aux citoyens un cadre organique d’expression sportive.

Source: R. Roukbi, Liberté.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 20:34

Le tournoi de football spécial Ramadhan pour vétérans, initié par une entreprise locale des travaux publics « Prodag 2000 », entamé au début du mois de septembre, continue toujours d'attirer, au stade « 20 août » et au complexe sportif de Béchar-Djédid, de nombreux spectateurs et amoureux de la balle ronde.

24 équipes participent à ces tournois formés de plusieurs équipes qui totalisent 521 joueurs venus de différentes administrations publiques et membres de corps constitués ainsi que de simples joueurs évoluant dans plusieurs quartiers.Le tournoi se déroule dans une ambiance conviviale et les rencontres débutent généralement à partir de 17 heures, au moment où la fatigue physique et l'essoufflement pour cause de jeûne se font nettement sentir. Mais le facteur catalyseur « résistant » à la fatigue y est présent, au vu des mouvements surprenants des joueurs sur le terrain, qui évoluent normalement en raison peut-être de l'agréable ambiance et de l'état d'esprit des joueurs encouragés par les spectateurs tout le long de ces compétitions.

L'initiative de cette entreprise, qui a pris en charge l'organisation matérielle et financière du tournoi, est jugée louable. Mais, on indique qu'elle gagnerait à être étendue à d'autres disciplines sportives pour la promotion et l'épanouissement du sport en général. L'objectif recherché à travers cette manifestation sportive, fait savoir l'organisateur, est d'offrir un espace d'expression sportive.Dans les deux stades, on pouvait aussi remarquer, durant toutes les compétitions, des banderoles géantes suspendues portant des inscriptions sur la prévention et la lutte contre le danger, l'usage de la toxicomanie et autres fléaux sociaux ravageurs en milieu de la jeunesse. Le tournoi des vétérans va se prolonger jusqu'au mois d'octobre prochain.

Source: M. Nadjah, El Watan.
Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article
27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 10:54

Le 26 Ramadan équivalent au 27 mars 1960 les habitants de la ville de Bechar, «Colomb-Béchar» à l’époque vécurent avec inquiétude mal leur journée de jeune. La ville était quadrillée par une multitude de militaires français. Des avions militaires survolait la ville et des escouades de parachutistes allaient et venaient vers le djebel qui domine la ville près de Djeniene.

 

Depuis la matinée, on entendait le crépitement des mitraillettes, des tirs d’obus et le vrombissement des avions. Il s’agissait d’un accrochage entre les moudjahibines et les militaires français. Mais personne ne pouvait imaginer que dans cet accrochage, le chef de la wilaya V, le prestigieux colonel Lotfi et ses compagnons, le commandant Faradj, Cheikh Ahmed Brik et plusieurs djounouds venaient d’être tués. Natif de Tlemcen, Boudghéne Benali rejoint l’ALN, en 1955, sous le pseudonyme de Si Brahim dans le FLN. Il est vite remarqué pour ses qualités d’organisateur et de meneur d’hommes et monte rapidement en grade. A la fin de l’année 1956, il se voit confier la responsabilité des maquis de la zone 8 (Sud-ouest du pays), une région sensible car à la croisée des ambitions françaises qui caressaient le projet du Sahara français et des convoitises marocaines sur la région. Toutes ces pressions cumulées ont fait que le colonel Lotfi ne pouvait investir cette région aisément. Des qu’ils traversèrent la redoutable ligne Morice Le colonel Lotfi et ses compagnons tombèrent dans une véritable souricière.

Source: La Voix de l'Oranie.

Repost 0
Published by Sofiane - dans Histoire
commenter cet article