Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 11:04
L’université de Béchar a organisé, avant-hier, des journées scientifiques au profit des enseignants et des étudiants du département de biologie. Ces journées de formation ont été encadrées par des professeurs étrangers et algériens, en présence du responsable du magistère, M. Abdellah Moussaoui. Ce séminaire a eu à traiter plusieurs points aussi importants les uns que les autres. Le premier sujet traité au cours de cette rencontre scientifique a été présenté par M. Alain Clerinet, maître-assistant à l’université de Montepellier. Le conférencier a tout d’abord donné une définition des mycotoxines qui sont des métabolites secondaires, excrétés par des champignons filamenteux saprophytes ou parasites dans le milieu. Selon l’orateur, les mycotoxines sont induites par différents facteurs : le substrat, la teneur en eau, la température et les conditions de conservation. Elles sont produites au champ et pendant le stockage des matières premières et sont toxiques pour l’homme et les animaux. M. Alain Clerinet soulignera à ce sujet que les mycotoxines constituent, en termes de santé publique, le problème majeur occasionné par des moisissures. Il a ajouté que pour lutter contre ces métabolites qui contaminent 25 à 40% de la production végétale, il faut de la prévention, la détection et la décontamination. Le deuxième thème traité au cours de ces journées, intitulé “La lutte biologique en phytopathologie”, a été présenté par le professeur Belahcen de l’université de Mostaganem.
Pour cet enseignant universitaire, les étapes de la mise au point d’un agent de lutte biologique sont la lutte biologique, la lutte chimique, l’amélioration génétique et la lutte intégrée. Pour ce qui est de la lutte biologique, le conférencier a déclaré que les différentes étapes de cette opération sont la sélection des antagonistes, la production en masse, le mode d’action, le traçage des souches antagonistes et l’homologation.
La dernière conférence sur les résistances des plantes a été présentée par M. Michell Nicole de l’université de Montpellier. Le conférencier a décrit toutes les étapes entraînant une résistance systémique acquise. Selon les participants à cette rencontre scientifique, les sujets traités au cours de ce séminaire sont d’actualité et ont permis aux étudiants d’acquérir un ensemble de connaissances sur le domaine de la sécurité alimentaire.

Source: R. Roukbi, Liberté.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article

commentaires