Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

18 novembre 2007 7 18 /11 /novembre /2007 13:28
C’est hier soir, à 19 heures, que s’est clôturée la première édition du Taghit d’Or du court métrage. La cérémonie a eu lieu en présence du ministre de la Communication, Boukerzaza Abderrachid, du wali de Bechar et de Hafid Derradji, représentant du président de la fondation le Fennec d’Or, Hamraoui Habib Chawki.


Dans cette Oasis paradisiaque qu’est Taghit, c’est une grande tente dressée au pied de la grande dune qui a été choisie pour servir de lieu de projection. Le festival du Taghit d’Or qui s’est étalé du 12 au 17 novembre 2007, et au cours duquel les cinéphiles de la Saoura ont eu l’occasion d’assister à la projection de 32 courts-métrages en compétition officielle qui ont été présentés à raison de huit films par jour en plus d’un panorama de six autres films hors compétition tels que «El bab» de Yasmine Chouikh, «Jeu de corde» de Racha Taki, «Quand Chahrazade...» de Rami Kédih, «El kateb» de Mehdi Flifel, «Verde» de Matias Mayer et «Pas comme les autres» de Amir Ramses. Les projections de films étaient suivies de débats entre public et réalisateurs, en dehors de la présence des membres du jury du festival pour éviter toute influence.


 
Pour activités complémentaires, les organisateurs du festival ont inscrit au programme des ateliers de formation autour du thème «Comment réussir un film de l’idée à la projection?». Une conférence sur le thème «Comment le court-métrage réussit-il du succès d’un long métrage?» a été donnée par l’égyptien Fayek Ahmed, critique et chercheur dans le domaine du cinéma, le réalisateur algérien, Bénaïssa Mehdi a présenté quant à lui «L’industrie du court-métrage en Algérie». D’autres thèmes ont été débattus à savoir «La musique au cinéma», «Un film peut-il réussir sans musique?», «La musique est-elle un simple élément de beauté ou un élément dramatique?», «le cinéma entre le documentaire et la fiction», «Faudrait-il s’approcher du réel pour produire un film?» et «Toute fiction est elle permise dans le travail cinématographique?» Trois bus appartenant au Centre National du Cinéma et de l’audiovisuel, CNCA, ont traversé la wilaya de Bechar pour offrir aux habitants des localités enclavées l’occasion d’assister à des projections sous la belle étoile de films tels que «Morituri», «La bataille d’Alger», «L’évasion de Hassan Terro «, «La montagne de Baya», «Rachida», «La mélodie de l’espoir» et «La fleur de lotus».

 
Source : M. Ahmed, La Voix de l'Oranie.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article

commentaires