Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 18:42

« C'étaient de véritables tombeaux où les mineurs travaillaient couchés », affirme-t-on.

L'Association d'anciens mineurs de Béchar Djédid a tenu à marquer la semaine passée, en présence d'une délégation de l'APW, le 40e anniversaire des nationalisations des mines par une manifestation de sensibilisation des pouvoirs publics autour d'une plateforme revendicative. Rompant avec les revendications classiques à caractère salarial, l'association a mis au peloton de ses doléances le devenir des terrils de charbon qui enlaidissent le paysage environnemental, la défense et la protection des vestiges des installations dégradées qui fournissaient, à l'époque coloniale et durant plus de quatre décennies, de l'électricité dans la région « avant la ville de Sidi Bel Abbès », s'empresse d'affirmer le président de l'Association. Les mines de charbon de Béchar Djédid et de Kénadsa, mises en exploitation de 1917 à 1975, ont employé, selon les statistiques, quelque 30 000 ouvriers dans la région du sud-ouest, à raison de dix heures de travail par jour dans des tailles d'exploitation, dont la profondeur pouvait atteindre jusqu'à 500 m. « C'étaient de véritables tombeaux où les mineurs travaillaient couchés », affirme-t-on. Ce sont précisément ces conditions d'exploitation à outrance de l'époque, ayant conduit, selon un écrit laissé par le défunt syndicaliste Benziadi, à la prise de conscience au militantisme syndicaliste ouvrier d'ailleurs réprimé. Mais au cours de la rencontre d'hier, les conditions sociales de quelques anciens ouvriers encore en vie et leurs ayants droit n'ont pas été pour autant occultées. Majdoubi Hocine et Ouazri Miloud, âgés de plus de quatre-vingt ans, deux survivants silicosés, qui totalisent trente-huit années de travail de fond pour le premier et trente-sept ans pour le second, ont fait part humblement et sans récrimination de la précarité de leur situation sociale actuelle au plus bas de l'échelle avec des pensions mensuelles dérisoires ne dépassant pas les 11 000 DA. Ces quelques survivants des mines ne méritent-ils pas une attention particulière par une revalorisation conséquente de leur statut ?

Source : M. Nadjah, El Watan.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Actualité
commenter cet article

commentaires