Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

27 septembre 2008 6 27 /09 /septembre /2008 10:54

Le 26 Ramadan équivalent au 27 mars 1960 les habitants de la ville de Bechar, «Colomb-Béchar» à l’époque vécurent avec inquiétude mal leur journée de jeune. La ville était quadrillée par une multitude de militaires français. Des avions militaires survolait la ville et des escouades de parachutistes allaient et venaient vers le djebel qui domine la ville près de Djeniene.

 

Depuis la matinée, on entendait le crépitement des mitraillettes, des tirs d’obus et le vrombissement des avions. Il s’agissait d’un accrochage entre les moudjahibines et les militaires français. Mais personne ne pouvait imaginer que dans cet accrochage, le chef de la wilaya V, le prestigieux colonel Lotfi et ses compagnons, le commandant Faradj, Cheikh Ahmed Brik et plusieurs djounouds venaient d’être tués. Natif de Tlemcen, Boudghéne Benali rejoint l’ALN, en 1955, sous le pseudonyme de Si Brahim dans le FLN. Il est vite remarqué pour ses qualités d’organisateur et de meneur d’hommes et monte rapidement en grade. A la fin de l’année 1956, il se voit confier la responsabilité des maquis de la zone 8 (Sud-ouest du pays), une région sensible car à la croisée des ambitions françaises qui caressaient le projet du Sahara français et des convoitises marocaines sur la région. Toutes ces pressions cumulées ont fait que le colonel Lotfi ne pouvait investir cette région aisément. Des qu’ils traversèrent la redoutable ligne Morice Le colonel Lotfi et ses compagnons tombèrent dans une véritable souricière.

Source: La Voix de l'Oranie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Histoire
commenter cet article

commentaires