Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 12:30
Si on vous parle de la musique “Fondou ” ne la confondez surtout pas avec la fado” qui est une musique du début du XIXe siècle, née  dans les quartiers populaires de Lisbonne, dans les milieux de la prostitution et du jeu avant de gagner les salons de la noblesse et de la bourgeoisie naissante. Le “ Fondou ” en revanche est né de l’inspiration d’une seule personne,  Abdelaziz Abdallah, Alias Alla, un béchari qui a eu une histoire particulière avec sa contrée et un instrument musical, le oud ou le luth. D’abord le nom de “Fondou” lui est sorti des vocables de son enfance lui qui a vu son père labourer  dans une mine des houillères du Sud - Oranais qui s’appelait Fond 2. Contrairement au Fado, la musique “ Fondou ” est relativement jeune, à peine trentenaire. Le petit Alla comme tous les artistes qui ont une muse qui leur dicte les sonorités qu’ils jouent, écoutait dans son enfance la musique durant  les longues soirées des fêtes nuptiales dans les quartiers populaires de Debdaba, Gouray, Béchar-Djedid et notamment Laksar, un quartier de Béchar où il a passé son enfance dans le manoir parental. A béchar quand le luth grésille, l’assistance se tait comme si elle était dans une cérémonie religieuse. Cette musique qui a été définitivement consacrée par Alla, a été auparavant colportée un peu partout dans les régions du sud, durant une décennie par cassettes audio interposées. Comme le rai, le fado ou autres, le Fondou était au départ une musique populaire qui s’exécutait dans les cercles restreints de mariages et de cérémonies privées. C’est par la suite que ce style lyrique a dépassé les frontières en ayant énormément d’adeptes de par le monde. Alla est né le 15 juin 1946 à Béchar. Très jeune il fut obligé de quitter l’école et de gagner sa vie en bourlinguant et en dénichant des petits boulots comme apprenti électricien, boulanger, barman... Parallèlement, Alla est habité par la musique. C’est ainsi qu’à l’âge de 16 ans, il fabrique son propre oud à l’aide d’un bidon, de câbles et de bouts de bois. En dépit de ses moyens de fortune, il se crée un style s’inspirant aussi bien de l’Orient que de l’Afrique. En 1972, il achète son premier vrai oud et commence très vite à se produire en public. Aucun de ses concerts ne ressemble à un autre. Tout est basé sur l’inspiration, la douleur ou la joie du moment. La musique d’Alla échappe selon le luthiste irakien, Bachir Mounir, aux règles de la musique arabe. Sitôt son nouveau genre musical révélé, un éditeur privé le prit en charge et le lança sur le marché local puis national. Le succès vint rapidement au point même où de longs morceaux de ces enregistrements sont diffusés en guise d’intermèdes à la télévision. D’autres extraits musicaux du même artiste seront utilisés par de nombreuses émissions radiophoniques. En 1993 à Paris, où il vit toujours, Alla se fait connaître en tant que virtuose du Oud, lors d’un récital donné dans la prestigieuse salle de l’Unesco à l’occasion d’une exposition sur la Casbah d’Alger. Lors de cette soirée, Alla capta l’attention puis l’admiration du public présent et reçut une décoration de cette institution mondiale. A travers plusieurs albums dont notamment Taghit, Zahra,  Tanakoult et bien d’autres, la musique de Alla, un assemblage d’airs arabe et africain, charme toujours le mélomane.
Son style, non académique, reste d’une grande sensibilité et son jeu du oud une référence en la matière.

Source : Rebouh H., Le Maghreb.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article

commentaires

Abdelhalim Miloud 19/05/2008 10:32

Bonjour Sofianecomme on vous la signaler,cet article,le fondou,ame de la saoura est bien celui de l'APS,je vous renvoie a notre site officiel sur algerieinfo,vous decouvrier sur la page culturelle notre preuve.              salutations et bonne continuation