Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Béchar et la région de la Saoura
  • Béchar et la région de la Saoura
  • : Tout sur Béchar et la région de la Saoura
  • Contact

Pratique


Pour pouvoir lire tous les articles, il existe trois moyens :

1- En cliquant sur les dates du calendrier (en haut à droite).
2- En consultant les archives (en bas à gauche).
3- En cliquant sur les catégories (à doite).

N'hésitez pas à me contacter si vous avez des soucis de navigation ou pour toute autre question.



Top classements des meilleurs blogs weblogs
 
 

Livre d'or Saoura

Envoyer une carte postale

Recherche

Grande vallée façonnée par l’Oued portant le même nom, la Saoura est l’une des régions les plus attrayantes du sud algérien. Elle est limitée au Nord par les Monts des Ksour et le Haut Atlas marocain, à l’ouest par la Hamada du Draa, à l’est par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Un décor fait de paysages lunaires de la Hamada du Guir contrastés à l’autre rive par les splendides dunes dorées du grand Erg Occidental. Entre ces deux ensembles féeriques s’incrustent, tels les joyaux d’un collier, palmeraies et ksour le long du lit des Oueds.

 

  

 

Archives

26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 21:20

Les premières journées du court-métrage de Béchar ont débuté mercredi à la Maison de la culture, avec en compétition 17 oeuvres de jeunes cinéastes de différentes wilayas du pays. Cette manifestation cinématographique, qui s’étalera sur trois jours, à l’initiative de la Maison de la culture et l’association, «Ciné-Grouz», se veut un espace dédié à la promotion du court-métrage et à l’encouragement des jeunes ciné-astes. Elle se propose également d’être un nouvel apport aux activités du 7e art à travers la wilaya, dont plusieurs sites comme ceux de Taghit sont généralement choisis pour être les décors naturels de productions cinématographiques, comme cela a été le cas dernièrement pour le documentaire-fiction, Abdelkrim El Maghili de Larbi Lakehal, programmé dans le cadre de la manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011», soulignent les organisateurs. Les séances de projection débuteront cet-après midi, avec la présentation du Retour de la conscience de Cheikh Issam, un court-métrage de treize minutes qui aborde le sujet des mères célibataires. La Corde de Zamoum Omar, traite en 20 minutes de l’arrivée en Algérie de deux étrangers qui vont découvrir les réalités sociales et culturelles du pays, alors que le Crime de Hocine Merdjaoui s’intéresse au phénomène du trafic de drogue. De son côté, Dhimi Mohamed, dans sa production intitulée Jeunesse et Drogues, s’intéresse à la propagation parmi cette catégorie sociale de la toxicomanie et des effets négatifs de la consommation des stupéfiants.
Les autres oeuvres traiteront des thèmes divers liés, notamment aux harraga (migrants clandestins), à l’emploi des jeunes diplômés, à la condition féminine et à l’engagement des artistes pour les causes justes.
En marge de ces activités, un panorama du cinéma national figure également au programme de cette manifestation et cela à travers la projection de plusieurs longs-métrages, à l’exemple de Chronique des années de braises de Lakhdar Hamina, ainsi qu’une exposition sur l’Histoire du cinéma arabe et international, à travers des affiches et autres documents-photographiques.
Par ailleurs, un cycle de formation et d’initiation aux techniques cinématographiques, a débuté mercredi sur le thème de la direction de l’image et de la vidéo numérique, et ce sous l’encadrement de réalisateurs et techniciens du cinéma, membres de l’association «Ciné-Grouz».
Des conférences-débats sur des sujets liés à l’histoire et le cinéma, à l’apport du conflit dans la construction dramaturgique et sur les principales technologies de prise de son et la direction de la photo au service du cinéma, seront organisés dès aujourd’hui avec la participation de plusieurs professionnels nationaux du cinéma.

 

Source: L"Expression.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sofiane - dans Culture
commenter cet article

commentaires